Bulletins

Au jour le jour, janvier 2023

L’ancien Hôtel de la Source était situé à proximité de la gare à l’angle du chemin de Saint-Jean et de la rue du Maire.

Sur les traces de l'emprise du premier chemin de fer au Canada
Construit en 1836, le premier chemin de fer au Canada a relié La Prairie à Saint-Jean. N’est-ce pas un événement unique dans l’histoire de La Prairie? On en trouve des rappels dans les monuments qui ont été érigés au fil du temps dont le plus important est sans doute celui situé à l’angle des rues Saint-Ignace et Saint-Henri. Mais, au-delà de ces commémorations, on peut se demander ce qu’il reste aujourd’hui du chemin de fer de 1836. Eh bien, sachons qu’il reste encore des traces très impressionnantes et si bien conservées qu’elles peuvent être mises en valeur. Les voies ferrées ont certes disparu, mais l’emprise sur laquelle elles ont été construites a laissé des traces, et elles sont toujours là. La première question qui vient à l’esprit : mais où donc passait ce premier chemin de fer ? On sait que dans le territoire de la ville de La Prairie il suivait une ligne droite à partir du fleuve d’où arrivaient les passagers et les marchandises en bateau à vapeur. Il couvrait une distance de 8,3 km jusqu’à la jonction où, en 1851, il sera remplacé par une voie ferrée qui se rendra à Saint-Lambert pour y enjamber plus tard le pont Victoria. Or, 6,8 km de ces 8,3 km sont toujours repérables sur le territoire de La Prairie, soit près de 80 %. On peut distinguer quatre tronçons. Le premier relie l’A-132 à la rue du Maire sur une distance d’environ 1 km dans l’axe de la rue de la Levée. Le second prend le relai sur 1 km derrière le collège Jean de la Mennais en ligne droite avec la piste cyclable qui longe l’ancienne briqueterie. L’emprise disparaît malheureusement par la suite, effacée lors de l’aménagement des quartiers du Grand Boisé et Symbiocité. Le troisième tronçon réapparaît au-delà de l’A-30 sur 2,3 km, jusqu’à la limite de l’ancienne commune, dont 1,5 km bien conservé. Le dernier tronçon, d’une longueur de 2,5 km, relie la frontière de l’ancienne commune à l’intersection avec la voie ferrée actuelle menant au pont Victoria située à 400 mètres au nord du chemin de la Bataille. À qui appartiennent ces tronçons ? La ville est le principal propriétaire. Elle possède 51 % des 6,8 km de l’emprise repérable, suivi par Poirier, un entrepreneur immobilier, avec 34 %, et, finalement, le collège Jean de la Mennais et la Société d’agriculture du coté de La Prairie qui, ensemble, totalisent 15 %. La carte ci-dessus et le tableau suivant résument l’importance de chacun des tronçons repérables et précisent le nom du propriétaire. Tronçon Longueur km Propriétaire Longueur % Du village 1,0 Ville de La Prairie   51 Chemin de la Bataille 2,5 Ville de La Prairie Fontarabie 2,3 Poirier (entrepreneur) 34 Jean de la Mennais 1,0 Collège Jean de la Mennais et Société d’agriculture du comté de La Prairie   15 TOTAL EMPRISE 6,8 100 Le tronçon du village Cette partie de l’emprise comprend deux sections. La première, longue de plus de 300 mètres et se terminant à la rue Notre-Dame, est de loin la plus importante puisqu’on y retrouvait en 1836 les infrastructures qui ont marqué la révolution des transports du début du XIXe siècle : le chemin de fer, la gare, le quai où arrivaient et partaient les bateaux à vapeur. Il faut y ajouter le moulin seigneurial des Jésuites. Bien qu’il ait été construit à la fin du XVIIe siècle, il faisait partie de ce qui formait alors le pôle d’activité le plus important de La Prairie. L’illustration ci-dessus montre l’emplacement vraisemblable de la gare et du moulin en 1836. La deuxième section se confond avec la rue de la Levée et relie la rue Notre-Dame à la rue du Maire sur près de 700 mètres. Elle rappelle la renaissance du chemin de fer à La Prairie après son interruption en 1851. Plus tard, en 1936, les Entreprises Lallemand de Montréal, encore aujourd’hui un leader mondial de la levure, implantent une usine dans la zone industrielle du village. Elle y restera jusqu’en 1971. Plusieurs citoyens de La Prairie qui ont vécu dans cette partie de la ville se rappellent avoir traversé cette voie ferrée. Le tronçon Jean de la Mennais Le tronçon Jean de la Mennais (JDLM) fait le lien entre la rue du Maire et la limite sud du quartier du Grand Boisé. Il se déploie sur environ un kilomètre entre d’un côté la briqueterie et, de l’autre, le collège JDLM et des installations sportives de la ville de La Prairie. Une première section se confond avec une aire de conservation que le collège vient d’aménager (plantation d’arbres). Elle conduit à une deuxième section où elle prend la forme d’une piste cyclable menant vers le quartier du Grand Boisé. Ici, l’emprise est en grande partie située sur la propriété de la Société d’agriculture du comté de La Prairie qui possède également les terrains du Marché des jardiniers, du parc Lucie-Roussel et de Botanix. La ville détient un bail à long terme. Cette piste est reliée à celle qui borde le chemin de Saint-Jean, puis bifurque à droite en côtoyant Botanix pour rejoindre finalement l’emprise.                 