Conférences

Mona-Andrée Rainville

Les aviatrices militaires canadiennes de la Seconde Guerre mondiale.

Le 10 septembre 1939, lorsque le Canada se lance dans la Seconde Guerre mondiale, 70 Canadiennes détiennent déjà un brevet de pilote et plusieurs d’entre elles se présentent aux centres de recrutement pour rejoindre les rangs de l’Aviation royale du Canada (ARC). Mais, on ne veut pas d’elles, ni comme pilotes, ni même comme instructrices-pilotes. Il faudra encore attendre 3 ans avant qu’une Division féminine de l’ARC ne voie le jour. Les recrues sont plutôt dirigées vers des postes cléricaux qui les retiennent au sol : le secrétariat, la gestion des rations, des horaires, du matériel militaire, l’enseignement de l’anglais.

Si, de nos jours, les aviatrices ont leur place active dans les Forces armées canadiennes c’est parce qu’une poignée d’entre elles déterminées, tenaces et surtout compétentes ont surmonté tous les refus pour prendre leur place aux commandes d’aéronefs durant la Seconde Guerre mondiale. Ces pionnières, dont plusieurs sont nées au Québec ou y ont vécu, ont libéré la piste afin que d’autres femmes les suivent. Cette présentation leur rend hommage en retraçant leur parcours de combattantes.


Avocate, historienne publique, généalogiste et ancienne journaliste, Mona-Andrée Rainville s’amuse depuis plusieurs années à soulever la jupe de la grande Histoire pour révéler l’extraordinaire petite histoire des gens ordinaires. Son sujet de prédilection est l’histoire des femmes. Doublées d’une approche ludique, imagée et dynamique, ses présentations ont la réputation de plaire à tous les publics par leurs contenus bien documentés.

Ciné-conférence "Les Rapides du diable"

Le cinéaste André Desrochers nous présente sa plus récente œuvre.

Le film originalement amusant et instructif, à mi-chemin entre le documentaire et la fiction, laisse la parole aux « conteux-teuzzes » du Suroît qui racontent quelques-unes des innombrables légendes qui se perpétuent depuis la nuit des temps dans le secteur des Rapides de Lachine.

Les contes, liés à la présence du Diable, viennent mettre en valeur les richesses écologiques et la biodiversité des rapides, un territoire protégé depuis 1937 sous le vocable de « Refuge d’oiseaux migrateurs de l’île-aux-Hérons ».

__________________________________________________________

Assistant et collaborateur des cinéastes Arthur Lamothe et Jean-Louis Frund pendant plus de 30 ans, André Desrochers trouve sa niche comme cinéaste dans le territoire où il vit : le Suroît.

Depuis sa première série « Éco du Suroît » – mettant en valeur 13 écosystèmes protégés ou à protéger – André Desrochers s’est également impliqué dans la diffusion locale au sein de la Fédération des télévisions communautaires autonomes du Québec et du Canada (CACTUS).

Sorti en 2022, « Les Rapides du Diable » remporte le prix du meilleur documentaire nature au Nature Without Borders International Film Festival, est sélectionné au Festival de Contes et Légendes en Abitibi-Témiscamingue et est présenté à la COP27 en Égypte et à la COP15  à Montréal.

Le mardi 21 février 2023 à 19 h
Centre multifonctionnel Guy-Dupré
500, rue Saint-Laurent, La Prairie
Membres : GRATUIT – Non-membres : 7,50$

Film de 2h avec entracte et maïs soufflé.

Antoine Simonato

Alcool et débits de boisson à La Prairie

Le conférencier abordera notre rapport avec les « boissons enivrantes » depuis la Nouvelle-France jusqu’à la création de la Société des alcools du Québec. L’exposé portera essentiellement sur la région de La Prairie.

M. Simonato causera de la petite histoire laprairienne des lieux de fabrication de la bière et de spiritueux, de la vente et de la consommation. Distilleries, auberges, hôtels, tavernes…

Il sera également question du mouvement de la tempérance à la fin du 19e siècle, des effets de la prohibition américaine de ce côté-ci de la frontière… sans oublier de savoureuses anecdotes !

