Bulletins

Au jour le jour, mai 2022

Batteuse stationnaire fabriquée à La Prairie en 1900 par l’entreprise E. Doré & Fils. Il ne subsiste que quelques rares exemplaires de cet instrument dont celui-ci conservé au Musée de l’Agriculture et de l’alimentation du Canada à Ottawa.

La Prairie et la guerre de 1756-1760 – Partie 3
  Après avoir guerroyé contre les Anglais durant plus de trois ans, ce qui devait arriver arriva, les aléas de la guerre laissant entrevoir une victoire des Britanniques. Le fil des événements s’accélère, et bien que ce ne soit pas encore la panique, débute au cours de l’été 1759 un important repli des troupes vers La Prairie, car l’endroit est un port de transit vital en lien avec Montréal. « Aussitôt que M. de Rigaud apprendra que M. de Bourlamaque a été obligé de se retirer de Carillon et de Saint-Frédéric pour venir occuper l’île aux Noix, il fera marcher tout le monde, et même les gens infirmes et les plus vieux qui seront encore cependant en état de pouvoir manier les armes et tirer un coup de fusil, pour aller occuper Saint-Jean et Laprairie, où il assemblera tous les sauvages du saut Saint-Louis pour couvrir cette partie et établir une communication sûre de Laprairie à Saint-Jean, d’où ce corps, qui sera assemblé à Laprairie, sera également à portée de pouvoir secourir M. le chevalier en cas qu’il fut replié dans les Rapides. […] Il fera rassembler tous les bateaux, tant de Chambly qu’autres endroits, de même que les canots, pour les faire rendre à Laprairie, qui sera le dépôt de toutes les troupes, pour pouvoir soutenir et couvrir toutes les parties attaquées. M. de Rigaud entretiendra une correspondance bien exacte avec M. de Bourlamaque au sujet de ce qu’il y aura à faire dans toute cette partie.[i] » Mai 1759, abandon du fort Carillon, suivi de la construction du fort de l’île aux Noix, lequel Bougainville fera évacuer en août 1760 pour diriger ses troupes vers Montréal. Peu de temps après, les soldats français abandonnent le fort Saint-Jean en le brûlant et se préparent à défendre Montréal. Au final, toute l’armée française du lac Champlain aura passé par La Prairie ; plus de 3000 hommes. La flotte de Murray Alors que la flotte de Murray remonte le fleuve en direction de Montréal, les généraux français se demandent comment réagir devant cette menace. Il faut vite s’organiser et La Prairie apparaît dès lors comme le dernier refuge qu’il faille à tout prix occuper et protéger. « Tâchez, je vous supplie, de me mander ce que je dois faire. Dois-je marcher tant que je pourrai vers Longueuil et Laprairie pour vous joindre, si le vent contraire retarde la flotte ? Dois-je rester à hauteur, au risque d’être primé par un bon vent ? Où ferais-je la jonction ? Dois-je passer dans l’île de Montréal, si je puis arriver ?[ii] » Le 24 août, les Amérindiens quittent le fort de Saint-Jean pour se rendre à Kahnawake en passant par La Prairie. « Cependant, la flotte de Murray était arrivée, le 25 (août), à quatre lieues au-dessous de Montréal : le corps des troupes de M. Dumas, qui la suivait par le nord, et celui du général de Bourlamaque, par le sud, étaient aussi arrivés, le premier dans l’île de Montréal [pour se porter à la défense de la ville], et le second, à Boucherville et Longueuil. M. de Lévis voyant le corps de Bourlamaque à portée de se joindre à celui de Rauquemaure, alla reconnaître la position de ce dernier dans la vue de tenter un combat contre l’armée anglaise (de Haviland) à Saint-Jean ; et revint conférer avec M. de Bourlamaque ; mais ayant appris que M. Murray avait fait débarquer un détachement à Varennes, il envoya à Rauquemaure l’ordre de se replier à Laprairie. Trois cents miliciens attaquèrent le détachement anglais ; mais ils furent repoussés, avec perte de quelques hommes blessés, et d’une vingtaine de prisonniers. [iii]» De tous côtés, c’est l’amorce du repli des forces françaises vers La Prairie. Une telle concentration de militaires provoquera des problèmes de transport et de ravitaillement. Les habitants de La Prairie seront fortement sollicités. « J’ai mis M. de Rigaud à Laprairie avec quatre ou cinq cents Canadiens et les sauvages qu’il pourra ameuter.[iv] » « Il m’a paru que si les Anglais mouillaient, comme ils le peuvent, entre l’île de Montréal et les îles de Boucherville, ce village pourrait être brûlé aisément. Ma position, ici, ne me parait pas trop appuyée ; je ne puis empêcher les Anglais de débarquer au-dessous de moi, où ils voudront ; et, s’ils marchent ensuite, étant si supérieurs, je serai forcé de me replier sur Laprairie, et là je ne sais ce que j’y ferai, ni si j’y trouverai de l’appui. [v]» Louis-Antoine de Bougainville « Heureusement, le détachement de M. de Bougainville, comptant arriver à la Prairie, s’est trouvé, après avoir marché jusqu’à trois ou quatre heures du soir, au-dessus du détroit ; ce qui les a amenés à Saint-Jean. Ils sont heureux ; suivant les pratiques du pays, de trois jours ils n’eussent pénétré ce pays. Ils arrivent l’un après l’autre ; les Canadiens passent dans le bois pour ne pas s’arrêter ici ; le peu de soldats qui arrivent vont filer à la Prairie, où il faut, en toute diligence, qu’on leur fasse trouver des vivres. [vi]»   Le siège du fort de l’île aux Noix se termine le 28 août quand la garnison capitule. Le lendemain, le fort de Saint-Jean est abandonné et brûlé par sa garnison. « J’apprends par des miliciens venus de l’Ile-aux-Noix et que j’ai arrêtés ici, qu’il avait passé aujourd’hui de Laprairie à Montréal sept à huit bateaux chargés de monde ; il est à craindre que les vingt-six bateaux sur lesquels on compte ne s’en aillent ainsi. L’officier m’avait pourtant mandé qu’il arrêterait tout le monde.[vii] » Le 30 août, M. de Bourlamaque se plaint au chevalier de Lévis qu’il n’y ait que dix-neuf bateaux à La Prairie. Et de poursuivre; « J’ai vu un ordre de vous, Monsieur, au capitaine de Longueuil, pour renvoyer à Chambly tous les Canadiens qui ont quitté le détachement de M. de Bougainville. J’ai cru devoir changer cette disposition et je lui ai dit de les envoyer par Laprairie au-devant de M. de Roquemaure. Le chemin de Chambly les exposerait à être enlevés en détail. » Dès le lendemain 1er septembre : « Quel mouvement doit faire M. de Roquemaure, si la flotte approche Longueuil ? Viendra-t-il me joindre ou passerons-nous tous deux tout de suite ? » « Sans doute vous êtes assuré que l’armée de M. le chevalier de La Corne empêchera les Anglais de tomber à l’improviste sur l’île de Montréal ; sans quoi l’embarquement à Laprairie ne serait pas sûr. » « P.S. -Quoique la flotte monte, je reste dans la même position ; s’ils débarquent entre Longueuil et Boucherville et que je ne puisse l’empêcher, je replierai sur Longueuil ce qui ne sera pas coupé, et j’enverrai dire à M. de Roquemaure de me joindre. D’ailleurs, je tâcherai de me maintenir jusqu’à ce que j’aie reçu des ordres.[viii] » Le fort de Chambly se rend le 1er septembre. En ce même jour, les troupes françaises demeurées sur la rive sud du fleuve reçoivent l’ordre de Lévis de se concentrer à La Prairie. Grande déception, le 2 septembre, les Amérindiens de Kahnawake apprennent que les Anglais avaient accepté la paix proposée par les Cinq Nations et, en conséquence, se refusent à attaquer l’armée anglaise. « Le 2 septembre, comme le chevalier de Lévis haranguait les Sauvages du Sault Saint-Louis, qu’il avait fait venir à Laprairie, pour les engager à le seconder, dans son dessein d’attaquer l’armée du colonel Haviland, un député de leur village vint leur annoncer que le général Amherst était aux Cèdres, et se retirèrent tous, en disant qu’ils allaient faire la paix avec les Anglais. Cette nouvelle fut confirmée par M. de La Corne, qui s’était retiré, à l’approche de l’armée anglaise, et qui ajouta qu’elle pourraît être le lendemain à la Chine.[ix] » Le 3 septembre, les troupes françaises évacuent leurs positions à La Prairie et à Longueuil et traversent le fleuve pour se porter à la défense de Montréal. Le 5 septembre, des éléments avancés de l’armée de Haviland arrivent à Longueuil où ils sont accueillis par Murray. Trois jours plus tard, l’armée anglaise débarque dans l’île de Montréal et marche vers la ville. Montréal capitule, c’en est fait de la Nouvelle-France. Nous savons cependant qu’une garnison britannique a été maintenue à La Prairie après la chute de Montréal. En avril 1761, des Iroquois de Kahnawake sont venus à La Prairie rencontrer dans ses quartiers le lieutenant George Pennington du « 44th Regiment ». Cette unité militaire est probablement demeurée sur place jusqu’à la signature du traité de Paris en février 1763. La Prairie connaîtra une brève période de tranquillité, il n’a pas fallu attendre longtemps pour qu’en septembre 1775 les rebelles américains soient à La Prairie qu’ils occuperont durant plusieurs mois avant d’être chassés par les mercenaires allemands en juin de l’année suivante. La paix aura été de courte durée. [i] Volume 4, page 165, Lettres et pièces militaires, le 26 mai 1759,.  [ii]Volume 5, p. 83, Lettres et pièces militaires, à Sorel le 12 août 1760. Lettres de M. de Bourlamaque au chevalier de Lévis. [iii] Histoire du Canada sous la domination française. M. Bibaud. Montréal, 1837, page 362. [iv] Volume 5, p. 14, Longueuil, 27 août 1760, Lettres de M. de Bourlamaque au chevalier de Lévis. [v] Volume 5, p. 111, Longueuil, 27 août 1760, Lettres de M. de Bourlamaque au chevalier de Lévis. [vi] Volume 10, p. 162, Saint-Jean, le 28 août 1760, Lettres du marquis de Montcalm au chevalier de Lévis. [vii] Volume 5, p. 117, Longueuil, 29 août 1760 Lettres de M. de Bourlamaque au chevalier de Lévis. [viii] Volume 5, p. 123, Longueuil 1er septembre 1760, Lettres de M. de Bourlamaque au chevalier de Lévis. [ix] Histoire du Canada sous la domination française. M. Bibaud. Montréal, 1837, page 363. ...