Le tronçon Fontarabie Ce tronçon est situé entre la route 217 et la limite sud de l’ancienne commune. Il est traversé par la rivière Saint-Jacques presque en son milieu. Ce tronçon comprend deux sections. La première relie la route 217 à la rivière Saint-Jacques sur une distance de 770 mètres. Les traces de l’emprise et du pont qui enjambait la rivière sont à peine perceptibles. Une photo du pont datant de 1971 montre que les piliers étaient encore en bon état à cette époque. Photo saisissante datant de 1971 des vestiges du pont qui enjambait la rivière Saint-Jacques. Source: PELLETIER, Michel, Histoire des chemins de fer du Québec, Les Éditions GID, 2014, page 35 (750 pages).   La deuxième section fait le lien entre la rivière Saint-Jacques et la limite sud de l’ancienne commune. C’est dans cette partie longue de 1,7 kilomètre que l’on peut admirer l’emprise dans l’état qui s’approche beaucoup sans doute de ce qu’elle était à l’origine. Elle est actuellement utilisée par des amateurs de VTT et de motoneiges qui en assurent l’entretien en vertu d’une entente avec le propriétaire. On y accède par un sentier à partir du chemin de Saint-Jean, vis-à-vis du chemin de Fontarabie. Cette photo montre les traces de l’emprise menant à la rivière Saint-Jacques. Source: Albert Juneau Le tronçon chemin de la Bataille Long de 2,5 km, le tronçon du chemin de la Bataille relie la frontière de la commune à la voie ferrée qui assure le lien entre Saint-Jean et Saint-Lambert. Il est unique en ce qu’il traverse des terres agricoles sur toute sa longueur. L’emprise est nettement visible sur un kilomètre dans sa partie surélevée. La ville de La Prairie en est le propriétaire. Ce tronçon est particulièrement riche sur le plan patrimonial, non seulement en raison de la qualité de la partie surélevée de l’emprise, mais aussi parce qu’elle fait le lien entre le passé et le présent. En effet, le segment de 425 mètres entre le chemin de la Bataille et la voie ferrée actuelle impressionne par la surélévation très nette de l’emprise et le fait qu’elle ait été bien conservée. Il s’agit d’un héritage exceptionnel. Une grande partie du corridor de l’emprise de 1836 a été protégée. Il reste maintenant à mettre en valeur ce patrimoine unique.         ...
Carte interactive numérique de la seigneurie de La Prairie
Dans le cadre du 50e anniversaire de sa fondation, la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine s’était donné comme projet la création d’une carte numérique interactive couvrant l’ensemble du territoire de la seigneurie de La Prairie. Une demande de financement avait été acheminée auprès de Desjardins Caisse de La Prairie afin d’éponger une partie des coûts associés à ce vaste projet. Au bonheur de tous, notre demande fut reçue avec enthousiasme par les dirigeants de la caisse. Nous tenons ici à offrir nos remerciements aux dirigeants de la Caisse, non seulement pour l’aide actuelle, mais également pour le soutien constant apporté au fil des années. La remise officielle du chèque de 5 000 $ a été faite le 28 novembre 2022 en présence de Mme Johane St-Onge, l’actuelle présidente du conseil d’administration de Desjardins Caisse populaire de La Prairie. Vous pouvez consulter la carte sur notre site Web à l’adresse suivante : https://shlm.info/cartes/carte-interactive/ ...
Comité de la vente de livres d’occasion
La Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine souhaite remercier Mme Huguette Langlois pour son implication au cours des neuf dernières années à titre de directrice du Comité de la vente de livres d’occasion. Passionnée de lecture, madame Langlois s’est jointe au Comité de la vente de livres en 2012 à titre de bénévole. En 2014, suite au départ de Mme Élizabeth Dorman, jusqu’alors directrice, elle occupera cette fonction jusqu’au mois d’octobre 2022. Au cours de son mandat, les ventes annuelles de livres d’occasion ont connu des succès remarquables, permettant ainsi à la SHLM la réalisation de nombreux projets. Mme Langlois demeure néanmoins active au sein du comité dans un rôle de soutien au nouveau directeur, monsieur Michel Côté. Nous souhaitons beaucoup de succès à M. Côté ainsi qu’à toute l’équipe de bénévoles. ...
Mot du président
Vœux de la nouvelle année En ce début d’année 2023, je souhaite santé, prospérité et succès à tous nos amis, bénévoles, employées, membres et partenaires. Nous sommes les défenseurs du patrimoine culturel de la seigneurie de La Prairie depuis maintenant 50 ans et, plus que jamais, nous avons besoin de votre soutien afin de pouvoir offrir nos activités à la population au cours du prochain demi-siècle. Vous pouvez soutenir la SHLM dans la réalisation de ses projets en posant un ou plusieurs de ces gestes : Renouveler votre carte de membre/devenir membre en janvier. Assister aux conférences mensuelles de la SHLM le 3e mardi de chaque mois. Lire régulièrement le bulletin mensuel et peut-être même collaborer à sa rédaction ? Assister à l’assemblée générale annuelle des membres de la SHLM le mardi 21 mars prochain. Faire l’acquisition d’une de nos publications. Enrichir nos archives en faisant don de photos ou de documents.   Bonne année 2023 ! Stéphane Tremblay, président de la SHLM ...
17 Jan 2023
Alcool et débits de boisson à La Prairie

