Bulletins

Au jour le jour, mars 2023

La Prairie, mai 1933 : réplique de la grotte de Lourdes construite par les Frères de l’instruction chrétienne.

Portrait d’archives protectrices du patrimoine
Les premières installations jésuites à La Prairie remontent à 1667, il y a 355 ans, soit 25 années après les premières installations de Montréal (« L’organisme », 2022). Alice Fournier Durant cette longue période, la municipalité a évolué d’un village entouré d’une palissade de bois à la banlieue montréalaise qu’elle est aujourd’hui. Les traces du passé sont particulièrement visibles dans le quartier historique du Vieux-La Prairie où des dalles représentant des pieux de bois marquent l’emplacement initial de la palissade, et où l’architecture des maisons colorées diverge des nouvelles constructions de la ville. En 1972, le caractère unique et historique du Vieux-La Prairie est menacé par la compagnie immobilière Gulf. Afin de protéger l’histoire de la ville, la Société d’histoire de La Prairie (SHLM) est fondée (Bourdages, 2015). Cinquante  ans plus tard, on peut toujours lire sur leur site Internet leur mission principale : « Sauvegarder le caractère historique unique du Vieux-La Prairie » (La Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine, 2022). Ce texte est divisé en deux parties. En premier lieu, il sera question de l’histoire de la Société, de ses missions, leurs importances et des exemples de leurs réussites. La deuxième partie portera sur l’activité du 50e anniversaire de la fondation de la SHLM, les archives à voix haute et leur pertinence comme outils de diffusion des archives.   Première partie : Naissance d’une société protectrice Le 19 octobre 1971 se réunissent les membres fondateurs de la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine (Houde, 1997a). Leur but est de protéger le Vieux-La Prairie en obtenant une reconnaissance de la valeur patrimoniale du quartier situé à La Prairie sur la Rive-Sud de Montréal. À l’aube de la fondation, il est demandé au notaire François Lamarre, d’effectuer les démarches juridiques afin que la Société puisse être reconnue par le gouvernement. Ainsi, presque un an plus tard, soit le 18 septembre 1972, sept membres signeront la requête accordant à la SHLM le statut de société à but non lucratif. Grâce à cela, la SHLM a dorénavant accès à des subventions gouvernementales provenant du fédéral et du provincial (Houde, 1997a). À l’aide de ces dernières, la Société s’active à rapatrier des documents provenant de différents fonds d’archives (Houde, 1997a). Le but de ce travail archivistique est d’accumuler un nombre élevé de documents afin de prouver la valeur patrimoniale du Vieux-La Prairie et de sauvegarder ces dits documents. Également, une équipe d’étudiant.es en architecture dirigée par le professeur Laszlo Demeter a contribué à démontrer la valeur patrimoniale des bâtiments du Vieux-La Prairie pour les protéger des développements immobiliers de la compagnie Gulf (Bourdages, 2015). Ainsi, en 1975, on déclare officiellement « la valeur patrimoniale des édifices dans le secteur » (Houde, 1997a). La superficie protégée est de 96 hectares (Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine, 2019).Ce statut octroie à la ville le pouvoir de protéger les bâtiments du Vieux-La Prairie. Par exemple, les fils électriques sont enfouis dans le quartier historique du Vieux-La Prairie pour ne pas nuire au paysage historique (Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine, 2019) et les citoyens ne peuvent construire ou rénover des bâtiments sans autorisations de la part du ministère de la Culture et des Communications dans la zone patrimoniale en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel (Demande de permis, 2019). Par la suite, la SHLM commence son acquisition de fonds privés afin de constituer les archives de la SHLM. La majorité des documents trouvés dans les archives de la SHLM proviennent d’un des trois fonds suivants (Houde, 1997b) :   Les biens des jésuites de 1647-1798 : Cette source contient de l’information de première main concernant les concessions de terres dans la seigneurie de La Prairie. Ce fonds d’archives contient 20 000 documents et est, selon Claudette Houde, l’une des membres fondateurs ayant signé la requête de 1972, « la source maîtresse » des archives de La Prairie.   Le fonds Elisée Choquet : Il est le vicaire de La Prairie de 1929 à 1936. Il a beaucoup écrit sur La Prairie et construit les premières cartes identifiant la seigneurie de La Prairie (McGee-Fontaine, 1983). Les écrits de cet homme de foi offrent un regard plus social sur le passé de La Prairie et traitent notamment de la généalogie des habitants. Ces deux derniers fonds sont entreposés sous forme de photocopies, les originaux étant conservés à la BAnQ (Caroline Laberge, 2022).   Les fonds privés donnés à la SHLM : Certains habitants de la ville font don de leurs archives surtout textuelles et iconographiques. Parfois, ce sont même des gens venant d’autres régions du Québec et d’ailleurs, allant jusqu’à la Californie. Le tout permet à la SHLM de documenter le passé de La Prairie. Fouilles archéologiques   La SHLM a quatre missions principales. Nous pouvons les retrouver dans le document reconnaissant légalement la SHLM en 1972 (Houde, 1997a) : « Faire avancer l’étude de l’histoire locale et régionale » : La SHLM accomplit sa mission en publiant chaque mois depuis 1982 (avant appelé Le Bastion) des rubriques sur l’histoire de la ville et de ses familles fondatrices à l’aide du bulletin Au jour le jour (« Bulletins », 2022).   « S’intéresser aux monuments historiques, les sauver de la destruction, les conserver à l’admiration […] » : La SHLM accomplit sa mission en offrant des visites guidées du quartier historique durant la période estivale sur une base régulière et sur rendez-vous le reste de l’année (« rallyes numériques au cœur du Vieux-La Prairie », s. d.).   « Faire l’étude des sols et des sous-sols, l’étude des vieilles familles [généalogie] » : La SHLM accueille également un club de généalogie tous les lundis en soirée.   « Diffuser toutes publications pour les fins [ci-haut] et établir une bibliothèque […] » : Cette mission donne du sens aux trois précédentes, mais ne pourrait exister sans ces dernières.   Le 20 décembre 2022 avait lieu, à l’occasion du 50e anniversaire de la fondation, une activité d’archives à voix haute ayant pour but de rendre accessibles les archives à un large public. Ne pouvant y assister avant la rédaction de ce billet, l’archiviste-directrice générale de la SHLM, Caroline Laberge, a eu la considération de m’inviter à l’une des répétitions.   Deuxième partie : Les archives à voix haute ; donner une voix au patrimoine Archives à voix haute : Hélène Élément, Caroline Laberge et Josée Sarrazin. La lecture d’archives à voix haute trouve son origine en France, mais a su trouver un public au Québec. Le but est de rendre les archives accessibles en enlevant les barrières syntaxiques ou l’apprentissage de paléographies (Ursch, 2006). Il est important de lire le texte comme il est pour garder l’authenticité du document (Ursch, 2006). Lorsque je me suis assise à la table en bois de la SHLM et qu’Hélène Élément et Caroline Laberge ont commencé à pratiquer leur lecture avec un document légitimant l’existence de l’Assistance maternelle de La Prairie de 1933, Élément a insisté sur deux choses. Premièrement, c’est une lecture d’archives. Le but est de donner le goût des archives au public, pas a priori l’histoire. Deuxièmement, elle m’a dit qu’il fallait lire avec intonation, mais qu’il ne fallait pas jouer. Après tout, ce n’est pas du théâtre. Il ne faut pas parodier les sources. J’ai retrouvé ce propos dans le texte de Jacqueline Ursch  (2006) : « Lire, dire, mais ne pas jouer ». En mettant l’accent sur le document d’archives en tant que tel, une simple lecture serait inadéquate. Il est de mise de projeter les documents à l’écran afin que l’auditeur puisse avoir accès visuellement audit document. Néanmoins, cet aspect visuel ne doit pas distraire le public de la lecture. Le but est vraiment de montrer la source, mettre de l’avant sa valeur en tant que document d’archives et ajouter de l’information (Élément, 2014). Tout au long de la répétition, Mme Josée Sarrazin prenait des notes dans un cahier de scène afin de présenter les documents sous forme de PowerPoint, mais aussi afin de trouver des images et autres sources archivistiques dans le but de bonifier le support visuel. Les archives à voix haute ont trois objectifs ;   Mettre en valeur l’archive (d’où la fonction de projection). Changer les perceptions « […] bousculer les stéréotypes et les images poussiéreuses subsistant encore sur les archives » (Ursch, 2006, p. 283). Démocratiser les archives en les rendant accessibles comme mentionné plus haut (Élément, 2014).   