Antoine Simonato est historien et candidat à la maîtrise à l’Université de Montréal.

Il s’intéresse à l’histoire régionale sur les thèmes de l’environnement, les municipalités, les acteurs transnationaux et l’histoire orale des communautés ethnoculturelles locales.

Depuis 2018, il agit comme secrétaire au conseil d’administration de la Société d’histoire de La Prairie-de-la-Magdeleine et travaille présentement au département d’éducation du Musée de l’Holocauste de Montréal.

Le mardi 17 janvier 2023 à 19 h 30
Théâtre du Vieux-La Prairie
247, rue Sainte-Marie, La Prairie
Membres : GRATUIT – Non-membres : 7,50$

 

Conférence présentée en complément de l’exposition Frette ou tablette, 400 ans de bière au Québec au Musée d’archéologie de Roussillon

Michel Lambert

La cuisine familiale de la grande région de Montréal, depuis 1 000 ans

La conférence portera d’abord sur la cuisine dans la région avant la visite des Français, en 1535, puis l’apport des fondateurs de Montréal. Ensuite, il sera question des apports ethniques et culinaires aux XVIIIe et XIXe siècles au sud du fleuve Saint-Laurent jusqu’à la rivière Richelieu. Finalement, quel est le dessin culinaire de la Rive-Sud actuelle.

En résumé, vous découvrirez comment les habitants de la rive-sud de Montréal ont exploité les ressources autochtones du territoire (plantes, gibier, poisson) et apporté les aliments et les recettes de leur pays d’origine, d’hier à aujourd’hui.

Michel Lambert est chef cuisinier, historien, auteur, enseignant en littérature retraité. Il a consacré plus de dix ans de sa vie pour réaliser son rêve de publier l’Histoire de la cuisine familiale du Québec, aux Éditions GID de Québec. Il est un vulgarisateur culinaire reconnu pour la minutie de ses recherches sur les origines de notre cuisine, ses influences, ses tendances et son évolution. Suite à sa formation à l’ITHQ, il développe une cuisine qui s’inspire des traditions culinaires innues, écossaises et françaises du Saguenay, sa région natale. Il a été chef cuisinier et aubergiste à la Maison de la Rivière, à La Baie, au Saguenay, pendant une quinzaine d’années. Auteur de plusieurs ouvrages et récipiendaire de nombreuses distinctions, il vit maintenant à La Prairie.

En févier 2021, il co-publiait, avec Élisabeth Cardin, « L’Érable et la perdrix, L’Histoire culinaire du Québec à travers ses aliments. » aux éditions Cardinal.

Endroit: Théâtre du Vieux-La Prairie

247, rue Sainte-Marie, La Prairie

Heure: 19 h 30

Prix : gratuit pour les membres, 7,50$ pour les non-membres.

Gilbert Desmarais

Les Autochtones du Québec et les Rébellions de 1837-1838

Dans la conférence Les Autochtones du Québec et les Rébellions de 1837-1838, il sera question de la place des Premières Nations dans les rébellions patriotes. Souvent oubliés dans l’histoire de cette période, les Autochtones y ont pourtant tenu un rôle important et complexe. Cette conférence se fera en trois volets : d’abord, un court résumé de l’histoire des Premières Nations au Québec; ensuite, une présentation de la situation dans les années 1830; et, finalement, un résumé de la participation des Autochtones aux Rébellions de 1837-1838.

Historien avec une maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Montréal, Gilbert Desmarais est co-auteur des livres Montréal : 375 ans d’histoire (2016) et Les enfants de la Nouvelle-France (2020) publiés aux Éditions Bayard Canada. Depuis une vingtaine d’années, il anime des sites patrimoniaux au Canada et aux États-Unis avec divers groupes de reconstitution historique.

Endroit: Théâtre du Vieux-La Prairie

247, rue Sainte-Marie, La Prairie

Heure: 19 h 30

Prix: gratuit pour les membres, 7,50$ pour les non-membres.