Au jour le jour, décembre 2022

Crèche de Noël de la Chambre de commerce de La Prairie en 1952.

Brossard et La Prairie - la guerre du Golfe
Introduction L’opinion publique et les conflits modernes évoluent en fonction des technologies de l’information qui changent et se perfectionnent année après année. La dernière décennie a été marquée par les téléphones intelligents qui permettent d’enregistrer et diffuser rapidement du contenu au moment des faits tandis que les années 80 et 90 avaient vu l’émergence de reportages télévisés en direct, surtout en Occident. Les auditeurs assistaient depuis leur foyer, grâce aux grandes chaînes médiatiques, à la guerre en temps réel. Trente ans auparavant, l’Occident s’embarquait dans la guerre du golfe Persique. Le Canada y prit part militairement et les répercussions de cette guerre se répercutèrent jusque sur la Rive-Sud de Montréal, où des acteurs de Brossard et La Prairie se sentirent concernés. Le journal Brossard-Éclair documenta les actions et propos de ceux-ci pendant les 48 jours que la guerre dura. Les étudiants Au matin du mardi 15 janvier 1991, une coalition comprenant les États-Unis et leurs alliés déclenchèrent l’opération « Desert Shield » avec pour but de libérer le Koweït de l’occupation irakienne[1] qui avait commencé le 2 août 1990. Le 15 janvier était la date limite donnée à l’Irak pour qu’elle retire ses troupes du Koweït. C’est aussi cette même journée, selon les dires du Brossard-Éclair, que spontanément, une centaine d’élèves de l’école secondaire Antoine-Brossard sortirent dans les rues de la ville de Brossard en manifestant pour la paix[2]. Ces étudiants marchèrent jusqu’à l’école Monseigneur-A.-M.-Parent à Saint-Hubert, soit environ une heure de marche pour 5,5 kilomètres. La manifestation regroupait près de 300 personnes[3]. De plus, la manifestation, par sa spontanéité et le fait qu’elle se déroula durant des examens, laissa planer une exclusion de ces élèves des évaluations pour absence non motivée. Les élèves revinrent de leur marche vers 12 h 30. Le lundi 16 janvier, un groupe plus petit d’étudiants d’une autre école secondaire, celle de la Magdeleine à La Prairie, allèrent manifester eux aussi pour la paix en marchant jusqu’à Antoine-Brossard, en solidarité.   La Maison Internationale de la Rive-Sud Les étudiants ne furent pas les seuls acteurs à manifester leur opposition à la guerre. Le dir ecteur de la Maison Internationale de la Rive-Sud[4] à l’époque, Rafael Hernandez, se vit consacrer une page dans le Brossard-Éclair la semaine suivante[5]. En plus de militer pour la paix, Hernandez déplora l’intervention du Canada dans cette guerre en faisant remarquer que le pays était une terre d’accueil pour les réfugiés de ces conflits. Hernandez commenta aussi l’aspect du contrôle de l’information de la guerre : « La censure énorme empêche les individus d’avoir des informations pertinentes alors que les gens ont droit de savoir ». Huit mois suivant la fin de la guerre, le 25 octobre, la MIRS, dans le but de conscientiser les habitants de la Rive-Sud de Montréal sur les effets locaux de la guerre, organisa une conférence gratuite à Brossard intitulée « La guerre du Golfe, impact sur la population locale ». La sociologue Aida Kaouk du Centre d’Étude des Arabes pour le développement vint parler des conséquences psychologiques, sociales et politiques de la guerre du Golfe sur les populations du Moyen et Proche-Orient[6]. Fernand Jourdenais À l’époque, la circonscription fédérale de La Prairie comprenait aussi la ville de Brossard. Son député, Fernand Jourdenais, élu sous la bannière des progressistes-conservateurs, parti de Brian Mulroney, appuya la résolution votée en chambre. Celle-ci voulait que le Canada soutienne les actions militaires de l’ONU contre l’Irak. Cependant, Jourdenais était tiraillé par les nombreux intérêts divergents qu’il y avait au sein de son comté. D’une part, la circonscription de La Prairie comptait autour de 550 militaires y résidant[7]. Il faut comprendre que lors de cette guerre, aucune infanterie canadienne ne fut envoyée dans les combats terrestres. Ce fut plutôt un soutien mutu el entre les forces navales et aériennes de l’armée canadienne appelé « opération Friction »[8]. D’autre part, Jourdenais était conscient qu’il y avait plusieurs communautés musulmanes, presque entièrement concentrées à Brossard, qui ne soutenaient pas l’intervention militaire canadienne. Dans l’édition du 24 février 1991, Jourdenais se positionne unilatéralement en faveur de l’intervention canadienne tout en tentant de se justifier auprès de ses détracteurs au sein de sa circonscription : « Je suis complètement contre la guerre […], mais c’est dommage que pour avoir la paix, il faut la guerre. Saddam Hussein […] doit sortir du Koweït ou qu’on le sorte de force ». Coïncidemment, la même journée que les propos du député fédéral furent rapportés dans le journal fut celle où la coalition menée par les États-Unis prit part aux premiers combats terrestres contre les forces irakiennes[9] occupant le Koweït. Les forces aériennes et navales canadiennes continuèrent ainsi leur soutien aux forces terrestres de la coalition jusqu’au 28 février, soit le jour de la libération du Koweït. Le conseil des musulmans de la Rive-Sud Comme tous les aut res acteurs locaux, le conseil des musulmans de la Rive-Sud s’opposait lui aussi à la guerre du Golfe tout en faisant valoir sa position ferme quant à l’implication du Canada dans la guerre. Le pays devait se retirer immédiatement d’une guerre jugée immorale et plutôt négocier avec l’Irak pour trouver une solution à l’amiable[10]. Le conseil s’était réuni le dimanche 3 février au centre Émile-Nelligan à Brossard pour y tenir une conférence de presse. Cinq organismes musulmans y étaient présents : la communauté musulmane de la Rive-Sud, la Société d’éducation de l’Arabe aux musulmans, l’école El-Nour et la Mosquée de Longueuil. Bien que tous les organismes musulmans s’entendissent sur un retrait des forces armées canadiennes, il y avait des divergences d’opinions quant à l’interprétation de la situation au Moyen-Orient. Certains le percevaient comme servant les intérêts de l’impérialisme américain, d’autres évoquaient des comparaisons avec Israël, le Liban et les Palestiniens. Mais, ce que voulut mettre de l’avant le conseil lors de la conférence de presse, ce fut surtout la discrimination, le racisme et le harcèlement dont des membres de leurs communautés furent vi ctimes dans leur vie de tous les jours sur la Rive-Sud de Montréal : « J’étais avec mon épouse et mon enfant de 15 ans lorsque le chauffeur nous a fermé la porte au nez. [Et de s’être fait dire :] Maudits misérables, retournez donc chez vous. »[11] Le conseil craignait qu’une longue implication du Canada dans la guerre aille endommager l’acceptation sociale des Arabes et musulmans dans la société canadienne.   