Conférence: L’héritage médiéval au Québec et à La Prairie
Tous connaissent les origines françaises du Québec, mais ces origines remontent également loin dans le temps, jusqu’au Moyen Âge. Que ce soit dans ses institutions laïques ou religieuses, sa culture, ou tout simplement sur son drapeau, le Québec et même La Prairie cachent de nombreux héritages médiévaux que les explorateurs et colons ont apportés avec eux en traversant l’Atlantique au XVIe siècle. Passionné d’histoire, Philippe Boulanger a complété un baccalauréat ainsi qu’une maîtrise en histoire. S’étant spécialisé en histoire médiévale, il donne depuis des entrevues et des conférences pour démystifier cette période mal connue et parfois malmenée. De plus, il travaille depuis plus de 15 ans dans le monde muséal en plus d’avoir enseigné au Cégep. Date: 17 mai 2022 Endroit: Théâtre du Vieux-La Prairie 247, rue Sainte-Marie, La Prairie Heure: 19 h 30 Prix : gratuit pour les membres, 7,50$ pour les non-membres. ...
Réaménagement de la route 104
COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE DU 15 MARS 2022 Projet de réaménagement de la route 104 entre A30 et la limite de St-Jean-sur-Richelieu (projet LACPI) M. Gaétan Bourdages – Société d’histoire de La Prairie-de-la-Madgeleine M. Jean-Pierre Labelle – Société d’histoire de La Prairie-de-la-Madgeleine Mme Caroline Laberge – Société d’histoire de La Prairie-de-la-Madgeleine M. Guillaume Desjardins-Dutil – MTQ M. Frank Rochefort, archéologue – MTQ Mme Karine Abdel – MTQ Mme Mihaela-Irina Damiean -MTQ M. Guy Bédard – MTQ Mme Emmanuelle Viau – MTQ M. Labelle estime que le site est riche en artefacts, car ils ont trouvé des objets lors d’une prospection avec un détecteur de métal. Un rapport a été produit pour présenter le résultat des recherches et M. Rochefort mentionne qu’il en a pris connaissance. M. Rochefort s’engage à tenir informée la Société d’histoire de La Prairie tout au long du processus, et à les prévenir avant le début des travaux de prospection archéologique qui pourraient débuter en 2023 (2024). Il faut au préalable des ententes avec les propriétaires avant de faire des sondages, si les terrains ne sont pas déjà acquis par le MTQ. M. Bourdages mentionne que le monument sur lequel il y a une plaque en métal commémorative est un cairn. Une croix de chemin en bois accompagne le monument. Il mentionne que ces deux éléments peuvent être déplacés, mais qu’il sera important pour lui de conserver le cairn tel quel ainsi que la croix de chemin. Il souligne le fait qu’il serait intéressant de mettre en valeur le patrimoine historique et militaire de La Prairie. Mme Laberge conseille le livre « 1691 La bataille de La Prairie » par Gaétan Bourdages, Jean Joly, Stéphane Tremblay. Éditions Histoire Québec. 2009 » à M. Rochefort. M. Bédard se questionne concernant les artefacts qui pourraient être découverts et à qui pourraient-ils être remis ? M. Bourdages mentionne que le musée d’archéologie de Roussillon a été créé pour entreposer les artefacts provenant de sites de la région. M. Rochefort mentionne que la propriété des artefacts va au propriétaire du terrain, et que dans le cadre d’interventions du MTQ, les artefacts appartenant à l’État sont déposés par défaut à la réserve et laboratoire d’Archéologie du Québec, mais qu’il peut être possible de faire une entente pour envoyer ceux-ci au musée de Roussillon. M. Desjardins-Dutil mentionne que la plaque commémorative appartient à Parcs Canada et que cet organisme demeurera responsable au premier chef de l’aspect commémoratif et du contenu qui y est associé. Il mentionne également que les communautés autochtones seront consultées pour ce projet. En fonction des discussions avec Parcs Canada quant au monument et à la plaque commémorative, un panneau d’interprétation pourrait être installé à côté du monument, afin d’intégrer au lieu de commémoration une interprétation plus actuelle et détaillée de l’histoire. L’accessibilité au site où seront relocalisés le monument et la croix de chemin est très importante pour la Société d’histoire. Ainsi, il faudrait prévoir que le site soit attrayant, accessible et que ce dernier donne envie de venir lire la plaque commémorative et/ou panneau interprétation. Le monument commémoratif doit rester du même côté de la route qu’actuellement. Prochaine étape : • Le MTQ va tenter de joindre Parcs Canada pour les inviter à participer. Mme Myette chez Parcs Canada s’occupe de notre dossier • M. Rochefort informera la Société d’histoire des développements du projet au niveau de l’archéologie • M. Bédard (et Mme Ligia Sanchez – chargée de projet) informera la Société d’histoire des grandes étapes à venir du projet • Le MTQ fera la demande pour accroître les acquisitions requises pour la relocalisation du monument commémoratif et la croix de chemin.   ...
Nécrologie Jean Joly
  Jean Joly est décédé à Candiac en décembre 2021. Féru d’histoire et de généalogie depuis de nombreuses décennies, il avait publié plusieurs dizaines d’articles et rapports de recherches dans divers bulletins et revues, dont notre bulletin mensuel, Au jour le jour. Jean a également été coauteur du livre « 1691 – La bataille de La Prairie » paru en 2009 aux Éditions Histoire Québec. Nos condoléances vont à son épouse Claudette ainsi qu’à son fils Yves. ...
Nécrologie René Jolicoeur
René Jolicoeur est décédé subitement, le 31 mars 2022, à l’âge de 69 ans. Membre de la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine depuis longtemps, René en a assuré la présidence durant sept ans, soit de 2003 à 2010. Son septennat nous aura, entre autres, donné un site web, l’acquisition de nombreux répertoires en généalogie et le renouvellement complet de notre parc informatique. Merci, René, pour ta présence, ton sens de l’humour et ton implication constante. ...
Emplois étudiants à la SHLM
La présence de guides étudiants au cours de la saison estivale nous permet non seulement d’étendre nos heures d’ouverture, mais aussi de réaliser certains projets qui autrement ne pourraient l’être. Il est heureux que nous disposions, depuis plusieurs années, de généreuses subventions du programme fédéral Emplois d’été Canada, mais, malgré ces subventions, nous avons de plus en plus de difficulté à pourvoir les postes offerts. Au moment d’écrire ces lignes, nous sommes toujours en quête de candidat.e.s aptes à combler les postes de guides et d’aides-archivistes.  Les candidat.e.s retenu.e.s entrent en fonction au début du mois de juin et terminent à la fin du mois d’août. Pour pouvoir soumettre sa candidature, il faut être inscrit à temps plein au cégep ou à l’université pour la session d’automne 2022 dans un domaine connexe aux activités de la SHLM (histoire, animation, tourisme, muséologie, etc.). Pour plus d’informations, veuillez consulter notre site à l’adresse www.shlm.info. Si l’un des postes intéresse quelqu’un de votre entourage, prière de nous faire parvenir son CV et une lettre d’intention à l’adresse suivante : [email protected]   Stéphane Tremblay, président ...