Également, les textes choisis doivent être lisibles à voix haute, doivent convenir au public cible et avoir une thématique et une durée adaptées (Élément, 2014). Conséquemment, les textes choisis pour le 50e anniversaire de la société d’histoire reflètent la riche histoire de la région, un lien direct avec la raison d’existence de la SHLM, ils sont courts et variés, et lisibles à voix haute. Ainsi, la lecture d’archives à voix haute est une brillante idée pour fêter la SHLM. Cette société s’est faite gardienne du patrimoine d’une des plus vieilles villes du Canada. Qui sait à quoi ressemblerait le quartier historique qui accueille maintenant les spectacles et les fêtes de la ville si la SHLM n’existait pas ? L’histoire de plusieurs familles aurait peut-être été perdue. En effectuant mes recherches, j’ai découvert un lieu de savoirs où le passé est au cœur du présent. Caroline Laberge m’a parlé de plusieurs citoyens qui font des dons de fonds d’archives, ou de visiteurs venant de loin se retrouvant à La Prairie après avoir suivi le chemin de leurs ancêtres. De manière plus générale, il est clair que les archives municipales ont leur importance afin qu’on se souvienne du patrimoine du territoire et qu’on s’intéresse à sa sauvegarde. Les Archives à voix haute du 20 décembre 2022 ont été l’occasion de souligner le beau travail de protection du patrimoine qu’effectue la SHLM depuis 50 ans, et sont une belle occasion de se remémorer de beaux souvenirs et de mettre de l’avant les archives accumulées depuis la fondation de la SHLM en 1972. Un merci spécial à Caroline Laberge, directrice générale et archiviste à la SHLM pour ses disponibilités, son aide, ses réponses à mes questions et son invitation à assister à leur répétition. Ce travail a été réalisé à l’EBSI, Université de Montréal, dans le cadre du cours ARV1050 — Introduction à l’archivistique donnée au trimestre d’automne 2022 par Virginie Wenglenski. ______________________________ Bibliographie Bourdages, G. (2015, septembre. Au jour le jour. Septembre 2015. Vol. XXVII, Numéro 7. Bulletins. (2022). La Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine. https://shlm.info/bulletin/ Demande de permis. (2019). Ville de La Prairie. https://www.ville.laprairie.qc.ca/services/services-aux-citoyens/demande-de-permis/ Élément, H. (2014, 16 mai). Préparation d’une activité : Archives à voix haute [PowerPoint]. PowerPoint communication présentée à la 3e Journée des archives religieuses. http://mail.patrimoine-religieux.qc.ca/fr/activites/conferences/pdf/20http://mail.patrimoine-religieux.qc.ca/fr/activites/conferences/pdf/2014/Powerpoint/Helene_Element_PPT.pdf Houde, C. (1997a, janvier). SHLM: un solide départ en 1972. Au jour le jour. Houde, C. (1997b, février). L’Histoire de la SHLM. Au jour le jour. La Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine. (2022). https://shlm.info/ L’organisme. (s. d.). La Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine. https://shlm.info/l-organisme/ McGee-Fontaine, P. (1983, juin). Fonds Élisée-Choquet. Au jour le jour. https://shlm.info/articles/fonds-elisee-choquet-2/ RALLYES NUMÉRIQUES AU COEUR DU VIEUX-LA PRAIRIE. (2022). MRC de Roussillon. https://roussillon.ca/activite/visites-guidees-du-vieux-la-prairie/ Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine. (2019). Histoire — Découvrir La Prairie. Ville de La Prairie. https://www.ville.laprairie.qc.ca/ville/decouvrir/histoire/ Ursch, J. (2006). Les archives à voix haute. La Gazette des archives, 4(204), 277‑283. https://doi.org/10.3406/gazar.2006.3840 ...
Extraits des procès-verbaux du conseil municipal de La Prairie.
Des histoires de police 3 mai 1880 : Monsieur le Maire soumet à ce Conseil que le vapeur Laprairie tiendra à l’avenir une ligne régulière entre Montréal et La Prairie les dimanches et fêtes d’obligations. Et qu’il serait convenable de former un comité de police aux fins de nommer des constables, les faire habiller convenablement dans le but que le bon ordre soit maintenu en tout temps en cette municipalité. 7 juillet 1890 : Le comité de police est autorisé à faire des arrangements avec un constable pour faire maintenir l’ordre au carré public où des gamins s’amusent parfois à insulter les Frères de l’Académie. 18 mars 1924 : Il est décidé de faire l’achat de 2 pistolets et d’une garcette pour les hommes de police. 19 juillet 1926 : Le constable devra avoir à porter continuellement son uniforme. Au sujet de l’ancien chemin de fer 28 février 1887 : Sur motion de Monsieur Doré. Secondé par Monsieur Hébert. Il est résolu unanimement que le secrétaire-trésorier soit chargé de faire les recherches nécessaires pour arriver à connaître les véritables propriétaires du terrassement de l’ancien chemin de fer et de s’enquérir à quelles conditions ce terrassement pourrait être cédé à la Corporation (c’est-à-dire la municipalité) dans toute l’étendue des limites du village en vue de l’exaucer pour prévenir les inondations. N.D.L.R.   C’est sans doute cette intervention qui a donné naissance à la rue de la Levée (digue). Le prix de l’essence – 19 mars 1934 Rien de nouveau sous le soleil : Le Conseil municipal de La Prairie vote une résolution pour demander au gouvernement fédéral de combattre le trust de la gazoline. La compagnie Lallemand 21 janvier 1935 : Étude de la question de l’établissement de la manufacture de levain de Lallemand et Frère. Le CNR veut construire une voie d’évitement sur la rue de la Levée pour desservir la Cie Fred A.  Lallemand and Refining Company of Canada Limited. N.D.L.R. : Cette importante entreprise de sirops alimentaires fut plus tard remplacée par la Cie Rose & Laflamme. Elle occupait un immense terrain entre les rues Saint-Georges, Saint-Ignace et Saint-Jacques. Ce vaste périmètre est aujourd’hui abandonné depuis plus de 40 ans.       ...
Bibliothèque - Nouvelles acquisitions
Les Filles du Roy, pionnières des seigneuries de la Côte-du-Sud. Par la Société d’histoire des Filles du Roy. Septentrion, 2022       ______________________________ Immigrants et soldats d’origine belge au Québec de 1650 à 1901. Par Denis Racine Éditeur GID, 2022                 ______________________________ Les colonies du Haut et du Bas-Canada avant et à l’époque des rébellions Par Yvan Lamonde Presses de l’Université Laval 2022   ...
Juin 2023 - À ne pas manquer
La séance Archives à voix haute du 50e anniversaire de la SHLM sera offerte à nouveau ! Cet événement sera présenté au Théâtre du Vieux-La Prairie, mardi le 6 juin 2023 à 19 h 30. Bienvenue à tous!   ...
Mot du président
L’édition 2023 de la Semaine de l’action bénévole au Québec aura lieu entre le 16 et le 22 avril prochains Elle aura pour thème « Bénévolons à l’unisson ». La SHLM profitera de cette semaine thématique pour souligner l’implication et le travail de ses membres et bénévoles lors d’une soirée « 5 à 7 » qui se déroulera le jeudi 20 avril prochain au Centre multifonctionnel Guy-Dupré, situé au 500, rue Saint-Laurent. Le nom du (ou de la) bénévole de la SHLM pour l’année 2022 sera dévoilé durant cette soirée. En terminant, nous vous rappelons qu’il n’est toujours pas trop tard pour devenir membre de la SHLM afin de pouvoir assister à notre assemblée générale qui aura lieu à 19 h 30 le mardi 21 mars prochain au théâtre du Vieux La Prairie. Bon printemps à toutes et à tous! Stéphane Tremblay Président de la SHLM ...

