Le 8 juillet 1983 la S.H.L.M. perdait le doyen de ses membres en même temps que l’un de ses fondateurs. Nous reproduisons ici un texte paru lors de la célébration de son 70e anniversaire de vie religieuse en mai 1983. Puissions-nous garder un ardent souvenir de cet homme de grande valeur!

“Je n’ai pas vieilli; j’ai connu plusieurs jeunesses successives”. Cette phrase de Lacordaire s’appliquait parfaitement au Frère Ernest Rochette (Frère Damase).

Officiellement à sa retraite depuis 1965, il était toujours alerte et actif. Il s’occupait de sa station de météorologie, il distribuait le courrier dans la Maison principale et il consacrait le meilleur de son temps à la lecture, à la préparation de rapports sur des thèmes sociaux et culturels, à la rédaction d’articles de revues. Sa lumière veillait tard dans la nuit! Et il s’intéressait toujours aux sports. Il trouvait encore le moyen de donner des cours privés à des jeunes et il apportait son aide à des chercheurs en histoire. Il avait même fondé avec d’autres voici 11 ans, la Société historique de LaPrairie de la Magdeleine. Il était toujours le modérateur des Amicales d’anciens élèves. Et ceux qui avaient eu la chance de l’avoir comme professeur lui étaient demeurés très attachés. Il les enthousiasmait pour l’étude et les menait au succès, tambour battant, toujours avec le sourire. Il a laissé sa marque à LaPrairie où il a enseigné de 1920 à 1927.

Sa carrière dite “active” fut aussi riche que longue, depuis sa première affectation à l’Académie Saint-Paul, en 1914, jusqu’en 1965. Professeur apprécié, il fut également un directeur d’école remarqué, à Sainte-Elisabeth, à Sainte-Clotilde et à l’E.S.S.S. Au Séminaire de Sherbrooke, où il enseigna de 1942 à 1947, le Frère Damase était un personnage! Et il ne faudrait pas oublier ses cours à l’Université de Montréal et les dix années où il fut le Directeur des Etudes des F.I.C.

Pendant dix autres années, il fut le directeur du Comité des Livres et, à ce titre, responsable des publications pédagogiques des Frères. Ce qui ne l’empêchait nullement d’être membre actif du Comité de Régie, de sous-comités (mathématiques, sciences, géographie) et de la sous-commission des programmes et des manuels, pour le Département de l’Instruction publique. Le Surintendant le tenait en haute estime. Il trouvait également le temps de préparer le Bulletin de la Société de Pédagogie de Montréal dont il fut le président, de cultiver la musique et de rendre d’innombrables services à ses frères.

Oui, le 7e enfant de Joseph-Misael Rochette et de Marie-Jessée Dussault, né le 25 janvier 1895 à Pointe-aux-Trembles, aujourd’hui Neuville, dans le célèbre comté de Portneuf, a connu une vie riche et bien remplie de dévouement et de service. Le novice de 1913 a fait honneur au nom de religion qu’il avait reçu : Frère Damase. Puisse-t-il rester longtemps vivant dans le cœur de ceux qu’il a côtoyés.