Conclusion La guerre du Golfe se termina avec la libération du Koweït et l’occupation temporaire de la partie sud-ouest de l’Irak par les membres de la coalition. En se retirant du Koweït, les troupes de Saddam Hussein mirent le feu à plus de 600 puits de pétrole dont certains continuèrent de brûler durant quelques mois. Un cessez-le-feu fut annoncé par le président Bush le 28 février. Le 3 mars, un armistice fut négocié avec l’Irak[12]. Malgré sa courte durée, la guerre du Golfe interpella plusieurs acteurs sur la Rive-Sud de Montréal, dans ce cas-ci, surtout à La Prairie et Brossard. Le professeur universitaire français en science politique, Arnaud Mercier, dans un article publié deux ans après le conflit, tenta d’expliquer comment les médias et les armées des pays occidentaux réussirent à contrôler la violence diffusée : L’analyse qui a guidé le comportement des acteurs de cette guerre est que la violence, les images de douleur et de mort, sont devenues insupportables dans les sociétés occidentales. Il faut donc les cacher pour ne pas occasionner dans l’opinion un choc émotionnel propre à contrarier la conduite des objectifs politiques de l’État, passant ici par la guerre. […] La violence a été montrée, mais elle fut euphémisée, mise en scène, simulée, voire esthétisée. […] La mise en scène. Elle a été recherchée systématiquement par les acteurs du conflit. Ainsi, l’adversaire a-t-il été stigmatisé comme la brute, celui qui recourt de façon illégitime à la violence. Les catégories de jugement manichéennes du bon et du mauvais se sont plaquées sur les présentations médiatiques de la guerre. […] Il fallait, face à la perte des repères de la guerre froide, retrouver immédiatement un ennemi qui redonne une identité et justifie le prolongement des programmes militaires[13]. Ainsi, y avait-il consensus pour la majorité des populations de la Rive-Sud de Montréal en faveur de l’intervention militaire du Canada dans la guerre du Golfe? Est-ce que les acteurs s’y opposant n’étaient finalement que des groupes minoritaires? La guerre du Golfe marqua néanmoins les débuts de l’ère du direct en Occident pour les guerres qui s’ensuivirent. ______________________________   [1] Richard Gimblett, « Guerre du golfe Persique (1990-1991) », l’Encyclopédie Canadienne (2016) : dernière modification le 17 juin 2020, https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/guerre-du-golfe-persique-1990-a-1991. [2] Brossard-Éclair, édition du dimanche 20 janvier 1991, p. 3. Les photos en noir et blanc ont été prises par les journalistes du Brossard-Éclair Léo Gagnon, Robert Côté et Jean Laramée. [3] Idem. [4] La MIRS est un organisme créé en 1975 à Brossard avec pour but, entre autres, d’accueillir les nouveaux arrivants et d’aider à leur intégration au Québec et dans la région de Montréal. L’organisme est toujours actif aujourd’hui : https://mirs.qc.ca/nos-services/. [5] Brossard-Éclair, édition du dimanche 20 janvier 1991, p. 4. [6] Brossard-Éclair, édition du dimanche 13 octobre 1991, p. 14. [7] Idem. [8] Gimblett, Guerre du golfe Persique (1990-1991). 2016. [9] Gouvernement du Canada, « Bataille et phases : Gulf phase 2 », dernière modification le 1er janvier 2020, https://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/battles-and-stages/gulf-stage-2. [10] Brossard-Éclair, édition du dimanche 10 février 1991, p. 3. [11] Brossard-Éclair, édition du dimanche 10 février 1991, p. 3. [12] Richard Gimblett, « Guerre du golfe Persique (1990-1991). » l’Encyclopédie Canadienne (2016) : dernière modification le 17 juin 2020. https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/guerre-du-golfe-persique-1990-a-1991. [13] Arnaud Mercier, « Médias et violence durant la guerre du Golfe », Cultures & Conflits 9-10 (1993) : https://doi.org/10.4000/conflits.296.   ______________________________ Bibliographie Journal Brossard-Éclair, éditions de janvier à octobre 1991. Gimblett, Richard. « Guerre du golfe Persique (1990-1991) ». L’Encyclopédie Canadienne (2016); Dernière modification 17 juin 2020. https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/guerre-du-golfe-persique-1990-a-1991. Gouvernement du Canada. « Bataille et phases : Gulf phase 2 ». Dernière modification le 1er janvier 2022, https://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/battles-and-stages/gulf-stage-2. Mercier, Arnaud. « Médias et violence durant la guerre du Golfe ». Cultures & Conflits 9-10 (1993) : https://doi.org/10.4000/conflits.296. ...
Archives à voix haute
Les voix d’archivistes passionnées vous révéleront les bijoux d’archives que conserve précieusement la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine. Laissez-vous transporter dans diverses époques de La Prairie et découvrir des anecdotes insoupçonnées dans cette séance de lecture à voix haute et de projection d’archives. Curieux ? Intrigant ? Venez « vivre » les archives autrement ! Présentées par les archivistes Hélène Élément, Caroline Laberge et Josée Sarrazin Les premières séances d’« Archives à voix haute » ont été expérimentées en France et se sont vite révélées de fantastiques outils de diffusion et de mise en valeur des archives. Au Québec, le mouvement s’est répandu par la volonté des archivistes, bien au fait de l’importance de faire connaître ces précieux témoins de l’histoire. Les trois archivistes ont participé à des lectures publiques d’archives avant de mettre sur pied une séance consacrée au mouvement patriote dans le cadre du 175e anniversaire des Rébellions de 1837-1838. La séance sur les Patriotes a été présentée à Verchères (2012), à Saint-Laurent (2013) et à la Maison Le Pailleur à Châteauguay (2019). Mardi 20 décembre 2022 à 19 h 30 Théâtre du Vieux-La Prairie 247, rue Sainte-Marie La Prairie Membres : GRATUIT – Non-membres : 7,50$   ...
Acquisitions récentes
Pour le plus grand plaisir de nos membres et lecteurs, nous soulignons ici quelques-unes des plus récentes acquisitions de notre bibliothèque. Les Filles du Roy, pionnières des seigneuries de Varennes et de Verchères. Par la Société d’histoire des Filles du Roy. Septentrion 2022     ______________________________ La Colonisation de l’Acadie : 1632 à 1654 Par André-Carl Vachon. Éditions La Grande Marée 2022       ______________________________ Les premières familles anglo-normandes au Québec, 1700-1860. Par Marcel Fournier Éditeur GID 2022       ______________________________ Curieuses histoires d’apothicaires Par Gilles Barbeau Éditeur: Septentrion 2018       ______________________________ Sur les traces d’André Robidou dit L’Espagnol. Hommage à nos ancêtres André Robidou et Jeanne Denote. Par Association des familles Robidoux inc. 2017         ______________________________ L’Île Perrot, rurale et urbaine : 350 ans Par Lise Chartier Éditeur : Québec, Septentrion, 2022 236 p. ill.   ...
Mot du président
L’année 2022 tire à sa fin et nous pouvons dire que nous avons eu une 50e année d’existence bien remplie. En cette fin d’année, je vous invite à la dernière activité du 50e anniversaire de la SHLM, Les archives à voix haute, activité ludique de mise en valeur des archives conservées par la SHLM ; qui aura lieu le mardi 20 décembre 2022 à 19 h 30 au Vieux-Théâtre (247, rue Sainte-Marie). Nos locaux seront fermés, pour la période des Fêtes, entre le 24 décembre 2022 et le 9 janvier 2023 inclusivement. Au nom du C. A. de la SHLM, de ses employées, de ses bénévoles et de ses membres, j’en profite pour vous souhaiter de très joyeuses Fêtes avec parents et amis. Reposez-vous bien et au plaisir de tous vous revoir au retour du congé pour vous souhaiter une bonne année 2023. Stéphane Tremblay, président ...