Au jour le jour, février 2023

Inondation, en 1945, de la maison de Julien Brisson. Cette maison, qui était située au 320, rue Saint-Georges, a été démolie en décembre 1986.

Contretemps et malheurs du patrimoine bâti
Introduction Afin de mieux saisir la situation actuelle des édifices patrimoniaux au Québec, nous avons cru pertinent de les partager en quatre catégories : Les églises et les lieux de culte des différentes traditions religieuses constituent le patrimoine religieux. Au Québec, les lieux de culte sont des propriétés privées : ils appartiennent aux fabriques de paroisses. Or les églises, en particulier l’Église catholique, ne peuvent plus consacrer de ressources au maintien de ce patrimoineMalgré de nombreux efforts, au Québec depuis 2003, 663 lieux de culte (sur 2751 bâtiments répertoriés) soit le quart, ont été fermés, démolis ou recyclés. Les édifices conventuels dont, dans certains cas, les propriétaires sont encore des communautés religieuses. Les maisons privées. Les bâtiments commerciaux, industriels et agricoles (voir à ce sujet l’Association québécoise pour le patrimoine industriel). De toute évidence, le patrimoine bâti au Québec constitue un vaste chantier. Actuellement, pour quiconque souhaite préserver un bâtiment ancien, la démarche s’avère le plus souvent ardue. En refondant, en 2012, la Loi sur le patrimoine culturel, le ministère de la Culture et des Communications a transféré aux municipalités plusieurs obligations et pouvoirs en lien avec le patrimoine bâti. Or, dans la très grande majorité des cas, les municipalités ne possèdent aucun inventaire du patrimoine bâti situé à l’intérieur de leur périmètre. De plus, trop souvent, elles n’ont ni l’expertise ni les ressources financières et humaines pour assurer leur mandat, avec pour conséquence que plusieurs bâtiments historiques sont abandonnés et finissent par disparaître. La Prairie À La Prairie la situation est différente. En 1975, grâce à la vigilance et aux efforts de la société d’histoire, le ministère de la Culture désigna arrondissement historique (site patrimonial) le périmètre du vieux fort ou Vieux-La Prairie. Plus tard, en 2008, la MRC de Roussillon confia, à l’architecte Michel Létourneau le mandat de dresser un inventaire du patrimoine bâti dans les onze municipalités qui en font partie. Cette initiative a, depuis, été imitée par d’autres MRC.[1] Ces actions eurent de nombreux effets à l’intérieur et hors du site patrimonial : programme d’amélioration de quartier, fouilles archéologiques (55 sites archéologiques amérindiens et euro-québécois), amélioration du mobilier urbain, aide financière municipale et provinciale, plan de conservation du site et création du Musée d’archéologie de Roussillon. Notons également qu’à La Prairie, les conseils municipaux et les propriétaires ont multiplié les investissements pour faire du Vieux-La Prairie un quartier au cachet unique que la société d’histoire locale contribue, depuis plus de cinquante ans, à enrichir par sa présence dynamique et ses nombreuses activités. Tous ces apports ont largement contribué à l’embourgeoisement du quartier et en conséquence à l’augmentation de la valeur des propriétés. Un parcours difficile C’est bien beau de dire qu’on va conserver nos bâtiments, mais à quel prix ? Si le bâtiment n’a pas de statut en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, il n’est pas du ressort du ministère de la Culture. Cela signifie que son propriétaire est pratiquement laissé à lui-même. Or protéger ou restaurer un bâtiment ancien exige de multiples atouts : de la passion, des ressources financières, des ouvriers spécialisés dans les structures anciennes, de l’expertise et de l’accompagnement, car tout doit être fait selon les règles de l’art. Avant de se lancer dans l’aventure de la restauration, tout propriétaire d’une maison ancienne aura la prudence de faire procéder à une analyse du bâtiment afin de s’assurer que les travaux antérieurs ont été faits correctement et que rien n’aurait amené l’édifice à se désagréger. Il importe d’éviter les mauvaises surprises. Cette analyse permettra également d’établir un ordre de priorité ainsi que les échéances et les coûts des travaux.   Dans le cas des bâtiments situés à l’intérieur d’un site patrimonial ou encore protégés en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel (maison classée ou citée) il est possible d’obtenir des subventions pour amortir le coût des travaux. Cependant, pour obtenir une aide financière, on doit observer à la lettre les conditions dictées par les spécialistes du ministère de la Culture, ce qui oblige parfois à dépenser de l’argent sur une période de plusieurs années. Par exemple, des fenêtres en bois détériorées devront être remplacées par d’autres fenêtres en bois. Cela impose de les maintenir en état durant les années qui suivent et donc à dépenser davantage d’argent que si elles avaient été remplacées par un matériau synthétique (pvc). Bref, les règles du MCC en matière de restauration occasionnent des délais et des coûts supplémentaires, sans compter l’énorme paperasse nécessaire au respect des règles. La persévérance est de mise. Et les soutiens monétaires sont parfois des pièges, car ils ne représentent qu’une faible partie de l’argent nécessaire. Assurer et vendre Les assureurs, prudents de nature, proposent aux propriétaires de maisons anciennes d’apporter des modifications pour réduire les risques. Rénover des éléments désuets comme le filage électrique, le système de chauffage ou la plomberie, ou encore une vieille toiture, permettront de réduire la facture d’assurance. On dépenserait sur les travaux pour réduire la prime des assurances… Malgré ces conseils, les assureurs hésitent de plus en plus à assurer les maisons patrimoniales. Ou, quand ils acceptent, les primes réclamées sont prohibitives. Cela constitue une menace pour le patrimoine immobilier. D’ailleurs, impossible de vendre si la maison ne peut être assurée. Des pistes de solutions Nombreux sont ceux qui affirment, non sans raison, que le ministère de la Culture ne s’acquitte pas de son mandat de protection. Le gouvernement doit bouger et vite. Nous sommes aussi d’avis qu’une difficulté majeure face à la protection du patrimoine réside dans l’indifférence et dans l’ignorance de la population. Pourquoi ne pas mettre sur pied une vaste campagne de sensibilisation et d’éducation populaire ? La mise en œuvre de cette conscientisation pourrait débuter dès l’école primaire. Puisque l’argent public fait défaut, en plus du maigre budget du MCC, une taxe spéciale, si minime soit-elle, pourrait être réservée au patrimoine. Le patrimoine n’est-ce pas l’affaire de tout le monde ? Afin de partager les acquis et d’augmenter le pouvoir de négociation auprès du MCC, certains songent à fédérer les principaux organismes voués à la défense du bâti ancien. Une solution viable qui a ses limites. Des exemples à suivre… Il existe à l’intérieur du site patrimonial de La Prairie trois maisons dont les propriétaires furent et sont des femmes, lesquelles ont consacré beaucoup de passion, de travail et d’argent à leur demeure. Sans leurs efforts remarquables, ces maisons se seraient sans doute détériorées. Nous tenons ici à mettre en évidence leur apport exceptionnel (cela ressemblait parfois au parcours de la combattante) à la préservation du patrimoine bâti de La Prairie. Dans les lignes qui suivent, nous énumérerons les travaux effectués par mesdames Line et Anne-Marie Chopin au 191, rue Saint-Henri. Dans un article ultérieur, il sera question de deux autres maisons qui en quelque sorte ont été sauvées par l’esprit d’entreprise de femmes résolues. Expansion du village en 1821 « Au début du 19e siècle, le village de La Prairie étouffe dans ses limites. Agrandir le village ne s’avère pas des plus facile. […] Il faut empiéter sur la Commune, propriété conjointe des Jésuites, seigneurs, et de colons, censitaires. » « Le plan d’arpentage de William Sax présente l’image d’un terrain sans obstacle. […] Chacun des nouveaux lots mesure 60 pieds de front par 90 pieds de profondeur pour une superficie de 50 toises. […] Le Fort Neuf comprend 224 lots pour habitations, 12 lots sont réservés pour l’église et son cimetière. […] Les limites sont celles d’aujourd’hui: rue Saint-Henri, rue Sainte-Rose, chemin de Saint-Jean et rue Saint-Laurent. […] Déjà en 1821, 167 lots ont