Au jour le jour, avril 2022

Edgewater Cabins sur le bord du fleuve Saint-Laurent à La Prairie

La Prairie et la guerre de 1756-1760 - Partie 2
La participation des Amérindiens Au 18e siècle, les Amérindiens concluaient des alliances en fonction de leurs propres intérêts et non en fonction des intérêts des Français ou des Anglais. C’est ainsi qu’au cours de la guerre de Sept Ans, sans jamais renoncer à leur indépendance, les Iroquois combattent en tant qu’alliés des Français, ce qui à leurs yeux ne signifie nullement que les Anglais sont leurs ennemis. Ils ne sont pas des alliés inconditionnels de la France et savent, lorsqu’ils le veulent, assigner des limites à leur effort de guerre. Leur participation n’est pas spontanée et varie selon l’évolution des affrontements. Preuve en est que le 11 juillet 1757, Montcalm est à Kahnawake, accompagné de plusieurs de ses officiers supérieurs, afin de convaincre les chefs amérindiens de prendre part à l’expédition contre le Fort William Henry. Par ailleurs, ils signifient clairement qu’ils préfèrent l’embuscade (c’est là qu’ils sont les plus efficaces) et se refusent à prendre d’assaut à découvert des positions fortifiées. Ils jouent un rôle majeur lors des affrontements et plusieurs expéditions auraient été impossibles sans leur collaboration. « Dans de bonnes conditions, une force amérindienne est capable d’anéantir une armée européenne et de mettre en déroute des régiments entiers. »[i]  Bien sûr, la guerre de Sept Ans vient perturber leur existence, car à certains moments elle mobilise la quasi-totalité des hommes adultes des villages iroquois du Canada. Bien qu’elle nuise à leurs activités commerciales et qu’elle serve avant tout les intérêts des Français, la guerre présente malgré tout pour eux certains avantages qui à leurs yeux font office de victoire ; ils peuvent prendre des scalps, faire des prisonniers qu’ils pourront vendre par la suite et mettre la main sur du matériel varié. Les coûts de leur participation aux activités militaires sont en partie compensés par l’aide logistique que la France leur fournit : armes, équipements et provisions. En plus de guerroyer, ils sont parfois rémunérés comme chasseurs chargés d’approvisionner en gibier les soldats et les miliciens français ou encore occupés à transporter du matériel militaire. En 1759, les guerriers iroquois sont un peu moins de 2 000 à appuyer les expéditions françaises. À la fin de l’été 1760, convaincus de la défaite prochaine des Français et craignant la destruction de leurs villages par les Britanniques, les délégués des Sept Nations ratifient un traité qui assure leur neutralité dans la suite de la guerre et les convainc qu’ils seront traités en amis par les envahisseurs. Et La Prairie dans tout ça ? Selon l’archéologue Frédéric Hottin, de 1350 à 1600 AD, le secteur de La Prairie semble, pour les Autochtones, n’être qu’un lieu de passage, où on ne s’attarde que quelques jours, pour faire le portage reliant le fleuve Saint-Laurent à la rivière Richelieu ou pour des activités de subsistance saisonnière (chasse aux oiseaux migrateurs, pêche de certains poissons venant frayer, collecte de quenouilles pour faire des nasses, etc.). L’importance stratégique du lieu était donc déjà établie longtemps avant l’arrivée des Européens et ce n’est certes pas par hasard que les Jésuites allaient choisir d’y établir leur mission à la fin du 17e siècle. Comme on le sait, l’essor du village français se poursuivra après le départ de la mission amérindienne en 1676 et quelques années plus tard, la reprise des hostilités avec les Iroquois mènera à l’érection d’une première palissade de pieux. Hélas, malgré quelques aménagements sommaires, en 1756, le fort de La Prairie n’est pas en état d’offrir une résistance digne de ce nom face aux troupes britanniques. « Les postes français érigés dans la première moitié du 18e siècle ne sont pas conçus pour résister à l’artillerie lourde. Il s’agit de bicoques qui ne peuvent être propres qu’à déshonorer tous ceux qui y commanderont »[ii]. Leurs enceintes sont souvent comparées à de simples clôtures. Tel est malheureusement l’état du fort de La Prairie à l’aube de la guerre, il ne vaut rien. Le village est, depuis plus de soixante-dix ans, entouré d’une clôture de pieux effilés à leur extrémité supérieure. Selon l’ingénieur Franquet,[iii] on néglige l’état de la palissade sous prétexte que le village est couvert par le fort de Saint-Jean (1748) et par celui de Saint-Frédéric.[iv] D’ailleurs, lors de son voyage en Nouvelle-France au début de la décennie 1750, Franquet avait fait mention de La Prairie « qu’autant que les effets en tous genres, nécessaires à l’approvisionnement du fort St. Jean et de celui de St. Frédéric, qu’il faut indispensablement tirer des magasins de Montréal, y sont débarqués et ensuite chargés sur des charrettes, pour être voiturés à ce premier poste[v] »  c’est-à-dire de La Prairie au fort de Saint-Jean. En somme, bien que le fort ne valle guère, La Prairie s’impose comme un lieu de passage obligé. Il y a aura tardivement quelques espoirs d’amélioration de l’enceinte de bois qui resteront sans suite. Le fort de Saint-Frédéric détruit, sans doute en désespoir de cause, à quelques jours de la défaite des Plaines d’Abraham, Montcalm s’adresse en ces termes au chevalier de Lévis : « Je voudrais 1° faire rétablir en pieux les forts des Cèdres, Laprairie et Longueuil, y avoir balles et poudre, obliger les officiers à y rester ; 2° mettre le double de soldats par habitant ; que le munitionnaire qui retire plus donnât douze sols au lieu de dix ; 3° loger des soldats à Montréal chez tout le monde, exempts [et] non exempts avec charge de les nourrir ; que  M. de Vaudreuil, l’intendant, vous et moi en prissions pour l’exemple. Pourvu qu’on [leur] donne paille dans un endroit chaud et la vie, cela suffira.[vi] » Et Bourlamaque d’insister un mois plus tard sur la remise en forme du fort de La Prairie : « Il paraît que l’Île-aux-Noix  sera donnée à M. de Lusignan, du moins c’est le bruit, et il paraît s’intéresser à la commodité du logement. J’ignore aussi ce qu’on y mettra de troupes. J’ai demandé à M. de Vaudreuil de faire réparer le fort, ou enceinte de pieux, qui était à Laprairie, pour assurer cette tête de nos quartiers. Il me paraît que nos quartiers seront furieusement exposés aux courses des partis, tant ceux du bas du fleuve que ceux-ci. [vii]» Bref, tout au long de cette guerre, le site de La Prairie sera abondamment sollicité. Il servira de camp, de dépôt, de lieu de repos pour les blessés, de quartier d’hiver et de lieu de transit, mais jamais on n’y affrontera l’ennemi. Les chemins de la guerre[viii] C’est donc principalement à cause de sa position stratégique que La Prairie a été abondamment sollicitée par les troupes françaises au cours de cette guerre. Car, des liens fluviaux et terrestres sont depuis longtemps établis avec Montréal, Saint-Jean, Chambly et Longueuil. Dès 1756, les Britanniques se proposent d’attaquer Québec et Montréal à la fois par le fleuve Saint-Laurent, le lac Champlain et le lac Ontario. À partir du nord de la province de New York, ils peuvent atteindre la région montréalaise via le lac Champlain et le Richelieu, lesquels sont défendus par les forts Carillon[ix], Saint-Jean et Chambly. L’axe lac Champlain-rivière Richelieu constitue la principale route d’invasion, l’autre étant celle venant du lac Ontario. À partir du Richelieu, on peut rejoindre Montréal par un chemin de terre qui, construit en 1748, relie le fort de Saint-Jean au village de La Prairie. Cette voie, ainsi que celle qui va de Longueuil à Chambly, n’est pas toujours praticable et exige un entretien régulier. « Nous sommes arrivés à Montréal après avoir été de Chambly à La Prairie sur des chevaux. Ce sont des chemins détestables ; nous avons presque tous fait des chutes dont aucune dangereuse.[x] » « Du fort Saint-Jean à Montréal il y a neuf lieues ; il y a un chemin de six lieues qui coupe la langue de terre qui est entre la Rivière de Sorrel et le fleuve Saint-Laurent ; de Saint-Jean il va aboutter aux habitations qui sont à la rive droite du fleuve Saint-Laurent, à un endroit que l’on appelle La Prairie, qui est une grande paroisse, où l’on fait une traversée de trois lieues dans le fleuve Saint-Laurent pour arriver à Montréal. C’est ce chemin qui fait la communication de Chambly et de Saint-Jean à Montréal. […] »[xi] « […] j’ai ordre de ramener quatre bataillons dans le gouvernement de Montréal pour travailler au chemin de Chambly et au fort de Saint-Jean.[xii] » L’état des chemins est à ce point si contraignant qu’elle donne parfois naissance à des projets illusoires : « Communication de Montréal à Saint-Jean dans l’état présent, lente, difficile et dispendieuse ; à examiner à la paix, s’il faudrait faire le chemin de La Prairie à Saint-Jean directement par les savannes, ou de La Prairie, ou en prenant plus bas, de Longueuil à Chambly, et de ce fort à Saint-Jean, par terre ou en accomodant la rivière ; ou s’il ne serait pas plus avantageux, en cas que cela soit possible, de faire un canal de La Prairie ou de Longueuil à Saint-Jean. Plusieurs rivières dans cette partie ; terres excellentes, inutiles par les inondations, seraient desséchées par le canal, deviendraient un grenier à grain suffisant pour nourrir une grande armée.[xiii] » La situation n’est guère meilleure du côté du chemin qui va de Longueuil à Chambly : « En un mot, vos ordres pour ce que je dois faire, M. de Roquemaure étant à Laprairie, ou l’ennemi pénétrant par le chemin de Chambly à Longueuil. On vous dira que ce dernier chemin n’est pas praticable. Fausseté fondée sur l’intérêt des Jésuites, qui voulaient faire un chemin dans la savane. Il n’y a que quatre lieues de Chambly à Longueuil, et dans l’état où est le chemin, les gens de pied y peuvent passer. Si M. Amherst savait cela et que sa flotte ne pût monter jusqu’à Laprairie, il serait fou de ne pas pénétrer par là. Il la joindrait demain matin, s’il voulait.[xiv] » ______________________________ [i]   Peter MacLeod, Les Iroquois et la guerre de Sept Ans, page 82. [ii]   Dave Noël, Montcalm général américain, les éditions du Boréal, Montréal, 2018, page 30. [iii] Ingénieur du roi, Louis Franquet fut chargé par le gouvernement de Versailles d’inspecter les forts et autres travaux militaires de la Nouvelle-France. [iv] Érigé en 1734 sur les rives du lac Champlain. [v] Louis Franquet, Voyages et mémoires sur le Canada, Québec, Institut canadien de Québec, 1888, 212 pages, page 124. [vi] Lettres du marquis de Montcalm au chevalier de Lévis – volume 6, p. 226, le 9 septembre 1759. La bataille des Plaines d’Abraham a eu lieu le 13 septembre. [vii] Lettres de M. de Bourlamaque au chevalier de Lévis – volume 5, p. 73, le 29 octobre 1759. [viii] Voir à ce sujet nos articles dans les bulletins Au jour le jour d’avril et mai 2021. [ix] Construit à partir de 1755 à la pointe sud du lac Champlain, non loin du fort Saint-Frédéric jugé moins résistant. Aujourd’hui fort Ticonderoga. [x] Volume 1, p. 78, le 17 novembre 1756. [xi] Volume 2, pp.137-138, le 4 septembre 1757. [xii] Volume 2 p. 133, le 1er septembre 1757. [xiii] Journal du marquis de Montcalm durant ses campagnes au Canada, Volume 7, pp. 377-378 – le 23 juin 1758. [xiv] Volume 5, p. 118, Lettres de M. de Bourlamaque à Lévis. ...