Au jour le jour, novembre 2022

Le presbytère de La Prairie restauré après l’incendie de 1960.

Margueritte Françoise Moreau se dévoile
Margueritte Françoise Moreau est ma première ancêtre paternelle en Nouvelle-France. En 2015, un cours de paléographie en poche, je m’attelle à une recherche exhaustive sur les faits et gestes de cette Fille du roi au parcours hors du commun. C’est ainsi que je répertorie et transcris des centaines de pages d’actes notariés, juridiques ou de l’état civil qui l’impliquent. J’ai vite compris qu’il s’y cachait des informations fort utiles pour découvrir qui était cette Margueritte.   À partir du résultat de mes recherches, de la lecture de récits historiques et de livres de chercheurs intéressés par la Nouvelle-France, j’ai rédigé deux articles pour raconter son histoire. Le premier, paru en septembre 2019 dans la revue « L’Ancêtre » de la Société de généalogie de Québec, trace le parcours de Margueritte Moreau de son départ de Paris en avril 1670 jusqu’au décès de son premier époux, Mathieu Faye dit Lafayette, en août 1695. Le deuxième article débute à cette année charnière de sa vie. Il aborde son remariage avec Jean Lefort dit Laprairie jusqu’à son décès en octobre 1718. Il paraîtra en deux parties dans la revue « L’Ancêtre » de septembre 2022 et celle de décembre 2022[1].   En tant que Fille du roi, plusieurs articles ont déjà été consacrés dans le passé à Margueritte Françoise Moreau et le sont encore aujourd’hui. Le présent texte a pour but de partager quelques données inédites, trouvées dans des documents d’archives et incorporées à mes articles. La méconnaissance de ces informations a pu conduire certains auteurs, à des interprétations incomplètes et parfois inexactes de la réalité de ma première ancêtre paternelle en Nouvelle-France.   Pour illustrer mon propos, il sera question de la captivité de Margueritte Françoise Moreau en Iroquoisie, d’un banc d’église et de son remariage avec Jean Lefort dit Laprairie. Captivité en Iroquoisie  Lors de l’attaque de John Schuyler sur La Prairie le 4 septembre 1690, Mathieu Faye et Margueritte Moreau sont faits prisonniers et amenés en Iroquoisie. Certains textes disent que Mari Anne, fille de Margueritte et Mathieu, pourrait être née en captivité, que le couple est revenu à La Prairie en 1694 après avoir échappé à leurs ravisseurs et que Claude Faye a joué un rôle important avec la famille pendant cette période.  Que disent les documents d’archives : Tutelle et inventaire du 8 octobre 1693 Le 8 octobre 1693, Pierre Bourdeau, dans un document rédigé par le notaire Antoine Adhémar, s’adresse au bailli de Montréal[2]. Il indique qu’il est l’époux de Marie Faye, la fille de Mathieu et Margueritte Moreau. Que ces derniers ont été pris par les Iroquois le 4 septembre 1690 et qu’ils ont laissé derrière eux quatre enfants mineurs : André maintenant âgé de 15 ans, Angélique 11 ans, Jeanne 9 ans et Mari Anne 3 ans. Que depuis l’enlèvement, il pourvoit aux besoins quotidiens des enfants en plus de s’occuper de la ferme de ses beaux-parents.   Puisqu’après trois ans il est toujours sans nouvelles d’eux, il demande que soient nommés un tuteur et un subrogé tuteur aux quatre enfants mineurs et que soit délibéré ce qui doit être fait pour subvenir à leurs besoins tant pour le passé que pour l’avenir. Il requiert aussi que soit fait l’inventaire de leurs biens.   Le bailli acquiesce à ses demandes. C’est donc, en vertu de cette ordonnance, que Pierre Bourdeau comparait devant lui en après-midi[3]. Il est accompagné de Claude Faye, neveu de Mathieu Faye, Charles Denaud, qui agit comme procureur de Joseph Benard, gendre desdits Faye et Moreau, Pierre Gagnier, Claude Carron et d’autres amis de la famille.   Cette assemblée de parents et amis élit Pierre Bourdeau comme tuteur et Claude Faye comme subrogé tuteur. Ils demandent que Bourdeau puisse jouir de tous les biens laissés par Mathieu et Margueritte à condition qu’il continue de nourrir et entretenir les enfants jusqu’à l’âge de 18 ans. Enfin ils suggèrent que Bourdeau soit compensé, à même l’inventaire des biens[4] qui sera fait, pour les soins prodigués aux enfants depuis l’enlèvement.   Grâce à ces documents d’archives, nous découvrons que Mari Anne n’est pas née en captivité. Elle est venue au monde à La Prairie en 1690 avant l’enlèvement de sa mère Margueritte Moreau le 4 septembre. Ce qui permet aussi de déduire que Mari Anne, qui s’est mariée le 16 septembre 1750, était âgée de 60 ans et qu’elle avait 90 ans lors de son décès le 14 septembre 1780. Finalement, nous apprenons que c’est Pierre Bourdeau, le gendre de Mathieu Faye et de Margueritte qui s’occupe des enfants et de la ferme pendant leur captivité. Captivité chez les Onnéiouts et retour à La Prairie en octobre 1694, une hypothèse plausible ! Mathieu et Margueritte ainsi que leur voisin Claude Aumart font partie des prisonniers amenés en Iroquoisie après l’attaque de John Schuyler le 4 septembre 1690. Dans la sentence du 22 mars 1695 prononcée par Charles Juchereau en faveur des Jésuites[5], il est inscrit que peu de temps après son arrivée dans le village des Onnéiouts, Aumart est conduit au poteau et brûlé vif par ses ravisseurs. Le père jésuite Pierre Millet, prisonnier des Onnéiouts depuis 1689, reçoit alors ses dernières volontés.   Claude Aumart habite sur le bord de la rivière Saint-Jacques, il est voisin de Mathieu Faye et Margueritte Moreau. Ils travaillaient fort probablement côte à côte dans leur champ quand ils ont été attaqués par John Schuyler. Il est donc vraisemblable qu’ils aient été capturés tous les trois par la même bande d’Iroquois et qu’ils se retrouvent prisonniers ensemble dans le même village, celui des Onnéiouts.   À la fin d’octobre 1694, l’Onnéiout Tareha, ramène en Nouvelle-France le jésuite Pierre Millet avec quelques autres prisonniers français, comme l’indique une lettre de Callière, gouverneur de Montréal[6]. C’est à ce moment que Mathieu et Margueritte réapparaissent à La Prairie alors que Mathieu agit comme parrain au baptême du premier enfant de son neveu Claude Faye, le 27 octobre 1694.   Ainsi Margueritte Moreau et Mathieu Faye auraient passé leur captivité chez les Onnéiouts et ils auraient été ramenés à Montréal, avec Pierre Millet, quatre ans plus tard, à la fin d’octobre 1694. Un banc d’église pour Margueritte  Margueritte Moreau achète un banc dans l’église Saint-François-Xavier. Certains textes disent que Margueritte loue le premier banc de la nef, au prix de 12 livres plus 2 livres pour chaque année de location.  Que disent les documents d’archives : Greffe du notaire Guillaume Barette le 9 mai 1723 et vente du 11 juillet 1722  Le 9 octobre 1695, Margueritte Moreau, devenue veuve, rencontre le curé Louis Geoffroy et le marguillier Thomas Hébert pour acheter un banc dans l’église Saint-François-Xavier. Elle voudrait bien le premier banc de la nef, au coût de 30 livres. Mais le curé émet des réserves sur cette possibilité et il procède à la vente en respectant l’ordre des bancs déjà concédés. Margueritte débourse sur-le-champ 12 livres pour l’achat de son banc, qui est soumis à une rente annuelle de 2 livres et 10 sols. Ces informations apparaissent au greffe du notaire Guillaume Barette, dans un acte daté du 9 mai 1723[7], dans lequel il a collationné et vidimé (certifié la copie de l’acte) l’acte original de 1695 passé au presbytère de La Prairie-de-la-Magdeleine. Le 11 juillet 1722, la vente[8], par ses petits-fils, des droits du banc que Margueritte avait acheté en 1695, confirme que ce n’était pas le premier banc de la nef puisqu’il se situait entre celui de Clément Lériger et celui de Jean Perras. Remariage de Margueritte Moreau avec Jean Lefort dit Laprairie Margueritte épouse en deuxième noces Jean Lefort dit Laprairie. Certains textes disent que Jean Lefort a environ 14 ans de plus que Margueritte et qu’on ignore la date précise de son décès.   