trouvé acheteurs. Le bas niveau du sol du nouveau quartier fera que les habitations se construisent d’abord au sud-est de la rue Notre-Dame. […] De plus, ces terrains facilement inondables recevaient les eaux du fleuve lorsqu’à l’automne il y avait la « prise des glaces » ou inondation. […] Cette vulnérabilité retardera les constructions dans le quadrilatère des rues Saint-Laurent, Saint-Georges, Notre-Dame et Saint-Henri. »[2] Les nouveaux lots seront attribués par le notaire Edme Henry, agent des Jésuites, lesquels sont les seigneurs de la seigneurie de La Prairie. Jusqu’au début des années 1950, ce nouveau quartier s’appellera le Fort Neuf (par opposition au Vieux Fort). C’est donc à l’occasion de l’expansion du village qu’en juillet 1821, le lot no 7 est concédé à François-Marie Moquin. À peine un mois plus tard celui-ci le vend au maître-menuisier François Plante. En cette même année, ce dernier y érigera une solide maison de pierres de 44 pieds (13,25 m) sur 32 pieds (10 m). Des 22 propriétaires qui s’y sont depuis succédé, Anne-Marie Chopin fut la 8e femme à en prendre possession. Après l’avoir occupée de 2008 à octobre 2020, la maison fut vendue à Josiane Payeur. ______________________________ [1] Depuis avril 2021 la Loi sur le patrimoine culturel accorde aux MRC les outils législatifs pour citer un bien ou un site patrimonial. [2] Claudette Houde, L’occupation du sol à La Prairie, Au jour le jour, avril et mai 1997. ...
Contretemps et malheurs du patrimoine bâti - Le 191, rue Saint-Henri
Pourquoi habiter et entretenir de vieilles maisons si ce n’est qu’on est habité par la passion, qui est chez certains presque une religion, car leur entretien représente un lot de défis. Bien que solides parce qu’elles sont réalisées avec des matériaux qui vieillissent bien, comme la pierre, la brique et le bois, elles exigent des soins constants. Il faut y mettre du temps et de la patience et travailler avec des gens de confiance (maçon, plombier, électricien, etc.), car tout cela peut vite devenir un gouffre financier. Si possible, on mettra la main à la pâte pour que ce soit moins dispendieux. Dans l’exemple qui suit, nous tenons à mettre en lumière l’apport de mesdames Lina et Anne-Marie Chopin aux travaux majeurs effectués au 191, rue Saint-Henri, alors qu’elles y habitaient. Des interventions qui ne se firent pas sans difficulté. Heureusement qu’Anne-Marie était jeune et passionnée, car on était loin de se douter que les travaux allaient s’étaler sur deux années. À l’intérieur, retrait de l’ancienne cuisine qui donnait sur le salon. Remplacement du recouvrement de vinyle de cette cuisine par des planches faites sur mesure pour s’agencer au plancher déjà en place. Démolition de la salle de bain à l’étage, et retrait du vieux bain de fonte. C’est à ce moment qu’on s’est aperçu qu’il n’y avait pas de plancher dans cette pièce, il n’y avait que quelques lattes de bois sur lesquelles plusieurs épaisseurs de vinyle avaient été installées au fil des ans. Retrait de la vieille tuyauterie et construction d’une grande salle de bain et d’une salle d’eau dans la pièce adjacente (le 2e logement). Enlèvement du gypse sur le mur de l’entrée arrière donnant sur le salon, c’est à ce moment qu’on s’est aperçu qu’il n’y avait plus de mortier entre les pierres. Ce mur ainsi que le linteau de la fenêtre arrière donnant sur le grand balcon ont été refaits. Le pire était à venir. Toute l’électricité était à refaire. Il a fallu retirer d’anciens fils électriques noirs qui couraient entre l’ancienne cuisine, la salle de bain et jusqu’au grenier. Plusieurs sections de ces fils n’avaient plus de gainage et, dans d’autres sections, ils étaient transpercés par des clous de 6 à 8 pouces. L’électricien a dû également refaire toute l’électricité dans chacune des pièces de la maison et recalibrer les panneaux. Une mise à la terre a été installée pour le hangar… il n’y en avait pas ! Il a fallu se départir du système de chauffage biénergie (fournaise et réservoir d’huile), devenu désuet, avec pour conséquence le retrait de tous les conduits d’air dans la maison. Le tout fut remplacé par un chauffage par convecteurs dans chaque pièce. Les propriétaires n’étaient pas au bout de leurs peines. Le bris de l’entrée d’eau inonde la cave en terre battue rouge. Le sol devient très instable en plus de se transformer en un terrain de boue. Intervention d’urgence faite par l’excavateur Serge Germain. Pendant la réfection du boulevard, de nombreux camions à fort tonnage circulent sur la rue Saint-Henri, ce qui provoque des poussées latérales sur la maison et son entrée d’eau. De plus, la pression du nouveau système d’eau de la Ville est devenue trop forte. Ces deux facteurs combinés causent à nouveau la rupture de la conduite d’eau, mais du côté de la maison cette fois. Il faut agir d’extrême urgence pour sauver la maison. Sans aide financière, la propriétaire se voit obligée de mettre en vente le terrain adjacent à l’arrière de la maison afin de disposer des fonds nécessaires pour effectuer les travaux. Un spécialiste en fondations procède au retrait de 500 tonnes de terre dans le but de permettre une pente adéquate pour une nouvelle colonne d’égout. Comme si cela ne suffisait pas, les fondations montrant des signes inquiétants, on doit procéder au remplacement de l’ancien mortier des murs de la cave. Robert Hill a ensuite solidifié les murs de la fondation les plus problématiques, ainsi que le cointage de toutes les poutres de la cave. Une ceinture de béton a été ajoutée tout autour du mur de soutènement, puis un plancher de béton a été coulé. On a remplacé l’ancien mortier des murs de la cave. Ensuite, Lina, la mère d’Anne-Marie a nettoyé toutes les pierres de la fondation et Maxime Letendre a refait tout le mortier. « J’ai aussi nettoyé à fond les poutres (des troncs d’arbres d’origine)[1] avec du sel de bore pour éliminer toute trace de moisissure possible, et j’ai appliqué une huile haut de gamme pour nourrir le bois et arrêter leur dégradation en raison de l’excès d’humidité pendant toutes ces années. Finalement, j’ai poli et gratté toutes les pierres pour qu’elles soient belles et apparentes. »   Le plancher est supporté par les troncs d’arbres d’origine.                   Dans le but d’améliorer la ventilation de la cave, on a enlevé la petite galerie en façade car elle cachait l’unique entrée d’air de la cave. On a pratiqué un accès au sous-sol et coulé un plancher de béton. Enfin, il a fallu ouvrir le mur de fondation à l’arrière afin d’y pratiquer un accès au sous-sol à partir de l’extérieur. Cela pour éviter que cet endroit soit une impasse sans qu’il ait d’issue comme c’était le cas depuis la construction de la maison. Ouf… un chantier colossal qui a heureusement pris fin sans catastrophe. Il aura fallu aux dames Chopin (Lina et Anne-Marie, mère et fille) beaucoup de foi, de chance et de cœur au ventre pour passer à travers tout ça. « Il a fallu vendre le terrain adjacent à l’arrière de la maison pour financer les travaux d’entretien et de rénovation » Sources consultées : Jean-Louis Bordeleau, Reconvertir nos églises, un chemin de croix, Le Devoir,28 décembre 2022. Louise-Maude Rioux Soucy, Pas de protection sans vision, Le Devoir, 29 décembre 2022. Jean-François Nadeau, Un couvent trop cher pour Saint-Gédéon, Le Devoir,5 janvier 2023. ______________________________ [1] D’immenses troncs d’arbres supportent également le plancher de l’église de La Nativité construite en 1841. ...
Mot du président
L’année 2023 commence à peine, que nous devons déjà planifier les mois à venir. Les administrateurs, ainsi que notre directrice générale, sont déjà à la préparation de notre assemblée générale annuelle qui aura lieu le mardi 21 mars à 19 h 30 au théâtre du Vieux-La Prairie. Seuls les membres de la SHLM peuvent assister à cette rencontre. Il est toujours temps d’ici là de renouveler votre adhésion ou de devenir membre de la SHLM. Il nous faut également prévoir l’embauche de nos étudiants pour la saison estivale 2023. Nous offrons des postes de guides touristiques et d’aides aux archives. Si l’aventure vous intéresse, que vous êtes âgé (é) entre 15 et 30 ans et disponible à temps plein au début du mois de juin, envoyer votre CV à l’intention de madame Caroline Laberge à [email protected]. Stéphane Tremblay, président ...
21 Feb 2023
Ciné-conférence - Les rapides du Diable