La Prairie et la guerre de 1756-1760 - Partie 2
La Prairie au service de la guerre Au début de la guerre, malgré une incursion sans grandes conséquences, la situation est relativement calme autour de La Prairie. En septembre 1756, « quelques sauvages qui escortaient M. le marquis de Montcalm, firent prisonniers un capitaine de troupes anglaises et un cadet écossais ; les habitants de la Prairie avoient aussi arrêté un Écossais qui était d’un détachement qui s’était avancé jusqu’à la Prairie, où il avait enlevé un homme et une femme. » Des bataillons transitent par La Prairie pour atteindre Saint-Jean et de là se rendre à Carillon. Quelques régiments camperont temporairement chez nous et d’autres y prendront leurs quartiers d’hiver : Royal-Roussillon, La Sarre, Béarn et Berry. Les gites d’hiver permettront à plusieurs soldats de trouver ici une femme à marier et d’y fonder une famille. « M. de Vaudreuil, à ce qu’on m’a mandé, a ordonné aux bataillons de Royal-Roussillon et de Guyenne de s’établir dans les quartiers de la côte du fleuve, depuis Sorel jusqu’à Laprairie. [i]» En période d’accalmie, il n’est pas interdit de prendre du bon temps. Février 1757, « M. le marquis de Montcalm a été à La Prairie voir le détachement des troupes de terre qui fait partie de celui qui est aux ordres de M. de Rigaud, et il a donné un grand dîner à tous les officiers et cadets du détachement. »  Et Bourlamaque d’ajouter, « J’ai fait hier (le 19 février), la revue de votre détachement à Laprairie, et j’y ai donné à dîner, et je vous dirais si je vous faisais la relation d’un autre, avec autant de profusion que de magnificence, à deux tables servies également, faisant trente-six couverts, et je joins copie des instructions que j’ai cru devoir remettre à M. de Poulhariez.[ii] » Quelques mois plus tard, en juin 1757, le régiment de Languedoc est parti le 24 pour aller camper entre la Prairie et Saint-Jean et « travailler provisionnellement à un chemin que l’on pourra faire l’année prochaine à demeure, étant le plus nécessaire à la colonie ». Ce même jour, Montcalm couche à La Prairie. Il y reviendra à quelques reprises. La Prairie étant à bonne distance des champs de bataille, cette accalmie persistera durant les années 1756, 1757 et 1758. L’importance du ravitaillement Les militaires français ont vite compris l’importance d’assurer de bonnes récoltes afin de pouvoir nourrir les troupes convenablement. Voilà pourquoi il importe de protéger les environs de La Prairie. Évidemment, le départ des miliciens vers leurs champs pour assurer les récoltes contribue à diminuer le nombre des combattants. Par contre, la mobilisation croissante des Canadiens pour la guerre et les opérations de transport ne permettent pas d’exploiter efficacement les ressources agricoles de la vallée du Saint-Laurent. Le nombre de miliciens varie selon les besoins déterminés par le gouverneur, qui ne mobilise qu’une partie des 12 000 conscrits disponibles afin de ne pas compromettre les travaux agricoles et les opérations de transport. Avant la campagne décisive de 1759, il n’y aura guère plus de 4 000 habitants mobilisés simultanément dans la vallée du Saint-Laurent pour aller à la guerre. « Je reçois, Monsieur, la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire, et ferai partir, demain matin, les deux cents Canadiens que vous m’ordonnez d’envoyer aux récoltes. J’en ai déjà fait partir deux cents des différentes paroisses du gouvernement de Montréal sans avoir eu l’ordre que les représentations des habitants et les nouvelles que j’avais de l’état des récoltes. M. de Vassan, à qui j’avais écrit, pour avoir de lui quelques détails là-dessus, m’a mandé que toutes celles de Laprairie et des paroisses voisines, étaient fort avancées, et qu’il comptait faire pour finir avec le monde qu’il avait. On fera passer mille livres de poudre à la Prairie ; il en restera autant, et plus pour le fort Chambly. Il faudra envoyer à la Prairie deux milliers de balles, et les couvertes seront aussi envoyées à la Prairie où M. Cadet qui avisât au moyen de faire mettre en pain les trente quarts de farine.[iii] » « J’ai appris de Laprairie que M. de Roquemaure avait donné l’ordre d’y faire tout le pain que l’on pourrait.[iv] » « M. de Laas écrit à M. Cadet [le munitionnaire] pour le prévenir qu’il a resté à la Prairie quatre cent cinquante pains que nous n’avons pu emporter par rapport à la pluie. […] Je vous serai obligé de m’envoyer deux chevaux pour servir d’ordonnance. Ils pourront prendre des selles que nous avons portées de la Prairie.[v] » Lorsque les troupes combattent à bonne distance de la vallée du Saint-Laurent, afin d’assurer leur ravitaillement en vivres et en munitions, elles sont suivies de viandes sur pied (moutons, poules, etc.) et de charrettes remplies de provisions et de poudre. Les Anglais sont, eux aussi, bien au fait de l’importance d’un ravitaillement régulier. Un soldat bien nourri est un meilleur combattant. D’ailleurs, lorsque l’armée de Wolfe remonte le Saint-Laurent vers Québec, ses unités s’assurent de brûler les récoltes, les maisons et les bâtiments de ferme sur les deux rives. Partagés entre les travaux des champs et l’obligation de combattre, et sans doute las de toutes ces années de guerre, lorsque l’issue des combats annoncera la défaite, nombre de miliciens feront défection au grand dam des chefs de guerre. « Les colons me paraissent de bien mauvaise volonté. M. de Rigaud a rassemblé trois cents hommes à Laprairie ; c’est tout ce qu’ont pu fournir, en dix jours tous les soins de M. le marquis de Vaudreuil et des officiers, détachés pour rassembler les milices. J’étais réduit à mon petit camp, sans espérance d’avoir un seul homme. Je pense que les sept cents que vous ayez fait partir, seront perdus pour les deux côtés et qu’ils déserteront tous en chemin. M. de Vaudreuil m’écrit que tous les habitants sont malades et qu’ils ne peuvent marcher.[vi] » La suite et la fin dans notre prochain bulletin… ______________________________ [i] Volume 5, p.75, le 1er novembre 1759, Lettres de M. de Bourlamaque au chevalier de Lévis. [ii] François-Médard de Poulhariez, commandant du Royal-Roussillon. [iii] Volume 10, page 159, le 22 août 1760, Lettres du marquis de Montcalm au chevalier de Lévis. [iv] Volume 5, p. 116, Longueuil, 29 août 1760 Lettres de M. de Bourlamaque au chevalier de Lévis. [v] Volume 6, p. 135, le 3 septembre 1760, Lettres du marquis de Montcalm au chevalier de Lévis. [vi] Volume 5, p. 69, Île-aux-Noix le 25 octobre 1759, Lettres de M. de Bourlamaque au chevalier de Lévis. ...