Que disent les documents d’archives : naissances, mariages, sépultures Dans l’inventaire des biens de Mathieu Faye et Margueritte Moreau, effectué le 8 octobre 1693, on mentionne dans la section Titres papiers et enseignements à l’item inventorié quatre : L’extraict baptistaux de ladite Moreau du 7ème aoust 1654/signé Gossart. On connaît donc la date de naissance de Margueritte à quelques jours près.   Dans le registre paroissial de Boucherville, l’acte de mariage de Jean Lefort dit Laprairie avec sa deuxième épouse, Marguerite Bourgy, le 14 août 1719, indique que Jean est âgé d’environ 50 ans. Ce qui veut dire qu’il est né en 1668 ou 1669.   Lorsque Margueritte Moreau épouse Jean Lefort le 21 novembre 1696, elle a 42 ans. Jean a environ 28 ans. Il a donc 14 ans de moins que Margueritte.   Au registre paroissial de La Prairie, on retrouve l’acte de sépulture de Margueritte, décédée le 16 octobre 1718, elle est donc âgée de 64 ans.   En ce qui concerne Jean Lefort dit Laprairie, son acte de sépulture est introuvable. Mais l’inventaire des biens de feu Jean Lefort et de Marguerite Bourgy[9], effectué par le notaire Barette, indique que Jean Lefort est décédé le 1er novembre 1726. L’inventaire mentionne également que la communauté doit 55 livres à l’église de La Prairie pour l’inhumation de feu Lefort et des prières. Jean Lefort a donc été enterré à La Prairie, il était âgé d’environ 58 ans. Conclusion Ces quelques exemples, issus de mes articles sur Margueritte Françoise Moreau, démontrent toute la richesse des données contenues dans les documents d’archives et l’importance de lire les actes originaux dans leur entièreté. Incontournables, ils sont la source première de l’information grâce à laquelle l’histoire de nos ancêtres se dévoile au fur et à mesure que nos recherches se peaufinent. L’auteur est l’arrière… arrière-petite-fille de Margueritte Françoise Moreau et de Jean Lefort dit Laprairie. ______________________________ [1] LEFORT, Jocelyne. « L’audacieuse et courageuse Margueritte-Françoise Moreau, ma première ancêtre paternelle en Nouvelle-France », SGQ, L’Ancêtre, vol. 46, no 328, automne 2019, p. 25-38 ; vol. 49, no 340, automne 2022 et no 341, hiver 2022. [2] BanQ. Demande de tutelle des enfants de Mathieu Faye et Margueritte Moreau, le 8 octobre 1693, Minutier d’Antoine Adhémar. [3] BAnQ-Montréal. Tutelle des enfants de Lafayette et sa femme de La Prairie-de-la-Magdeleine, le 8 octobre 1693, TL2_1971_00_000_11577. [4] BAnQ. Inventaire de Faye et Moreau sa femme, le 8 octobre 1693, minutier d’Antoine Adhémar. [5] BAnQ. Biens des Jésuites, E21-S64-SS5-SSS15-D1-P221, Sentence de Charles Juchereau, en faveur des Jésuites contre la fabrique de La Prairie-de-la-Magdeleine, le 22 mars 1695. [6] BAC. Collection C11A, vol. 13, folios 376 v, 377. Lettre de Callière au ministre, le 27 octobre 1695. [7] BAnQ. Cession d’un banc dans l’église de La Prairie de la Magdeleine, par le curé de la paroisse, à Marguerite Moreau veuve de Mathieu Fayette, le 9 mai 1723, minutier de Guillaume Barette. [8] BAnQ. Vente par Pierre et Dominique Bourdeau, à Pierre Roy, des droits dans un banc de l’église de La Prairie de la Madeleine, le 11 juillet 1722, minutier de Guillaume Barette. [9] BAnQ, Inventaire des biens de la communauté de Marguerite Bourgis, veuve de Jean Lefors, de La Prairie de la Madeleine, le 23 novembre 1726, minutier de Guillaume Barette. ...
Les grands explorateurs
La compagnie Les Grands Explorateurs a offert une paire de billets pour la représentation du 14 novembre 2022 à la salle Richard-Sauvageau de la polyvalente La Magdeleine à La Prairie. La conférence s’intitule « Sur les chemins d’Iran » et est présentée par Danielle et Gilles Hubert. Tous les membres et bénévoles de la SHLM étaient éligibles. Le tirage au sort a été fait le 9 novembre 2022 par Mme Maryse Ingenito. Jean-Pierre Labelle, trésorier et Caroline Laberge, archiviste et directrice générale ont supervisé le tout. L’heureuse gagnante de la paire de billets est Mme Gabrielle Berthiaume, membre de la SHLM. Nous souhaitons une bonne soirée à Mme Berthiaume.   ...
Halloween 2022
Le 29 octobre soulignait le retour de la fête de l’Halloween organisée de façon spectaculaire par la ville de La Prairie, après deux années de relâche pandémique. Tout le Vieux-La Prairie était hanté !   La SHLM a distribué des friandises aux milliers de visiteurs tout sourire qui ont défilé devant le local, et des signets de la société d’histoire ont été remis aux adultes.                   Merci aux bénévoles costumés qui ont veillé à la distribution continue des bonbons entre 18 h et 20 h 30. Marie-Pierre Bellemare, notre guide estivale, Jeanne Laberge, Antoine Simonato, Raphaël Humphries, Charles et Philémon Trottier. Crédit photo: Charles Trottier ...
Conférence janvier 2023
Monsieur Antoine Simonato, secrétaire de la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine, nous présente  « Alcool et débits de boisson à La Prairie ».   Cette conférence est offerte en complément de l’exposition au Musée d’archéologie de Roussillon, Frette ou tablette, 400 ans de bière au Québec.   Notre rapport avec les « boissons enivrantes » depuis la Nouvelle-France jusqu’à la création de la Société des alcools du Québec. La conférence portera essentiellement sur la région de La Prairie.   La petite histoire laprairienne des lieux de fabrication de la bière et de spiritueux, de la vente et de la consommation. Distilleries, auberges, hôtels, tavernes…   Il sera aussi question du mouvement de la Tempérance, des effets de la prohibition américaine de ce côté-ci de la frontière…sans oublier de savoureuses anecdotes !   ...
BMS de La Prairie : maintenant en ligne !
Quelques-uns l’auront déjà remarqué, les registres des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de La Nativité de La Prairie sont maintenant en ligne sur notre site web, et ce, EXCLUSIVEMENT pour les membres de la SHLM. Tous les registres sont accessibles à partir de la section Ressources / BMS La Prairie du menu principal. Depuis quelques mois, notre trésorier Jean-Pierre Labelle travaille avec le développeur web de la firme Aponia afin de mettre en ligne cette base de données plus complète que la version imprimée. En effet, la version papier ne permettait pas d’inclure tous les détails des registres transcrits par M. Jean L’Heureux, mais la base de données a pu les inclure sous forme de fiche pour chaque individu.   ...
Mot du président
11e édition de la Semaine nationale de la généalogie   Afin d’accommoder nos membres et les chercheurs, la SHLM dispose de nombreux répertoires généalogiques ainsi que des abonnements à des sites de généalogie, dont Ancestry et Mes Aïeux. À tous les ans en novembre, la Fédération québécoise des sociétés de généalogie (FQSG) organise la Semaine nationale de la généalogie. Cette année, du 19 au 26 novembre, les sociétés membres mettront sur pied diverses activités reliées à la pratique de la généalogie. Afin de stimuler les recherches sur la vie des femmes qui ont fait notre histoire familiale, la thématique de la 11e édition de la SNG s’intitule « de mère en fille, la généalogie au féminin ». Le lundi 21 novembre, la SHLM organisera une journée portes ouvertes afin d’initier les citoyens à la pratique de la généalogie. Pour plus d’infos voir : https://www.federationgenealogie.com/fr/semaine-nationale-de-la-genealogie Bonne Semaine nationale de la généalogie ! Stéphane Tremblay, GFA Président ...
20 Dec 2022
Conférence spéciale en décembre