Au jour le jour, janvier 2023

L’ancien Hôtel de la Source était situé à proximité de la gare à l’angle du chemin de Saint-Jean et de la rue du Maire.

Sur les traces de l'emprise du premier chemin de fer au Canada
Construit en 1836, le premier chemin de fer au Canada a relié La Prairie à Saint-Jean. N’est-ce pas un événement unique dans l’histoire de La Prairie? On en trouve des rappels dans les monuments qui ont été érigés au fil du temps dont le plus important est sans doute celui situé à l’angle des rues Saint-Ignace et Saint-Henri. Mais, au-delà de ces commémorations, on peut se demander ce qu’il reste aujourd’hui du chemin de fer de 1836. Eh bien, sachons qu’il reste encore des traces très impressionnantes et si bien conservées qu’elles peuvent être mises en valeur. Les voies ferrées ont certes disparu, mais l’emprise sur laquelle elles ont été construites a laissé des traces, et elles sont toujours là. La première question qui vient à l’esprit : mais où donc passait ce premier chemin de fer ? On sait que dans le territoire de la ville de La Prairie il suivait une ligne droite à partir du fleuve d’où arrivaient les passagers et les marchandises en bateau à vapeur. Il couvrait une distance de 8,3 km jusqu’à la jonction où, en 1851, il sera remplacé par une voie ferrée qui se rendra à Saint-Lambert pour y enjamber plus tard le pont Victoria. Or, 6,8 km de ces 8,3 km sont toujours repérables sur le territoire de La Prairie, soit près de 80 %. On peut distinguer quatre tronçons. Le premier relie l’A-132 à la rue du Maire sur une distance d’environ 1 km dans l’axe de la rue de la Levée. Le second prend le relai sur 1 km derrière le collège Jean de la Mennais en ligne droite avec la piste cyclable qui longe l’ancienne briqueterie. L’emprise disparaît malheureusement par la suite, effacée lors de l’aménagement des quartiers du Grand Boisé et Symbiocité. Le troisième tronçon réapparaît au-delà de l’A-30 sur 2,3 km, jusqu’à la limite de l’ancienne commune, dont 1,5 km bien conservé. Le dernier tronçon, d’une longueur de 2,5 km, relie la frontière de l’ancienne commune à l’intersection avec la voie ferrée actuelle menant au pont Victoria située à 400 mètres au nord du chemin de la Bataille. À qui appartiennent ces tronçons ? La ville est le principal propriétaire. Elle possède 51 % des 6,8 km de l’emprise repérable, suivi par Poirier, un entrepreneur immobilier, avec 34 %, et, finalement, le collège Jean de la Mennais et la Société d’agriculture du coté de La Prairie qui, ensemble, totalisent 15 %. La carte ci-dessus et le tableau suivant résument l’importance de chacun des tronçons repérables et précisent le nom du propriétaire. Tronçon Longueur km Propriétaire Longueur % Du village 1,0 Ville de La Prairie   51 Chemin de la Bataille 2,5 Ville de La Prairie Fontarabie 2,3 Poirier (entrepreneur) 34 Jean de la Mennais 1,0 Collège Jean de la Mennais et Société d’agriculture du comté de La Prairie   15 TOTAL EMPRISE 6,8 100 Le tronçon du village Cette partie de l’emprise comprend deux sections. La première, longue de plus de 300 mètres et se terminant à la rue Notre-Dame, est de loin la plus importante puisqu’on y retrouvait en 1836 les infrastructures qui ont marqué la révolution des transports du début du XIXe siècle : le chemin de fer, la gare, le quai où arrivaient et partaient les bateaux à vapeur. Il faut y ajouter le moulin seigneurial des Jésuites. Bien qu’il ait été construit à la fin du XVIIe siècle, il faisait partie de ce qui formait alors le pôle d’activité le plus important de La Prairie. L’illustration ci-dessus montre l’emplacement vraisemblable de la gare et du moulin en 1836. La deuxième section se confond avec la rue de la Levée et relie la rue Notre-Dame à la rue du Maire sur près de 700 mètres. Elle rappelle la renaissance du chemin de fer à La Prairie après son interruption en 1851. Plus tard, en 1936, les Entreprises Lallemand de Montréal, encore aujourd’hui un leader mondial de la levure, implantent une usine dans la zone industrielle du village. Elle y restera jusqu’en 1971. Plusieurs citoyens de La Prairie qui ont vécu dans cette partie de la ville se rappellent avoir traversé cette voie ferrée. Le tronçon Jean de la Mennais Le tronçon Jean de la Mennais (JDLM) fait le lien entre la rue du Maire et la limite sud du quartier du Grand Boisé. Il se déploie sur environ un kilomètre entre d’un côté la briqueterie et, de l’autre, le collège JDLM et des installations sportives de la ville de La Prairie. Une première section se confond avec une aire de conservation que le collège vient d’aménager (plantation d’arbres). Elle conduit à une deuxième section où elle prend la forme d’une piste cyclable menant vers le quartier du Grand Boisé. Ici, l’emprise est en grande partie située sur la propriété de la Société d’agriculture du comté de La Prairie qui possède également les terrains du Marché des jardiniers, du parc Lucie-Roussel et de Botanix. La ville détient un bail à long terme. Cette piste est reliée à celle qui borde le chemin de Saint-Jean, puis bifurque à droite en côtoyant Botanix pour rejoindre finalement l’emprise.                 