Calendrier du 50e anniversaire
En cette année 2022, la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine (SHLM) célèbre ses 50 années d’existence. Un événement hors du commun qui nécessite d’être souligné d’une façon toute spéciale !   PROGRAMME DES ACTIVITÉS 2022     AVRIL Mardi 19            19h30 Conférence de mesdames Marie Lavigne et Michèle Stanton-Jean Joséphine Marchand et Raoul Dandurand. Amour, politique et féminisme. Lieu : Théâtre du Vieux-La Prairie, 247, rue Sainte-Marie, La Prairie   MAI Mardi 17            19h30 Conférence de monsieur Philippe Boulanger L’héritage médiéval au Québec et à La Prairie. Lieu : Théâtre du Vieux-La Prairie, 247, rue Sainte-Marie, La Prairie JUIN Dimanche 12      13h Lancement du livre de monsieur Albert Juneau Histoire de La Prairie, 1667-1800. Le Lieu de passage obligé. Lieu : Complexe multifonctionnel Guy-Dupré   Vendredi 17        17h Inauguration de l’exposition du 50e Lieu : Local de la SHLM, 249, rue Sainte-Marie, La Prairie JUIN À AOÛT Tous les jours Exposition du 50e sur l’histoire de la SHLM Animation virtuelle sur les divers tronçons encore visibles du premier chemin de fer au Canada de 1836 : celui qui reliait La Prairie à Saint-Jean-sur-Richelieu. Lieu : Local de la SHLM, 249, rue Sainte-Marie, La Prairie SEPTEMBRE Mardi 20            19h30 Conférence de monsieur Réal Fortin Des îles du Richelieu…entre légende et réalité. Lieu : Théâtre du Vieux-La Prairie, 247, rue Sainte-Marie, La Prairie   Dimanche 25       13h00 Lancement d’un recueil de textes sur l’histoire de La Prairie Autant en emporte le temps sous la direction de monsieur Gaétan Bourdages Lieu : Théâtre du Vieux-La Prairie, 247, rue Sainte-Marie, La Prairie   Date à confirmer Vente de livres usagés Lieu : Complexe multifonctionnel Guy-Dupré OCTOBRE Mardi 18             19h30 Conférence de monsieur Gilbert Desmarais Les Autochtones du Québec et les Rébellions de 1837-1838 Lieu : Théâtre du Vieux-La Prairie, 247, rue Sainte-Marie, La Prairie NOVEMBRE Mardi 15             19h30 Conférence de monsieur Michel Lambert La cuisine familiale de la grande région de Montréal, depuis 1000 ans.   Date à confirmer Inauguration et mise en ligne d’une carte interactive numérique  de l’ancien fort de La Prairie. DÉCEMBRE Séance « Archives à voix haute ». Activité ludique de mise en valeur des archives conservées par la SHLM. Lieu : Théâtre du Vieux-La Prairie, 247, rue Sainte-Marie, La Prairie   Pour information : www.shlm.info ...
Changement de nom de notre organisme
Depuis maintenant un demi-siècle, la SHLM s’est acquittée de sa mission en limitant son action à l’intérieur des limites de La Prairie. Cependant, afin d’assurer la pérennité de notre organisme et d’y développer de nouvelles activités, il nous faut maintenant élargir notre clientèle en établissant un partenariat avec les municipalités dont le territoire actuel faisait autrefois partie de l’ancienne seigneurie de La Prairie. Afin d’y parvenir, et en accord avec le conseil municipal de La Prairie, il a été convenu lors de la dernière assemblée générale de modifier le nom de la SHLM. Ce changement nous permettra de proposer nos activités à un plus grand bassin de population. L’appellation actuelle et son acronyme seront maintenus jusqu’à l’automne 2022. D’ici là, nous veillerons à trouver un nouveau nom qui tienne compte de l’inclusion des municipalités qui se sont développées à l’intérieur du périmètre de la seigneurie de La Prairie. Nous vous souhaitons une belle période printanière. Stéphane Tremblay Président ...

Au jour le jour, mars 2022

Maison de la famille de Louis-Conrad Pelletier sur le Chemin du Sault Saint-Louis. Cette maison existe toujours.

La Prairie et la guerre de 1756-1760 - Partie 1
Introduction Outre le rôle essentiel du site de La Prairie au cours de la guerre de 1756 à 1760 (guerre de Sept Ans), sujet principal de cette série d’articles, notre municipalité a un riche passé militaire qui, quoique peu connu, mérite qu’on en souligne brièvement les principales manifestations. 1691 L’histoire débute dans la seconde moitié du 17e siècle. Malgré la paix conclue en 1667 suite à l’arrivée du régiment Carignan-Salières, les attaques-surprises des Iroquois contre les installations françaises reprennent vers 1680. La multiplication des raids amérindiens menace de ruiner le commerce des fourrures des Français et oblige ces derniers à rompre la paix. La situation mène à la construction du premier fort de La Prairie digne de ce nom, lequel fut conçu et dessiné par Villeneuve entre 1686 et 1689, puis érigé par Gédéon de Catalogne entre l’automne 1687 et le printemps 1689.[1] Cette palissade ne subira qu’une seule véritable attaque, celle du 11 août 1691.[2]  Précédemment, durant l’hiver 1689-1690, les Français avaient lancé trois raids sur les colonies anglaises. En février 1690, plusieurs habitants sont tués et de nombreuses maisons incendiées à Schenectady, petit village situé près d’Albany. Résolu de venger l’attaque de Schenectady et voulant en découdre une fois pour toutes avec les Français, le Hollandais Peter Schuyler, à la tête de troupes en provenance d’Albany, se présente au matin du 11 août 1691 devant le fort de La Prairie. À La Prairie, soldats des Compagnies franches de la Marine et miliciens canadiens composent alors le gros des troupes françaises. Le gouverneur de Montréal, Louis-Hector de Callière pouvait également compter sur des alliés amérindiens. Après quatre assauts en terrain découvert de la part des troupes de Schuyler, c’est la débandade parmi les défenseurs de La Prairie qui décident de se réfugier à l’intérieur du fort. Les pertes sont importantes chez les Français. Satisfait du résultat de son raid, le chef hollandais renonce à détruire le fort. Il retraite plutôt vers les bois avec ses hommes, cherchant à rejoindre rapidement ses embarcations cachées le long des rives du Richelieu. Un second affrontement aura lieu en fin d’avant-midi contre les soldats de Valrennes venus de Chambly. 1756-1760 Plus tard, au cours de la guerre de 1756-1760, principalement à cause de sa position géographique à proximité de Montréal, La Prairie jouera un rôle majeur dans le transit et l’approvisionnement des troupes françaises.   1775 – 1783 L’adoption de l’Acte de Québec en 1774 élargissait nos frontières et tolérait la pratique de la religion catholique. Ces deux éléments contrarient fortement les colonies américaines qui, déjà, acceptaient mal la présence des Britanniques chez eux.[3] Ainsi, comme les Américains envisageaient déjà une rébellion armée, ils cherchèrent à s’assurer du soutien des Canadiens. George Washington croyait que la conquête du Canada et la prise de Québec le protégeraient par la suite de toute intervention britannique venue du nord. Lorsqu’à l’automne 1775 les rebelles américains envahissent le Canada, ils établissent un poste à La Prairie afin d’empêcher tout renfort britannique de venir de Montréal. En novembre, le général Montgomery vint camper au fort de La Prairie avec sa petite armée de 600 hommes. De là, ils lancèrent une attaque sur Montréal. Le temps froid venu, les rebelles américains prirent leurs quartiers d’hiver à La Prairie. On raconte que leur situation y était si mauvaise qu’il leur eut été impossible de demeurer ici sans le consentement tacite des habitants du lieu. Après quelques mois « d’occupation », face à l’arrivée de renforts venus de Grande-Bretagne en mai et juin 1776, les Américains quittèrent La Prairie et la colonie en toute hâte. Après le départ des rebelles, c’est 10 000 à 12 000 soldats réguliers que l’Angleterre envoie au Canada afin d’empêcher l’ennemi d’y faire une nouvelle invasion. De ce nombre, les troupes allemandes de Brunswick et de Hanau (des mercenaires au service de la couronne britannique débarqueront) sur la rive sud. Le 20 juin, les Allemands arrivent à La Prairie où l’on organise les camps ainsi que « les arrangements de subsistance ». En septembre 1776, les troupes allemandes devaient marcher et camper à la Savanne entre La Prairie et Saint-Jean. L’endroit, qui est situé près de l’intersection actuelle du chemin de la Bataille Nord et du chemin de Saint-Jean, servit plus tard de camp militaire pendant plusieurs décennies au cours du 19e siècle. Les mercenaires de Friedrich Adolphus Von Riedesel auraient occupé La Prairie durant plusieurs mois. ______________________________ [1] Gaétan Bourdages, La Prairie – Histoire d’une ville pionnière. Éditions Histoire Québec, 2013. La seigneurie et le fort, pages 19 à 38. [2] Bourdages, Joly et Tremblay, 1691 – La bataille de La Prairie. Éditions Histoire Québec, 2009. 149 pages. [3] Pour en apprendre davantage : Gaétan Bourdages, La Prairie – Histoire d’une ville pionnière. Éditions Histoire Québec, 2013. L’invasion américaine de 1775, pages 184 à 209. ...