Au jour le jour, octobre 2022

Meeting électoral au Carré La Mennais dans les années 1930.

Redonner vie à la maison Brossard (1)
Comité pour la sauvegarde de la maison Brossard         En juillet 2020, la ministre de la Culture Nathalie Roy annonce le classement de la maison Brossard et du site patrimonial de la Maison-Brossard en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. Aboutissement très attendu d’une démarche citoyenne initiée par le comité pour la sauvegarde de la maison Brossard, le lieu est enfin reconnu pour ses valeurs historique, architecturale, ethnologique et paysagère. Or, malgré l’attribution d’un nouveau statut de reconnaissance patrimoniale, l’avenir du dernier témoin authentique du passé rural et agricole de la Ville de Brossard est incertain. L’immeuble est actuellement l’objet de divers recours judiciaires qui retardent sa restauration et sa mise en valeur.  « Le silence des maisons vides »[1]  En empruntant le chemin des Prairies en direction du complexe commercial Dix30, l’emplacement où s’élève la maison Brossard et ses bâtiments de ferme apparait comme le vestige d’une époque révolue. Depuis le prolongement de l’autoroute 30 en 1996, les maisons paysannes du secteur et leurs dépendances ont été démolies et remplacées par des ensembles résidentiels[2]. En rupture avec son environnement immédiat, la maison en pierre des champs, bâtie entre les années 1784-1803, occupe toujours son site d’origine sur une partie du lot de terre où l’ancêtre Claude Brossard s’est établi en 1743[3]. Son toit à deux versants, ses murs de maçonnerie crépie, ses cheminées et sa charpente de toit témoignent de l’ingéniosité de l’habitant pour s’adapter à son milieu. Au cours du XIXe siècle, une cuisine d’été est construite en annexe du bâtiment principal. À proximité, une laiterie en pierre, une grange-étable, un garage érigé au milieu des années 1930 ainsi qu’un poulailler et des latrines évoquent la vie agricole d’autrefois. Très peu modifiée au cours des siècles, la maison ancestrale fut préservée et entretenue avec soin par cinq générations successives de la famille Brossard. Jean-Paul Brossard a été le dernier occupant du lieu. En janvier 1998, à l’âge de 84 ans, la crise du verglas et une santé déclinante l’ont contraint à vivre dans une résidence pour personnes âgées. Il est mort en 2002 au CHSLD de La Prairie. Aux termes d’un testament rédigé en 1991 devant Me Gérard Péladeau, notaire à La Prairie, le défunt a légué la propriété ancestrale à son cousin, Robert Brossard, un médecin résident des États-Unis. Maison Brossard en 2016 Inhabitée depuis 1998, la maison a tout de même bénéficié d’un chauffage d’appoint et d’un système d’urgence. On a dû cependant barricader portes et fenêtres afin de contrer le vandalisme et les graffitis. Tout autour, les bâtiments de ferme montrent à présent plusieurs signes de dégradation. Le terrain d’une superficie de près de 16 000 mètres carrés est désormais encerclé d’immeubles résidentiels construits sur la terre voisine.   Recours judiciaires   À partir des années 2013, le nouveau propriétaire Robert Brossard, en association avec un promoteur immobilier, soumet à la Ville un plan de développement domiciliaire sur une portion du terrain situé à l’arrière de la maison ancestrale.   En janvier 2017, l’entrée en vigueur d’un nouveau règlement de zonage qui interdit le lotissement du terrain est le point de départ d’une contestation devant les tribunaux. Le propriétaire dénonce alors la nouvelle disposition déclarant qu’il s’agit notamment d’une « expropriation déguisée ». Maison Brossard en 2022. Vacante depuis près de 25 ans, des travaux de restauration sont nécessaires afin d’assurer sa pérennité. Entretemps, préoccupé par l’état du bâtiment patrimonial, le comité pour la sauvegarde de la maison Brossard demande aux autorités municipales d’intervenir en procédant à la citation de l’immeuble[4]. En 2015, une proposition de classement de la maison Brossard est également acheminée au ministère de la Culture et des Communications. Cette proposition est entérinée le 20 février 2018 par le nouveau conseil municipal de la Ville de Brossard. À cette occasion, les élus adoptent une résolution à l’unanimité afin que le ministère accorde le statut de site patrimonial à l’ensemble de la propriété en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel[5]. ______________________________ [1] -Titre d’un poème de Hector de Saint-Denys Garneau-Collection Classiques canadiens. Fides, Ottawa, 1956.   [2] -Classées monument historique au milieu des années 1970, la Maison Banlier et la Maison Sénécal ont été préservées de la démolition. [3]-Notaire Guillaume Barette, 17 avril 1743 — Donation par François Bisaillon et Marie-Anne Moquin.   [4]-Comité pour la sauvegarde de la maison Brossard (2015, 21 janvier), message expédié au maire Paul Leduc.   [5]-Procès-verbal de l’assemblée ordinaire du conseil municipal de la Ville de Brossard, le 20 février 2018.     ...
Redonner vie à la maison Brossard (2)
À la suite de ces représentations et des nombreux rapports de firmes d’experts spécialisées en patrimoine, la ministre Nathalie Roy procède au classement de la maison Brossard et son site en juillet 2020. Dans les mois qui suivent cette décision, Robert Brossard entreprend une contestation judiciaire pour obtenir l’annulation de la décision du classement. C’est ainsi que la maison Brossard se retrouve au cœur de deux recours judiciaires initiés par son propriétaire, l’un contre la Ville de Brossard et l’autre contre le Procureur général du Québec. Ces recours cheminent lorsqu’en 2021 survient le décès de Robert Brossard. Maison Brossard en 2015. Au salon, un panneau de bois recouvre l’âtre de la cheminée. Selon les experts d’ÉVOQ, l’armoire encastrée au mur du crépi est d’origine. Les ventaux ont malheureusement disparus. La succession du défunt étant chargée de reprendre les instances, d’autres délais sont à prévoir dans la résolution du litige. Les organismes préoccupés par la sauvegarde du site de la Maison-Brossard ne peuvent intervenir et doivent attendre la décision du tribunal à moins qu’une entente hors cour soit négociée entre les parties.  « Je considère que le patrimoine doit être utile et gagner sa vie »[1] Cette affirmation de l’historien Denis Vaugeois souligne un enjeu important. En effet, pour survivre, un patrimoine, telle la maison Brossard, se doit de jouer un rôle actif dans la communauté et générer ses propres ressources. Plusieurs gestes posés par la Ville de Brossard quant à la sauvegarde de la maison Brossard vont en ce sens. Dès l’hiver 2016, l’administration du maire Paul Leduc commande une étude portant sur l’intérêt patrimonial de la maison Brossard[2]. L’expertise révèle une valeur patrimoniale exceptionnelle et recommande différentes mesures, entre autres, l’acquisition de la propriété à des fins communautaires et culturelles. Le maire déclare, dans le Brossard Éclair du 12 avril 2017 : « Un tel bâtiment empreint de notre histoire et témoin de notre passé doit être préservé afin que les générations futures puissent apprécier la richesse de notre patrimoine. » D’un même élan, en avril 2017, la Ville confie à la firme Evoq Architecture, reconnue pour son expertise en conservation du patrimoine, le mandat de présenter un rapport comprenant l’estimation des coûts reliés à la restauration de la maison Brossard et ses dépendances, ainsi qu’à la réhabilitation des intérieurs de la demeure ancestrale selon trois scénarios de réutilisation : soit un musée, un espace à bureaux ou une résidence d’artiste avec salle d’exposition[3]. Finalisé en juin 2017, le rapport présente en premier lieu l’état de conservation des bâtiments et énumère une liste de travaux requis pour assurer leur pérennité. « Compte tenu de son âge et de sa vacance relative des vingt (20) dernières années, la maison demeure dans un état de conservation tout à fait appréciable. »[4]  Cependant, certains désordres visibles de l’extérieur, entre autres, au niveau de la toiture, de la maçonnerie, des cheminées ainsi que de l’état des fenêtres, nécessitent un remplacement ou une restauration. La recherche d’une nouvelle vocation La seconde partie de l’étude aborde les stratégies d’intervention reliées plus spécifiquement à la maison et la cuisine d’été. Parmi les différentes hypothèses d’usage proposées, les experts d’Evoq Architecture sont d’avis que le niveau d’authenticité et d’intégrité de la maison Brossard en fait « une candidate idéale » pour devenir un musée et centre d’interprétation où se transmet une représentation de la vie rurale de la fin du 18e et 19e siècles avec ses traditions et ses valeurs. C’est ainsi que par l’entremise de divers objets d’époque toujours présents sur le site, non seulement il est possible d’évoquer le quotidien des familles qui se sont succédé dans l’antique maison ancestrale, mais également offrir un volet éducatif et culturel où différents thèmes sont élaborés. Étant donné la présence à proximité de bâtiments agricoles et d’une vaste étendue de terrain, le lieu offre la possibilité de mettre en place différentes activités d’animation reliées à l’agriculture et à la vie rurale du 19e et début du 20e siècle, lesquelles pourraient avoir lieu durant la période estivale. « C’est par un mélange inventif et sensible d’usages, d’activités et d’acteurs impliqués et d’organismes locaux que la maison Brossard pourra vivre au fil des saisons et des années. »[5]  On déplore souvent l’absence de projet de qualité pour expliquer la dégradation d’un bâtiment patrimonial. Force est de constater que la maison Brossard a bénéficié de l’expertise de nombreux professionnels et artisans chevronnés au cours des années. Ces derniers ont contribué à une meilleure connaissance de l’état de conservation des bâtiments érigés sur le site ainsi qu’à l’élaboration des stratégies d’intervention requises pour assurer leur pérennité. Maison Brossard en 2015. Fenêtre de la chambre du rez-de-chaussée. Les murs de maçonnerie sont recouverts d’un crépi chaulé peint. Il y a urgence d’agir Quel que soit le dénouement de la situation actuelle, le compte à rebours a débuté pour la maison Brossard. Vacante depuis près de 25 ans, des travaux de restauration sont nécessaires afin d’assurer son intégrité ou alors, elle disparaîtra victime de l’indifférence du milieu. Dans une municipalité qui a très peu gardé les traces de son passé, la sauvegarde du site patrimonial de la Maison-Brossard constitue une opportunité unique de préserver un héritage précieux au profit de la communauté et des générations futures. Sans minimiser le défi que représentent son acquisition et sa mise en valeur, l’enjeu des ressources financières étant au premier plan, on ne peut que souhaiter un engagement ferme de la part des élus afin que le site patrimonial de la Maison-Brossard puisse revivre et devenir source de fierté pour les citoyens de Brossard. ______________________________ [1]– Propos exprimés par l’historien Denis Vaugeois dans l’ouvrage de l’auteur Étienne Savard : Denis Vaugeois-Entretiens, Boréal 2019, p. 299.   [2]-Bergeron Gagnon inc. — Maison Brossard-Analyse de la valeur patrimoniale et du potentiel de mise en valeur-Rapport synthèse, 2016.   [3]-Évoq Architecture, Maison Brossard-Estimation des coûts de restauration et de réhabilitation, 21 juin 2017.   [4]-ibid, p. 12.   [5]-ibid, p. 41.   ...
Lancement du livre du 50e anniversaire
 Dimanche le 25 septembre 2022, près de 70 personnes ont assisté au lancement du livre « Autant en emporte le temps ». Cet ouvrage, sous la direction de monsieur Gaétan Bourdages, retrace le parcours des 50 années de la SHLM par le biais d’une sélection judicieuse d’articles parus dans le bulletin de l’organisme depuis sa création. Cet événement regroupait des membres de la SHLM ainsi que des personnalités du monde municipal, provincial et fédéral. Également, plusieurs personnes ont pris la parole afin de souligner l’apport des membres et bénévoles au bon fonctionnement de la SHLM. Pour l’occasion, un gâteau aux couleurs de la SHLM a été préparé et servi aux personnes présentes. Une séance de signature est venue couronner le tout. Un grand succès! ...
Vente de livres et casse-tête usagés
Notre vente annuelle de livres d’occasion s’est déroulé du 30 septembre au 2 octobre 2022. Encore cette année, le choix du centre multifonctionnel Guy-Dupré pour tenir notre événement s’est avéré judicieux. En effet, nous avons accueilli environ 500 personnes et plus de 5 000 livres ont été vendus. Et les casse-têtes se sont envolés rapidement. Merci à l’équipe de bénévoles! Dans l’ordre habituel: Gilles Blanchard, Yolande Girard, Édith Langlois,Venant Brault, Nicole Crépeau, Huguette Langlois, Colette André, Jean-Pierre Labelle Absents sur la photo: Nicole Surprenant, Michel Côté   ...
Mot du président
L’automne, une saison bien remplie à la SHLM   L’automne étant maintenant bien installé, nous vous invitons à noter dans vos agendas les principales activités à venir : nos conférences mensuelles sont de retour tous les 3e mardis du mois à 19 h 30 à l’étage du 247, rue Sainte-Marie. Les membres du club de généalogie ont repris leurs activités les lundis entre 19 h et 21 h. Dans le cadre de « La Semaine nationale de la généalogie », ils tiendront une soirée « portes ouvertes » le 21 novembre prochain. Notre plus récente publication, « Autant en emporte le temps », un recueil des meilleurs articles déjà parus dans le Au jour le jour, est disponible à la SHLM au prix de 25 $. Au grand plaisir des plus jeunes, les bénévoles de la SHLM seront présents dans le Vieux-La Prairie lors de la grande fête de l’Halloween le samedi 29 octobre de 18 h et 21 h 30. Excellente saison automnale à tous. Stéphane Tremblay, président ...
Nouvelle acquisition
Idola Saint-Jean l’insoumise. Biographie. Par Marie Lavigne et Michèle Stanton-Jean. Éditions Boréal, 2017 ...

Soumettre un rapport

Formulaire de rapport

Hidden
Hidden