Le tronçon Fontarabie Ce tronçon est situé entre la route 217 et la limite sud de l’ancienne commune. Il est traversé par la rivière Saint-Jacques presque en son milieu. Ce tronçon comprend deux sections. La première relie la route 217 à la rivière Saint-Jacques sur une distance de 770 mètres. Les traces de l’emprise et du pont qui enjambait la rivière sont à peine perceptibles. Une photo du pont datant de 1971 montre que les piliers étaient encore en bon état à cette époque. Photo saisissante datant de 1971 des vestiges du pont qui enjambait la rivière Saint-Jacques. Source: PELLETIER, Michel, Histoire des chemins de fer du Québec, Les Éditions GID, 2014, page 35 (750 pages).   La deuxième section fait le lien entre la rivière Saint-Jacques et la limite sud de l’ancienne commune. C’est dans cette partie longue de 1,7 kilomètre que l’on peut admirer l’emprise dans l’état qui s’approche beaucoup sans doute de ce qu’elle était à l’origine. Elle est actuellement utilisée par des amateurs de VTT et de motoneiges qui en assurent l’entretien en vertu d’une entente avec le propriétaire. On y accède par un sentier à partir du chemin de Saint-Jean, vis-à-vis du chemin de Fontarabie. Cette photo montre les traces de l’emprise menant à la rivière Saint-Jacques. Source: Albert Juneau Le tronçon chemin de la Bataille Long de 2,5 km, le tronçon du chemin de la Bataille relie la frontière de la commune à la voie ferrée qui assure le lien entre Saint-Jean et Saint-Lambert. Il est unique en ce qu’il traverse des terres agricoles sur toute sa longueur. L’emprise est nettement visible sur un kilomètre dans sa partie surélevée. La ville de La Prairie en est le propriétaire. Ce tronçon est particulièrement riche sur le plan patrimonial, non seulement en raison de la qualité de la partie surélevée de l’emprise, mais aussi parce qu’elle fait le lien entre le passé et le présent. En effet, le segment de 425 mètres entre le chemin de la Bataille et la voie ferrée actuelle impressionne par la surélévation très nette de l’emprise et le fait qu’elle ait été bien conservée. Il s’agit d’un héritage exceptionnel. Une grande partie du corridor de l’emprise de 1836 a été protégée. Il reste maintenant à mettre en valeur ce patrimoine unique.         ...
Carte interactive numérique de la seigneurie de La Prairie
Dans le cadre du 50e anniversaire de sa fondation, la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine s’était donné comme projet la création d’une carte numérique interactive couvrant l’ensemble du territoire de la seigneurie de La Prairie. Une demande de financement avait été acheminée auprès de Desjardins Caisse de La Prairie afin d’éponger une partie des coûts associés à ce vaste projet. Au bonheur de tous, notre demande fut reçue avec enthousiasme par les dirigeants de la caisse. Nous tenons ici à offrir nos remerciements aux dirigeants de la Caisse, non seulement pour l’aide actuelle, mais également pour le soutien constant apporté au fil des années. La remise officielle du chèque de 5 000 $ a été faite le 28 novembre 2022 en présence de Mme Johane St-Onge, l’actuelle présidente du conseil d’administration de Desjardins Caisse populaire de La Prairie. Vous pouvez consulter la carte sur notre site Web à l’adresse suivante : https://shlm.info/cartes/carte-interactive/ ...
Comité de la vente de livres d’occasion
La Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine souhaite remercier Mme Huguette Langlois pour son implication au cours des neuf dernières années à titre de directrice du Comité de la vente de livres d’occasion. Passionnée de lecture, madame Langlois s’est jointe au Comité de la vente de livres en 2012 à titre de bénévole. En 2014, suite au départ de Mme Élizabeth Dorman, jusqu’alors directrice, elle occupera cette fonction jusqu’au mois d’octobre 2022. Au cours de son mandat, les ventes annuelles de livres d’occasion ont connu des succès remarquables, permettant ainsi à la SHLM la réalisation de nombreux projets. Mme Langlois demeure néanmoins active au sein du comité dans un rôle de soutien au nouveau directeur, monsieur Michel Côté. Nous souhaitons beaucoup de succès à M. Côté ainsi qu’à toute l’équipe de bénévoles. ...
Mot du président
Vœux de la nouvelle année En ce début d’année 2023, je souhaite santé, prospérité et succès à tous nos amis, bénévoles, employées, membres et partenaires. Nous sommes les défenseurs du patrimoine culturel de la seigneurie de La Prairie depuis maintenant 50 ans et, plus que jamais, nous avons besoin de votre soutien afin de pouvoir offrir nos activités à la population au cours du prochain demi-siècle. Vous pouvez soutenir la SHLM dans la réalisation de ses projets en posant un ou plusieurs de ces gestes : Renouveler votre carte de membre/devenir membre en janvier. Assister aux conférences mensuelles de la SHLM le 3e mardi de chaque mois. Lire régulièrement le bulletin mensuel et peut-être même collaborer à sa rédaction ? Assister à l’assemblée générale annuelle des membres de la SHLM le mardi 21 mars prochain. Faire l’acquisition d’une de nos publications. Enrichir nos archives en faisant don de photos ou de documents.   Bonne année 2023 ! Stéphane Tremblay, président de la SHLM ...
17 Jan 2023
Alcool et débits de boisson à La Prairie

Au jour le jour, décembre 2022

Crèche de Noël de la Chambre de commerce de La Prairie en 1952.