Réal Fortin

Des îles du Richelieu… entre légende et réalité

La conférence Des îles du Richelieu… entre légende et réalité est une sélection des grands moments de notre histoire nationale vécus dans un cadre insulaire.

Que l’on songe à l’île aux Têtes où s’est vécu un drame autochtone et qui est aujourd’hui entourée d’épaves. Que l’on songe à l’île aux Noix où s’est déroulé le dernier combat de l’histoire de la Nouvelle-France. Que l’on songe aux îles Saint-Jean qui auraient failli retarder la publication du premier journal francophone unilingue au Canada en 1778 mais aussi lieu de fraye du chevalier cuivré. Que l’on songe à l’île Fryer qui garde en mémoire des secrets tantôt historiques tantôt légendaires de Loyalistes venus se réfugier ici lors de la Révolution américaine. Que l’on songe enfin à l’île aux Cerfs où un fils d’officier du régiment des Meurons y a construit un imposant manoir qui a été transformé en hôtel prestigieux. Rappelons que certaines de ces îles sont maintenant des parcs naturels protégés ; il en sera également question.

Bref, ce choix a été tiré du livre Histoire des îles du Richelieu de Réal Fortin.

 

Enseignant à la retraite, Réal Fortin a initié quelques découvertes de sites archéologiques notamment ceux des casernes de Blairfindie, de l’usine de la St. Johns Chinaware et du fort Sainte-Thérèse.

Il a été cofondateur et président du Musée régional du Haut-Richelieu, chroniqueur dans différents journaux et revues et auteur d’une trentaine de publications à caractère dramatique et historique. Mentionnons Bateaux et épaves du Richelieu (1978), Poterie et vaisselle de Saint-Jean (1982), La guerre des Patriotes (1987), Le fort Sainte-Thérèse et la Nouvelle-France (2005), Mythes et Légendes du Richelieu (2007), Le fort de Chambly (2007), Les derniers jours de la Nouvelle-France (2010) et Clément de Sabrevois de Bleury (2012).

En 2010, il a été nommé Patriote de l’année par la Société des Patriotes du Québec. Deux années plus tard, la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu lui a remis le prix Passeur culturel en reconnaissance de son apport culturel chez les jeunes générations. La même année, l’Association québécoise d’interprétation du patrimoine lui a décerné le Prix du mérite en interprétation, volet communautaire.

Endroit: Théâtre du Vieux-La Prairie

247, rue Sainte-Marie, La Prairie

Heure: 19 h 30

Prix : gratuit pour les membres, 7,50$ pour les non-membres.

Philippe Boulanger

L’héritage médiéval au Québec et à La Prairie

Tous connaissent les origines françaises du Québec, mais ces origines remontent également loin dans le temps, jusqu’au Moyen Âge. Que ce soit dans ses institutions laïques ou religieuses, sa culture, ou tout simplement sur son drapeau, le Québec et même La Prairie cachent de nombreux héritages médiévaux que les explorateurs et colons ont apportés avec eux en traversant l’Atlantique au XVIe siècle.

Passionné d’histoire, Philippe Boulanger a complété un baccalauréat ainsi qu’une maîtrise en histoire. S’étant spécialisé en histoire médiévale, il donne depuis des entrevues et des conférences pour démystifier cette période mal connue et parfois malmenée. De plus, il travaille depuis plus de 15 ans dans le monde muséal en plus d’avoir enseigné au Cégep.

Endroit: Théâtre du Vieux-La Prairie

247, rue Sainte-Marie, La Prairie

Heure: 19 h 30

Prix : gratuit pour les membres, 7,50$ pour les non-membres.

Marie Lavigne, Michèle Stanton-Jean

Joséphine Marchand et Raoul Dandurand. Amour, politique et féminisme.