La Prairie et la guerre de 1756-1760 - Partie 1
1812 Trois décennies plus tard, suite à l’invasion américaine de 1812[1], jusqu’à 2 500 soldats occuperont le village durant quelque temps. Afin de loger ces troupes turbulentes, les autorités coloniales s’étaient emparées d’une partie de la commune de La Prairie, sur laquelle elles avaient décidé d’ériger des casernes militaires. L’endroit était situé en dehors du village, un peu en arrière de l’actuelle école secondaire La Magdeleine. Les travaux de construction débutent dès l’été 1813 et une fois achevées les baraques peuvent loger une quarantaine d’officiers et près de 1 500 soldats. Après la paix de 1815, les casernes seront occupées durant quelques décennies avant d’être abandonnées au milieu du 19e siècle. De 1871 jusqu’au début du 20e siècle, au cours de plusieurs étés, le site abritera d’importants camps d’exercices militaires.   1880 Prétextant des coûts trop élevés liés au maintien des troupes dans sa colonie d’Amérique du Nord, l’armée britannique quittait le Canada en 1871, obligeant ainsi les autorités fédérales à organiser graduellement un corps d’armée canadien. C’est après avoir agi comme officier du détachement volontaire de La Prairie lors de la guerre contre les Fenians, que quelques années plus tard, le 4 juin 1880, Julien Brosseau (1837-1912), alors maire de La Prairie, fonde le 85e Bataillon d’Infanterie. Ce fils d’aubergiste et capitaine d’un navire à vapeur qui faisait la navette entre La Prairie et Montréal[2] devint commandant du bataillon avec le grade de lieutenant-colonel. À ses débuts, cette unité rurale de volontaires comptait 278 hommes réunis en 6 compagnies, dont le corps des officiers était presque entièrement canadien-français. Le 8 mai 1900, le 85e Bataillon devient le 85e Régiment d’infanterie du Canada pour ensuite prendre, en 1920, le nom de Régiment de Maisonneuve, rappelant ainsi le nom du fondateur de Montréal, Paul Chomedey, Sieur de Maisonneuve. Le 9 septembre 2012, le régiment obtenait le droit de cité des autorités de la ville de La Prairie. Hélas, mis à part le cairn[3] situé à l’intersection du chemin de Saint-Jean et du chemin de la Bataille Nord rappelant la seconde bataille du 11 août 1691 (voir photo au haut de la page), il n’existe à La Prairie, aucune plaque commémorative ni aucun monument soulignant le passé militaire de notre municipalité. Le cairn rappelant le premier affrontement du 11 août est aujourd’hui disparu. Il était situé Place de la Mennais et devrait éventuellement être remplacé par une plaque commémorative. 1756-1760 : le théâtre d’opérations et les forces en présence La guerre de Sept Ans, qui se déroule de 1756 à 1763, est un conflit majeur qui oppose principalement la France et l’Angleterre. Cette guerre se transporte rapidement dans les colonies d’Amérique du Nord. En 1756, la Nouvelle-France comprend trois parties distinctes : le Canada, la Louisiane et l’île Royale (île du Cap-Breton). La première recoupe le bassin hydrographique du Saint-Laurent et des Grands Lacs, auquel s’ajoute la vallée de l’Ohio. Elle rassemble 60 000 habitants concentrés entre les villes de Québec et Montréal. D’autre part, on dénombre plus d’un million d’habitants au sein des colonies britanniques de la côte atlantique, entre l’ancienne Acadie française et la Floride espagnole. Sous le commandement du gouverneur général Vaudreuil, les forces françaises sont composées des troupes de terre, soit sept régiments[4] d’à peine 3 400 hommes de l’armée régulière commandés par le marquis de Montcalm. S’y ajoutent les 1 200 soldats des troupes de la Marine sous la direction de François de Rigaud, gouverneur de Trois-Rivières et frère du gouverneur général. On compte également au plus sur cinq ou six mille miliciens canadiens auxquels s’ajoutent, selon les affrontements, plusieurs centaines de guerriers amérindiens. Les Anglais disposent de 63 000 hommes, dont 23 000 de troupes de la vieille Angleterre. Ils annoncent le départ de 10 000 Écossais pour le Nouveau-Monde. Il est clair qu’il y a là un net déséquilibre des forces en faveur des Britanniques. Cette guerre sera donc difficile pour les combattants français et canadiens, car on considère à l’époque que le rapport de force pour prendre une place forte est de trois pour un, ce qui favorise nettement l’armée anglaise. De plus, selon Montcalm, nous manquons de vivres à cause de ravitaillements déficients et de mauvaises récoltes. Nous manquons de poudre et de tous les moyens pour agir et fournir le nécessaire sans lequel une guerre ne peut se faire. Toujours selon Montcalm, il faudrait que la France envoie ici dix mille hommes avec des munitions et de la nourriture. Enfin, les relations entre Montcalm et Vaudreuil ne vont cesser de se détériorer jusqu’à leur point de rupture en 1758. Cela, sans oublier que les rivalités entre militaires français et canadiens ont fréquemment nui aux opérations. Dans la dernière année de la guerre une importante flotte de navires britanniques menacera Québec alors que des armées venues des Grands Lacs et du Richelieu après la prise des forts français, s’abattront sur Montréal. Les miliciens Majoritairement cultivateurs, nous savons peu de choses au sujet de la participation des miliciens de La Prairie à cette guerre. Qui étaient-ils ? Combien sont morts sur les champs de bataille et où leurs sépultures sont-elles inscrites ? Moins bien dotés que les troupes régulières, « les Canadiens étaient obligés d’acheter des fusils de leurs propres deniers. Ils en avaient chez eux pour la sûreté de l’habitation et pour la chasse. Ils les portaient à l’année de là la diversité des calibres, d’où le résultat que le plus brave d’entre eux perdait souvent la moitié de son utilité dans une action décisive à chercher au dépôt des munitions des balles du calibre de son arme. Souvent, leurs fusils sont si mauvais qu’on est obligé de leur en donner. »[5] De plus, ils sont vulnérables en terrain découvert, leurs armes n’étant pas dotées de baïonnettes comme c’est le cas pour les soldats. Et, il arrive parfois que les miliciens soient des adolescents armés plutôt que des combattants d’expérience. Quoi qu’il en soit, ils ne devaient pas être de piètres hommes de guerre puisque : « Je viens, Monsieur, en conséquence de vos ordres, de détacher cent vingt miliciens, pour servir de devant et de derrière à Laprairie, ce sont de très bons hommes ; mais aussi ce sont les seuls du gouvernement de Montréal qui valussent quelque chose. Les autres font pitié, mais cela est égal. » [6] La situation allant de plus en plus mal, l’année 1759 connaîtra une mobilisation massive des miliciens.[7] À suivre dans notre prochain bulletin… [1] Ibidem, La présence militaire au 19e siècle, pages 390 à 424. [2] Voir à ce sujet les deux articles suivants : Gaétan Bourdages, Le régiment de Maisonneuve et le droit de cité, bulletin Au jour le jour, septembre 2012. Denis Pinsonnault, Un honorable régiment originaire de La Prairie, bulletin Au jour le jour, janvier 2012. [3] Ce cairn devra éventuellement être déplacé pour permettre l’élargissement de la route 104. [4] Royal Roussillon, Languedoc, La Sarre, Béarn, Guyenne, Berry et La Reine. [5] Dave Noël, Montcalm général américain, les éditions du Boréal, Montréal, 2018, page 231. [6] À M. le marquis de Vaudreuil à l’Île-aux-Noix, le 17 août 1759. Lettres de M. de Bourlamaque au chevalier de Lévis – volume 5, page 37. [7] En 1759, 5 455 miliciens sont mobilisés. ...
Louis-Conrad Pelletier
    Louis-Conrad Pelletier, né en 1852 à La Prairie, est le fils de Émile Pelletier et de Émilie Laporte de Lavaltrie. Il devient avocat et plus tard il est nommé bâtonnier. Élu député du Parti conservateur de La Prairie à la Chambre des communes (1891-1897), il occupera les fonctions de maire de La Prairie de 1904 à 1908. De plus, il est le cofondateur de la Briqueterie Saint-Laurent. Le 25 octobre 1898, il épouse Marie-Anne Élisabeth Élisa Bernardette Roberge. Entre 1901 et 1907, le couple aura quatre enfants tous nés à La Prairie ; soit Marie-Louise Cécile Bernadette, Marie-Louise Gertrude, Joseph Éphrèm Louis-Conrad et Marie Jeanne Antoine Hélène. Né le 26 septembre 1905, Joseph Éphrèm Louis-Conrad Pelletier suit les traces de son père et devient avocat. Maire de La Prairie de 1938 à 1947, de 1947 à 1949, il occupe les fonctions de juge à la cour des sessions de la paix. Par la suite, il devient président de la Commission des Relations ouvrières du Québec (1949-1960). Source : archives de la SHLM P45 N.B. La rue Conrad-Pelletier, située en bordure du site de l’école polyvalente de la Magdeleine, s’étend du boulevard Taschereau à l’autoroute René-Lévesque (A15- route 132). ...
Mot de la direction
Avec le printemps qui est à nos portes, nos activités reprennent vie tranquillement. Vous avez peut-être constaté que nous avons commencé à utiliser un nouveau logo depuis février dernier. Ce logo, destiné à souligner le 50e anniversaire de notre organisme, est une création de Mme Taissa Hrycay, une nouvelle bénévole à la SHLM, recrutée grâce à une soirée de maillage de bénévolat d’affaires à laquelle nous avions participé en décembre 2021. Mme Hrycay, une résidente de La Prairie, pourra nous faire profiter de sa longue expérience en communications et relations publiques. Bienvenue Madame Hrycay et merci de votre implication. Finalement, nous vous invitons à renouveler votre carte de membre de la SHLM (ou à devenir membre) afin de pouvoir assister à notre assemblée générale annuelle en mode virtuel qui aura lieu mardi le 29 mars prochain à 19 h 30.   Caroline Laberge                                           Stéphane Tremblay Archiviste-directrice générale                    Président   ...

Au jour le jour, février 2022

Le second vapeur Laprairie au quai de La Prairie après son incendie en juillet 1909.