Brossard et La Prairie - la guerre du Golfe
Introduction L’opinion publique et les conflits modernes évoluent en fonction des technologies de l’information qui changent et se perfectionnent année après année. La dernière décennie a été marquée par les téléphones intelligents qui permettent d’enregistrer et diffuser rapidement du contenu au moment des faits tandis que les années 80 et 90 avaient vu l’émergence de reportages télévisés en direct, surtout en Occident. Les auditeurs assistaient depuis leur foyer, grâce aux grandes chaînes médiatiques, à la guerre en temps réel. Trente ans auparavant, l’Occident s’embarquait dans la guerre du golfe Persique. Le Canada y prit part militairement et les répercussions de cette guerre se répercutèrent jusque sur la Rive-Sud de Montréal, où des acteurs de Brossard et La Prairie se sentirent concernés. Le journal Brossard-Éclair documenta les actions et propos de ceux-ci pendant les 48 jours que la guerre dura. Les étudiants Au matin du mardi 15 janvier 1991, une coalition comprenant les États-Unis et leurs alliés déclenchèrent l’opération « Desert Shield » avec pour but de libérer le Koweït de l’occupation irakienne[1] qui avait commencé le 2 août 1990. Le 15 janvier était la date limite donnée à l’Irak pour qu’elle retire ses troupes du Koweït. C’est aussi cette même journée, selon les dires du Brossard-Éclair, que spontanément, une centaine d’élèves de l’école secondaire Antoine-Brossard sortirent dans les rues de la ville de Brossard en manifestant pour la paix[2]. Ces étudiants marchèrent jusqu’à l’école Monseigneur-A.-M.-Parent à Saint-Hubert, soit environ une heure de marche pour 5,5 kilomètres. La manifestation regroupait près de 300 personnes[3]. De plus, la manifestation, par sa spontanéité et le fait qu’elle se déroula durant des examens, laissa planer une exclusion de ces élèves des évaluations pour absence non motivée. Les élèves revinrent de leur marche vers 12 h 30. Le lundi 16 janvier, un groupe plus petit d’étudiants d’une autre école secondaire, celle de la Magdeleine à La Prairie, allèrent manifester eux aussi pour la paix en marchant jusqu’à Antoine-Brossard, en solidarité.   La Maison Internationale de la Rive-Sud Les étudiants ne furent pas les seuls acteurs à manifester leur opposition à la guerre. Le dir ecteur de la Maison Internationale de la Rive-Sud[4] à l’époque, Rafael Hernandez, se vit consacrer une page dans le Brossard-Éclair la semaine suivante[5]. En plus de militer pour la paix, Hernandez déplora l’intervention du Canada dans cette guerre en faisant remarquer que le pays était une terre d’accueil pour les réfugiés de ces conflits. Hernandez commenta aussi l’aspect du contrôle de l’information de la guerre : « La censure énorme empêche les individus d’avoir des informations pertinentes alors que les gens ont droit de savoir ». Huit mois suivant la fin de la guerre, le 25 octobre, la MIRS, dans le but de conscientiser les habitants de la Rive-Sud de Montréal sur les effets locaux de la guerre, organisa une conférence gratuite à Brossard intitulée « La guerre du Golfe, impact sur la population locale ». La sociologue Aida Kaouk du Centre d’Étude des Arabes pour le développement vint parler des conséquences psychologiques, sociales et politiques de la guerre du Golfe sur les populations du Moyen et Proche-Orient[6]. Fernand Jourdenais À l’époque, la circonscription fédérale de La Prairie comprenait aussi la ville de Brossard. Son député, Fernand Jourdenais, élu sous la bannière des progressistes-conservateurs, parti de Brian Mulroney, appuya la résolution votée en chambre. Celle-ci voulait que le Canada soutienne les actions militaires de l’ONU contre l’Irak. Cependant, Jourdenais était tiraillé par les nombreux intérêts divergents qu’il y avait au sein de son comté. D’une part, la circonscription de La Prairie comptait autour de 550 militaires y résidant[7]. Il faut comprendre que lors de cette guerre, aucune infanterie canadienne ne fut envoyée dans les combats terrestres. Ce fut plutôt un soutien mutu el entre les forces navales et aériennes de l’armée canadienne appelé « opération Friction »[8]. D’autre part, Jourdenais était conscient qu’il y avait plusieurs communautés musulmanes, presque entièrement concentrées à Brossard, qui ne soutenaient pas l’intervention militaire canadienne. Dans l’édition du 24 février 1991, Jourdenais se positionne unilatéralement en faveur de l’intervention canadienne tout en tentant de se justifier auprès de ses détracteurs au sein de sa circonscription : « Je suis complètement contre la guerre […], mais c’est dommage que pour avoir la paix, il faut la guerre. Saddam Hussein […] doit sortir du Koweït ou qu’on le sorte de force ». Coïncidemment, la même journée que les propos du député fédéral furent rapportés dans le journal fut celle où la coalition menée par les États-Unis prit part aux premiers combats terrestres contre les forces irakiennes[9] occupant le Koweït. Les forces aériennes et navales canadiennes continuèrent ainsi leur soutien aux forces terrestres de la coalition jusqu’au 28 février, soit le jour de la libération du Koweït. Le conseil des musulmans de la Rive-Sud Comme tous les aut res acteurs locaux, le conseil des musulmans de la Rive-Sud s’opposait lui aussi à la guerre du Golfe tout en faisant valoir sa position ferme quant à l’implication du Canada dans la guerre. Le pays devait se retirer immédiatement d’une guerre jugée immorale et plutôt négocier avec l’Irak pour trouver une solution à l’amiable[10]. Le conseil s’était réuni le dimanche 3 février au centre Émile-Nelligan à Brossard pour y tenir une conférence de presse. Cinq organismes musulmans y étaient présents : la communauté musulmane de la Rive-Sud, la Société d’éducation de l’Arabe aux musulmans, l’école El-Nour et la Mosquée de Longueuil. Bien que tous les organismes musulmans s’entendissent sur un retrait des forces armées canadiennes, il y avait des divergences d’opinions quant à l’interprétation de la situation au Moyen-Orient. Certains le percevaient comme servant les intérêts de l’impérialisme américain, d’autres évoquaient des comparaisons avec Israël, le Liban et les Palestiniens. Mais, ce que voulut mettre de l’avant le conseil lors de la conférence de presse, ce fut surtout la discrimination, le racisme et le harcèlement dont des membres de leurs communautés furent vi ctimes dans leur vie de tous les jours sur la Rive-Sud de Montréal : « J’étais avec mon épouse et mon enfant de 15 ans lorsque le chauffeur nous a fermé la porte au nez. [Et de s’être fait dire :] Maudits misérables, retournez donc chez vous. »[11] Le conseil craignait qu’une longue implication du Canada dans la guerre aille endommager l’acceptation sociale des Arabes et musulmans dans la société canadienne.   