Les deux auteures de l’ouvrage publié chez Boréal en 2021 expliqueront à l’aide d’un diaporama les principales étapes de la biographie et des réalisations de Joséphine Marchand-Dandurand et de Raoul Dandurand, un couple engagé qui, s’épaulant l’un l’autre durant quarante ans, a travaillé en culture, éducation, langue française et politique à faire avancer la réflexion et l’action sur ces sujets. Dans un Québec encore assez traditionnel en ce qui concerne la division des rôles des femmes et des hommes: femmes à la maison et hommes au travail, ils ont, dans une merveilleuse connivence, fait éclater la cloison entre la vie privée et la vie publique.

Historienne de formation, Marie Lavigne est coauteur de L’Histoire des femmes au Québec depuis quatre siècles (1982, 1992) du collectif Clio, et a également publié, avec Yolande Pinard, Travailleuses et féministes. Les femmes dans la société québécoise (Boréal express, 1983). Elle a notamment été présidente-directrice générale de trois organismes gouvernementaux : le Conseil du statut de la femme, le Conseil des arts et des lettres du Québec et la Société de la Place des Arts de Montréal. En 2014, elle a été faite chevalière de l’Ordre national du Québec.

Michèle Stanton-Jean est diplômée en histoire et détient un Ph.D. en sciences humaines appliquées. Elle a été sous-ministre de la santé du Canada, représentante du Québec à l’UNESCO (Paris) et conseillère à la mission canadienne auprès de la Commission européenne (Bruxelles). Elle est actuellement chercheuse invitée au Centre de recherche en droit public à l’Université de Montréal. Elle est co-autrice de L’Histoire des femmes au Québec depuis quatre siècles (1982, 1992), du collectif Clio, et de la biographie Idola Saint-Jean, l’insoumise (Boréal, 2017), avec Marie Lavigne. Michèle Stanton-Jean est chevalière de l’Ordre national de la Légion d’honneur de France et officière de l’Ordre national du Québec.

Endroit: Théâtre du Vieux-La Prairie

247, rue Sainte-Marie, La Prairie

Heure: 19 h 30

Prix : gratuit pour les membres, 7,50$ pour les non-membres.

Pierre-Olivier Maheux

Histoire du mouvement Desjardins

Le 6 décembre 1900, Alphonse Desjardins fonde avec l’aide de son épouse Dorimène Desjardins une première caisse populaire à Lévis. Aujourd’hui, le Mouvement Desjardins est le plus important groupe financier coopératif au Canada. Ce parcours hors du commun qui s’étend sur 120 ans sera présenté dans cette conférence à travers l’exemple de la Caisse populaire de La Prairie fondée en 1950.

Pierre-Olivier Maheux est historien à la Société historique Alphonse-Desjardins. Dans le cadre de ses fonctions au Mouvement Desjardins, il a rédigé quelques ouvrages sur des caisses au Québec et en Ontario et prononcé de nombreuses conférences sur le Mouvement Desjardins.

GRATUIT. Places limitées.

Il est possible de réserver en communiquant par courriel à [email protected]

Un lien vous sera envoyé quelques jours avant la conférence.

Gilles Laberge

Catherine Tekakwitha, 1656-1680, une nouvelle sainte au firmament

GILLES LABERGE est historien et archiviste contractuels. Son territoire d’intervention couvre la grande région du Sud-ouest de Montréal et de la Montérégie.

Comment une jeune Iroquoise du fond des bois a-t-elle pu faire son entrée au firmament de la chrétienté?

Dans cette Amérique coloniale, où la société française s’est donnée pour mission de procéder à l’évangélisation des peuples autochtones, ce personnage unique remet en question tous nos acquis sur la civilisation amérindienne.

Grace à une sélection d’images rares et anciennes, il nous fera revivre la vie des premiers occupants du territoire. En même temps, il nous permettra de découvrir le parcours exceptionnel de la jeune femme iroquoise honorée par le Vatican.

Endroit: Complexe multifonctionnel Guy-Dupré

500 boul. Saint-Laurent

La Prairie

Locaux 3 & 4

Heure: 19h30

Prix: Gratuit pour les membres, 5$ pour les non-membres

Soumettre un rapport

Formulaire de rapport

Hidden
Hidden
Hidden
Nom
Hidden
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.