Jacques Cartier à La Prairie en 1541… (1)
D’entrée de jeu, il est bien connu que le fameux navigateur et explorateur malouin Jacques Cartier, sieur de Limoilou, a fait ses deux premiers voyages en Amérique en 1534 et en 1535. D’ailleurs, lors de son voyage de retour au printemps 1536, Cartier ramènera avec lui en France le grand chef Donnacona et ses deux fils ; plus ou moins avec leur consentement, ayant comme but premier de montrer ceux-ci à la cour du roi François 1er, et surtout afin de justifier un nouveau voyage d’exploration plus à l’ouest de « Mont Réal ».   Derechef et moins bien connu est le troisième et le plus imposant voyage de Cartier qui eut lieu en 1541 ! Préalablement à celui-ci, alors qu’il voulait s’assurer de revenir chez lui un jour, Donnacona tenait des propos qui allaient dans le même sens que ceux de Cartier. Il racontait des sornettes à qui voulait l’entendre, à savoir qu’il y avait de grandes villes et des richesses de métaux précieux (or, argent, cuivre et plus encore) plus loin à l’ouest des grands rapides d’Hochelaga… « les sauts de Mont Réal ».   Donc le 23 mai 1541, ayant enfin reçu la bénédiction et le financement royal pour son troisième voyage, Cartier quitte Saint-Malo[1] sur La Grande Hermine avec quatre autres navires pour se rendre de nouveau à Stadaconé, arrivant trois mois plus tard devant la bourgade de « Québec ». Sans l’aide de guides, le 7 septembre, il poursuivra son trajet avec deux grandes barques (ayant un mât, voiles et rames) jusqu’à la région d’Hochelaga (Mont Réal) où il s’était rendu six ans plus tôt.   Arrivant tôt le matin du 11 septembre 1541, le Malouin ne perd pas de temps ; accompagné de plusieurs hommes, il cherche un moyen pour surmonter le « grand saut » (nos rapides de Lachine) qui barre la voie fluviale vers l’ouest. Cartier rapporte dans sa relation de voyage[2] qu’après quelques tentatives infructueuses par ses meilleurs rameurs dans une de ses deux barques, laquelle avait été allégée, il s’avoue vaincu devant la démence des flots et met le pied à terre. Ensuite… « qu’une fois à terre sur la rive sud du Saint-Laurent (La Prairie) les Français suivent un grand sentier battu en direction des rapides. Arrivant à destination, ils tombent sur un lieu habité par des Iroquoiens où on leur fait bon accueil ».[3]   Encouragé par cette affabilité et n’ayant pas de « truchements » pour traduire ses paroles, Cartier explique son problème par de « grands gestes et des paroles ». C’est alors que quatre jeunes braves offrent de l’accompagner dans leurs canots pour se rendre vers un second petit village[4] situé en face d’un autre « saut ». Selon les jeunes autochtones, celui-ci serait… « le deuxième des trois sauts qu’il y a à franchir avant que le fleuve soit à nouveau navigable ».   Selon le géographe et historien anglais Richard Hakluyt (1553-1616) le sieur Cartier est en mesure de constater que la distance entre les rapides de Lachine à l’extrémité est du lac Saint-Louis, et la zone des Cascades/Côteau des Cèdres à l’extrémité ouest du même lac est de « 6 lieues » soit environ 30 km. Ce « deuxième saut », qui est presque aussi impétueux que le premier, donne accès au « troisième saut » à 10 km en amont, mais Cartier ne s’y rendra pas. Ce sont les puissants et turbulents rapides du Coteau-du-Lac, et par la suite il y a le lac Saint-François ; ceux-ci donnent accès de nouveau au fleuve Saint-Laurent qui permet de se rendre jusqu’au but, la grande mer d’eau douce… l’eldorado du lac Ontario.     Selon des calculs approximatifs, le Malouin constate avec stupeur qu’il y aurait une ascension d’environ 120 pieds français (37 m) entre l’entrée du premier et la tête du troisième « saut ». Aussitôt, Cartier s’avoue vaincu et renonce à se rendre plus loin, car l’explorateur français sait maintenant avec certitude qu’aucun voilier ne pourrait négocier ce dangereux passage pour se rendre vers la « terre de Cathay ».   En conclusion, les détails de ce voyage d’exploration ainsi que la carte de Jean Rotz réalisée en 1542-1544 nous démontrent sans équivoque qu’en 1541 Jacques Cartier aurait été le tout premier, d’une longue liste d’illustres personnages historiques, à passer par le grand carrefour géographique de La Prairie et à y mettre le pied à terre.   Lors de leurs nombreux voyages et déplacements il y a également eu à La Prairie un certain Samuel de Champlain en 1611, le marquis Henri Chastelard de Salières en 1665, sainte Kateri Tekakwitha en 1678, François de Laval, premier évêque de Québec en 1681, le marquis de Denonville en 1685, le comte de Frontenac en 1690, le légendaire Monsieur de Niagara en 1691, le marquis de Montcalm en 1758 ainsi que le général François-Gaston de Lévis en 1760.   Donc, dans plus d’une décennie l’année 2035 marquera les 500 ans depuis le passage dans la région de « Hochelaga » du grand explorateur Jacques Cartier (1491-1557), et pareillement en 2041 du passage de Cartier dans ce qui deviendra plus d’un siècle plus tard, la grande seigneurie de La Prairie-de-la-Magdeleine.[5] ______________________________ [1] Plusieurs membres de la famille de Cartier l’accompagneront : ses deux beaux-frères, monsieur Guyon des Granches — vicomte de Beaupré, monsieur Macé Jalobert — pilote, et son neveu Estienne Noël. [2] Le premier éditeur de la relation du 3e voyage de Jacques Cartier est l’Anglais Richard Hakluyt. Celui-ci publie en 1589 — The Principal Navigations Voyages, Traffiques and Discoveries of the English Nation […] 2e édition en 3 vol., Londres, George Bishop, Ralph Newberie, Robert Barker, Editors/1598-1600, vol. 3, p.235 — Jacques Cartier […] [3] Au moment de son départ à la fin de cette même journée, Cartier estime à 400 le nombre de curieux présents et il identifiera cet endroit comme étant « St-Malo » sur la carte de 1542-1544. [4] Ceux-ci étaient à préparer un « grand potage », un genre de pot-au-feu à base de « plantes potagères et de poissons » auquel Jacques Cartier et les Français furent invités à partager. [5] Voir la carte dite « Harléienne » à la page suivante… qui a été réalisée à Dieppe en 1542-1544, suite au 3e voyage de Jacques Cartier. ...
Jacques Cartier à La Prairie en 1541… (2)
L’auteur de cette œuvre datée de 1542-1544 est Jean Rotz, un élève formé par la très renommée école de cartographie de Dieppe en France. Jean Rotz (1505-1560) représenta des cartes marines et terrestres du 16e siècle, notamment les découvertes de Jacques Cartier au Canada.   En entrant dans le golfe du Saint-Laurent nous y distinguons l’île d’Anticosti, ensuite la rivière Saguenay, l’île d’Orléans, le lac Saint-Pierre, la rivière Saint-Maurice, la rivière Richelieu et les îles de Sorel… ensuite nous arrivons dans la région de « Ochilaga » ou Hochelaga. Selon l’historien Gustave Lanctôt, ici à environ « 2 lieues (10 km) du premier saut » serait situé « Hochelaga » le grand village Huron-Wendat.   À « Hochelaga » face aux « rapides de Lachine », il est inscrit « le Premier Saut »… et sur la rive sud, nous voyons clairement le grand bassin de La Prairie, où nous croyons que les Français ont jeté l’ancre et même mis le pied à terre autant avant qu’après avoir affronté les rapides.   Plus haut sur le fleuve nous voyons le « deuxième saut » (Cascades/Les Cèdres), et à la droite de celui-ci la grande rivière des Outaouais arrivant du nord-ouest. La dénivelée du premier saut (Lachine) est de 14 mètres[1], tandis que le total des deux autres sauts à partir du bassin du lac Saint-François jusqu’au lac Saint-Louis, était d’un effroyable 23 mètres de rapides et d’écumes bouillonnantes.[2]   Selon une hypothèse farfelue avancée au 20e siècle par Aristide Beaugrand-Champagne et appuyée par Lionel Groulx, Jacques Cartier aurait, à l’automne 1535, passé par la rivière des Prairies jusqu’au Sault-au-Récollet avant de se rendre à pied à « Hochelaga ». Un des malheurs pour cette hypothèse, réfutée par l’historien Gustave Lanctôt, est que la rivière des Prairies n’apparaît pas sur la carte de 1542 et que ce « saut » n’a qu’une dénivelée de 4 mètres et… se remonte assez facilement à la rame ! D’ailleurs, pendant plus d’un siècle, les « cageux » de Gatineau/Ottawa allaient, à partir des années 1800, descendre facilement par cette rivière pour livrer leurs grosses cages de bois de charpente jusqu’au port de Québec pour l’embarquement sur des navires à destination de l’Angleterre. ______________________________ [1] Au début de juin 1543, Jean-François de La Rocque de Roberval fera une autre tentative pour surmonter le « premier saut » et lui aussi s’avoua vaincu après qu’une de ses embarcations chavira dans les flots et causa la noyade des huit hommes à bord ! [2] Selon Alban Berson, cartothécaire à la BAnQ, Lachine serait le « deuxième saut »… ce qui ne respecte en rien les précisions de distances de Jacques Cartier et la réalité du terrain, tel que relaté dans les écrits de Richard Hakluyt et du Sieur de Roberval. ______________________________ Note de l’auteur: Il existe des entreprises qui permettent d’expérimenter ce que ça signifie de sauter ces rapides dont Jacques Cartier avait fait l’expérience.   ...