Conclusion La guerre du Golfe se termina avec la libération du Koweït et l’occupation temporaire de la partie sud-ouest de l’Irak par les membres de la coalition. En se retirant du Koweït, les troupes de Saddam Hussein mirent le feu à plus de 600 puits de pétrole dont certains continuèrent de brûler durant quelques mois. Un cessez-le-feu fut annoncé par le président Bush le 28 février. Le 3 mars, un armistice fut négocié avec l’Irak[12]. Malgré sa courte durée, la guerre du Golfe interpella plusieurs acteurs sur la Rive-Sud de Montréal, dans ce cas-ci, surtout à La Prairie et Brossard. Le professeur universitaire français en science politique, Arnaud Mercier, dans un article publié deux ans après le conflit, tenta d’expliquer comment les médias et les armées des pays occidentaux réussirent à contrôler la violence diffusée : L’analyse qui a guidé le comportement des acteurs de cette guerre est que la violence, les images de douleur et de mort, sont devenues insupportables dans les sociétés occidentales. Il faut donc les cacher pour ne pas occasionner dans l’opinion un choc émotionnel propre à contrarier la conduite des objectifs politiques de l’État, passant ici par la guerre. […] La violence a été montrée, mais elle fut euphémisée, mise en scène, simulée, voire esthétisée. […] La mise en scène. Elle a été recherchée systématiquement par les acteurs du conflit. Ainsi, l’adversaire a-t-il été stigmatisé comme la brute, celui qui recourt de façon illégitime à la violence. Les catégories de jugement manichéennes du bon et du mauvais se sont plaquées sur les présentations médiatiques de la guerre. […] Il fallait, face à la perte des repères de la guerre froide, retrouver immédiatement un ennemi qui redonne une identité et justifie le prolongement des programmes militaires[13]. Ainsi, y avait-il consensus pour la majorité des populations de la Rive-Sud de Montréal en faveur de l’intervention militaire du Canada dans la guerre du Golfe? Est-ce que les acteurs s’y opposant n’étaient finalement que des groupes minoritaires? La guerre du Golfe marqua néanmoins les débuts de l’ère du direct en Occident pour les guerres qui s’ensuivirent. ______________________________   [1] Richard Gimblett, « Guerre du golfe Persique (1990-1991) », l’Encyclopédie Canadienne (2016) : dernière modification le 17 juin 2020, https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/guerre-du-golfe-persique-1990-a-1991. [2] Brossard-Éclair, édition du dimanche 20 janvier 1991, p. 3. Les photos en noir et blanc ont été prises par les journalistes du Brossard-Éclair Léo Gagnon, Robert Côté et Jean Laramée. [3] Idem. [4] La MIRS est un organisme créé en 1975 à Brossard avec pour but, entre autres, d’accueillir les nouveaux arrivants et d’aider à leur intégration au Québec et dans la région de Montréal. L’organisme est toujours actif aujourd’hui : https://mirs.qc.ca/nos-services/. [5] Brossard-Éclair, édition du dimanche 20 janvier 1991, p. 4. [6] Brossard-Éclair, édition du dimanche 13 octobre 1991, p. 14. [7] Idem. [8] Gimblett, Guerre du golfe Persique (1990-1991). 2016. [9] Gouvernement du Canada, « Bataille et phases : Gulf phase 2 », dernière modification le 1er janvier 2020, https://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/battles-and-stages/gulf-stage-2. [10] Brossard-Éclair, édition du dimanche 10 février 1991, p. 3. [11] Brossard-Éclair, édition du dimanche 10 février 1991, p. 3. [12] Richard Gimblett, « Guerre du golfe Persique (1990-1991). » l’Encyclopédie Canadienne (2016) : dernière modification le 17 juin 2020. https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/guerre-du-golfe-persique-1990-a-1991. [13] Arnaud Mercier, « Médias et violence durant la guerre du Golfe », Cultures & Conflits 9-10 (1993) : https://doi.org/10.4000/conflits.296.   ______________________________ Bibliographie Journal Brossard-Éclair, éditions de janvier à octobre 1991. Gimblett, Richard. « Guerre du golfe Persique (1990-1991) ». L’Encyclopédie Canadienne (2016); Dernière modification 17 juin 2020. https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/guerre-du-golfe-persique-1990-a-1991. Gouvernement du Canada. « Bataille et phases : Gulf phase 2 ». Dernière modification le 1er janvier 2022, https://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/battles-and-stages/gulf-stage-2. Mercier, Arnaud. « Médias et violence durant la guerre du Golfe ». Cultures & Conflits 9-10 (1993) : https://doi.org/10.4000/conflits.296. ...
Archives à voix haute
Les voix d’archivistes passionnées vous révéleront les bijoux d’archives que conserve précieusement la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine. Laissez-vous transporter dans diverses époques de La Prairie et découvrir des anecdotes insoupçonnées dans cette séance de lecture à voix haute et de projection d’archives. Curieux ? Intrigant ? Venez « vivre » les archives autrement ! Présentées par les archivistes Hélène Élément, Caroline Laberge et Josée Sarrazin Les premières séances d’« Archives à voix haute » ont été expérimentées en France et se sont vite révélées de fantastiques outils de diffusion et de mise en valeur des archives. Au Québec, le mouvement s’est répandu par la volonté des archivistes, bien au fait de l’importance de faire connaître ces précieux témoins de l’histoire. Les trois archivistes ont participé à des lectures publiques d’archives avant de mettre sur pied une séance consacrée au mouvement patriote dans le cadre du 175e anniversaire des Rébellions de 1837-1838. La séance sur les Patriotes a été présentée à Verchères (2012), à Saint-Laurent (2013) et à la Maison Le Pailleur à Châteauguay (2019). Mardi 20 décembre 2022 à 19 h 30 Théâtre du Vieux-La Prairie 247, rue Sainte-Marie La Prairie Membres : GRATUIT – Non-membres : 7,50$   ...
Acquisitions récentes
Pour le plus grand plaisir de nos membres et lecteurs, nous soulignons ici quelques-unes des plus récentes acquisitions de notre bibliothèque. Les Filles du Roy, pionnières des seigneuries de Varennes et de Verchères. Par la Société d’histoire des Filles du Roy. Septentrion 2022     ______________________________ La Colonisation de l’Acadie : 1632 à 1654 Par André-Carl Vachon. Éditions La Grande Marée 2022       ______________________________ Les premières familles anglo-normandes au Québec, 1700-1860. Par Marcel Fournier Éditeur GID 2022       ______________________________ Curieuses histoires d’apothicaires Par Gilles Barbeau Éditeur: Septentrion 2018       ______________________________ Sur les traces d’André Robidou dit L’Espagnol. Hommage à nos ancêtres André Robidou et Jeanne Denote. Par Association des familles Robidoux inc. 2017         ______________________________ L’Île Perrot, rurale et urbaine : 350 ans Par Lise Chartier Éditeur : Québec, Septentrion, 2022 236 p. ill.   ...
Mot du président
L’année 2022 tire à sa fin et nous pouvons dire que nous avons eu une 50e année d’existence bien remplie. En cette fin d’année, je vous invite à la dernière activité du 50e anniversaire de la SHLM, Les archives à voix haute, activité ludique de mise en valeur des archives conservées par la SHLM ; qui aura lieu le mardi 20 décembre 2022 à 19 h 30 au Vieux-Théâtre (247, rue Sainte-Marie). Nos locaux seront fermés, pour la période des Fêtes, entre le 24 décembre 2022 et le 9 janvier 2023 inclusivement. Au nom du C. A. de la SHLM, de ses employées, de ses bénévoles et de ses membres, j’en profite pour vous souhaiter de très joyeuses Fêtes avec parents et amis. Reposez-vous bien et au plaisir de tous vous revoir au retour du congé pour vous souhaiter une bonne année 2023. Stéphane Tremblay, président ...

Soumettre un rapport

Formulaire de rapport

Hidden
Hidden
Hidden
Nom
Hidden
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.