Le patrimoine archéologique autochtone de la MRC de Roussillon
Frédéric Hottin (M.Sc.), archéologue, Musée d’archéologie de Roussillon Au Musée, il arrive assez souvent que les visiteurs s’interrogent sur le passé autochtone de la région. À quand remonte la présence humaine? Que sait-on des gens qui occupaient le territoire? Comment vivaient-ils? À quel(s) groupe(s) appartenaient-ils? Pour les périodes précédant l’arrivée des Européens, c’est une histoire avant l’histoire, pour laquelle on ne peut puiser dans aucune archive écrite. Elle se lit dans les strates de sol des sites archéologiques et les nombreux artéfacts retrouvés sur le territoire, de Léry à La Prairie. Ce bref article présente les grandes lignes de l’état actuel des connaissances. Si on se fie aux données géologiques et palynologiques (phases de régression de la mer de Champlain et du lac à Lampsilis), la présence autochtone dans le secteur sud de la MRC pourrait remonter à 9000 ans avant aujourd’hui (-7000), mais aucune trace aussi ancienne n’a encore été retrouvée. Les artéfacts les plus anciens pourraient dater de 6000 ou 5000 ans avant aujourd’hui. Ils ont été découverts dans la partie ouest de la MRC (île St-Bernard et Léry). Pointe de projectile en chert rouge du Maine, -2200 à -1000, Vieux La Prairie. Dans la partie est, la butte du Vieux La Prairie serait occupée depuis au moins 3000 ans. Comme ailleurs dans la région de Montréal, on retrouve plus de traces du passage de groupes autochtones entre 4200 et 3000 ans avant aujourd’hui, puis entre 1500 et 650 avant aujourd’hui (500 à 1350 AD). Mais contrairement à l’île de Montréal, les périodes plus récentes (1350 à 1600 AD) sont très peu représentées (aucun village n’a été retrouvé). Le secteur semble un lieu de passage, où on ne s’attarde que quelques jours, pour faire le portage reliant le fleuve Saint-Laurent à la rivière Richelieu ou pour des activités de subsistances saisonnières (chasse aux oiseaux migrateurs, pêche de certains poissons venant frayer, collecte de quenouilles pour faire des nasses, etc.). En ce qui concerne l’identification des groupes autochtones qui ont laissé les artéfacts retrouvés, c’est une question à la fois complexe et sensible. D’un point de vue archéologique, les occupations les plus anciennes ne peuvent être associées à un groupe actuel. Ce serait comme tenter d’identifier des sites celtes comme ethniquement français, allemands ou espagnols. Ça n’a pas de sens. Au fil des millénaires, des peuples se forment, se dispersent, se transforment ou s’unissent pour en former d’autres. Cela dit, pour les périodes les plus récentes, nous avons identifié un groupe iroquoien cousin des Iroquois (dont les Mohawks, qu’on devrait plutôt nommer Kanien’keha: ka, font partie) et des Hurons, mais linguistiquement et culturellement distinct (à la manière des différents peuples de langue latine que sont les Français, les Italiens et les Espagnols). Nous les appelons les Iroquoiens du Saint-Laurent, faute de connaître le nom qu’ils se donnaient eux-mêmes. Ce sont ces gens que rencontrera Jacques Cartier lorsqu’il visitera l’île de Montréal (village d’Hochelaga, entre autres), mais aussi la région de Québec. Ce peuple, qui a vécu au moins 2000 ans dans la vallée du Saint-Laurent, s’est dispersé entre les voyages de Cartier et ceux de Champlain (donc entre 1545 et 1600 environ). Ils ont pu subir des épidémies apportées par les Européens (qui commercèrent dans l’estuaire et le Golfe avec les Autochtones pendant une bonne partie du 16e siècle), des guerres avec leurs voisins (Algonquins, Hurons, Iroquois, Abénaquis, Malécites, Micmacs, Mohicans, Attikameks, Innus, etc.) et/ou des famines résultant du refroidissement du climat (impact sur le maïs). Pendentif de castor en catlinite, une pierre dont les sources se trouvent au Wisconsin, trouvé dans le Vieux La Prairie. Quoi qu’il en soit, les groupes autochtones qui résident aujourd’hui près du Saint-Laurent ont probablement tous dans leurs ancêtres des Iroquoiens du Saint-Laurent. Ainsi, les rescapés se seront réfugiés entre 1545 et 1580 chez leurs voisins[1], même parfois chez leurs ennemis (comme ça s’est vu à la période coloniale). On en a la preuve sur des sites archéologiques contemporains de villages des Hurons[2], alors en Ontario. Il est très possible qu’on en retrouve la trace (céramique typique) éventuellement sur des sites villageois des Mohawks de l’état de New York, ou d’autres peuples (notamment les Malécites de la vallée du fleuve Saint-Jean et les Abénaquis du Maine). Fragment de rebord d’un vase à motif d’épi de maïs, typique des Iroquoiens du St-Laurent, 1350 à 1550 environ, Île St-Bernard à Châteauguay. Pour ce qui est des artéfacts autochtones de la période coloniale, ils sont probablement de plusieurs nations, notamment des Algonquins et des Mohawks, qui tous deux utilisent le portage de La Prairie pour aller s’attaquer l’un et l’autre. Puis, à partir de 1667, plusieurs groupes viennent s’établir dans la mission jésuite de La Prairie, que les Mohawks nomment Kentake. On y retrouve des Hurons, des Algonquins, des Oneidas, etc., de même que plusieurs adoptés ou esclaves mohawks d’origine algonquine, huronne ou autre. C’est tout un « melting pot », qui se scindera à quelques reprises puis s’unira éventuellement, au fil des déménagements de la mission, pour former la communauté autochtone de Kahnawake. Celle-ci se forgera une identité qui lui est propre. Elle aura une histoire qui mérite d’être mieux connue et diffusée. Mais ici s’arrête l’expertise de l’archéologue. C’est plutôt aux ethnohistoriens et aux historiens, mais aussi et surtout aux Kanien’keha: ka eux-mêmes, de l’écrire et de la raconter. En terminant, il convient de rappeler que les connaissances sur le passé autochtone de la région sont encore limitées et qu’elles sont appelées à évoluer. Les données que nous possédons sont le plus souvent éparpillées dans divers rapports de fouilles et quelques mémoires de maîtrise. De plus, très peu d’artéfacts ont été étudiés de manière approfondie. Les collections de la région en comptent des milliers. Une part très importante des informations d’intérêt reste donc à acquérir. C’est pourquoi le Musée a entrepris une étude d’envergure sur le patrimoine archéologique autochtone de la MRC de Roussillon. Extrémité d’une pointe de harpon en os, 1000 à 1550, Île St-Bernard à Châteauguay. Le projet sera réalisé sur trois ans et fera appel à des spécialistes de plusieurs types d’artéfacts autochtones (céramique, outils en pierre, objets en os, etc.). Les résultats de cette synthèse régionale seront présentés au public dans les années qui suivront (conférences, articles, médias numériques, etc.). Entre-temps, les intéressé(e)s sont invité(e)s à suivre l’avancée des recherches en consultant le site web du Musée.                 ______________________________ [1] Pour une proposition de scénario plus détaillé, voir Chapdelaine, C. (1995) « Les Iroquoiens de l’est de la vallée du Saint-Laurent », in Balac, A.-M., C. Chapdelaine, N. Clermont et F. Duguay, Archéologies québécoises, Paléo-Québec 23, Recherches amérindiennes au Québec, Montréal, p.161-184. [2] Voir notamment Ramsden, P. (2018) « Devenir Wendat : négocier une nouvelle identité aux alentours du lac Balsam à la fin du XVIe siècle », in Lesage, L., J.-F. Richard, A. Bédard-Daigle et N. Gupte, Études multidisciplinaires sur les liens entre Hurons-Wendat et Iroquoiens du Saint-Laurent, Presses de l’Université Laval, Québec, p.120-132. ______________________________ Quelques lectures complémentaires : Balac, Anne-Marie, Christian Roy et Roland Tremblay (2019) Terre, L’empreinte humaine, collection Archéologie du Québec, Pointe-à-Callière et Les Éditions de l’Homme, Montréal, 199 p. Tremblay, Roland (2006) Les Iroquoiens du Saint-Laurent, peuple du maïs, Les Éditions de l’Homme, Montréal, 139 p. Viau, Roland (2021) Gens du fleuve, gens de l’île, Hochelaga en Laurentie iroquoienne du XVIe siècle, Boréal, Cap-Saint-Ignace, 346 p.   ...
Mot de l'archiviste-directrice générale
Avec la présence du variant Omicron, ce début d’année du 50e est bien différent de ce que l’on avait espéré. Qu’à cela ne tienne ! Nous travaillons à la préparation de l’exposition estivale qui portera sur l’histoire de la SHLM. D’ailleurs, vous avez sans doute aperçu notre offre pour une ressource en muséologie à cet effet. De plus, au cours de 2022, en plus des conférences prévues, de l’exposition et des classiques visites guidées, la SHLM réalisera la mise en ligne des BMS de La Prairie et, roulement de tambour….d’une carte interactive du Vieux La Prairie ! Il y aura aussi la parution d’un livre concocté par M. Gaétan Bourdages, la présentation d’une séance d’archives à voix haute et un autre événement surprise en lien avec le chemin de fer de 1836. Alors, pour le 50e et en vue de l’Assemblée générale qui aura lieu en mars prochain, ne manquez pas de renouveler votre carte de membre ! Au plaisir de vous accueillir à nouveau au local de la SHLM. Caroline Laberge Archiviste-directrice-générale ...
Retour sur le tournage de cet été
C’est à compter du 3 février 2022 que cette série de fiction, intitulée Lac-Noir, tournée en partie dans nos locaux en juin 2021 (voir Au jour le jour, septembre 2021), se mettra en branle sur les ondes de Illico. On y verra également des scènes qui ont été tournées dans le Vieux-La Prairie. Soyez attentifs! ...