Les bulletins de la SHLM

Un zouave à La Prairie

Un zouave à La Prairie

En 1868, les états pontificaux sont menacés d’annexion par l’Italie. Le pape Pie IX, alors âgé de 75 ans, lance un appel à l’aide aux catholiques du monde entier. Au Québec, les autorités civiles et religieuses mettent rapidement sur pied une vaste organisation dont le but est d’enrôler des jeunes hommes volontaires prêts à aller défendre le pape.


Environ 430 hommes issus de nombreuses paroisses du Québec s’enrôlent dans l’unité des zouaves pontificaux. Seulement la moitié d’entre eux serviront en Italie où ils combattirent jusqu’en 1871.


À La Prairie, malgré les rappels insistants du curé Isidore Gravel et du vicaire P.O. Allaire, un seul homme, Ernest Hébert qui n’était pas né à La Prairie, se portera volontaire. Il fit partie du 2e détachement de 23 zouaves qui, après être passé par La Prairie et Saint-Jean, s’embarqua le 16 mai 1868 à New York à bord de la Ville-de-Paris. Le groupe parvint à Rome le 3 juin, à temps pour assister à l’inauguration des nouvelles salles du Cercle Canadien.


Aucun zouave canadien n’a été tué durant les combats. À leur retour, quatorze d’entre eux se sont installés à Piopolis, sur les rives du lac Mégantic, sur des terres offertes par le gouvernement provincial. Ernest Hébert n’était pas du nombre de ces pionniers. Nous ignorons s’il est revenu à La Prairie, mais nous savons qu’il ne s’y est pas marié et qu’il n’est pas décédé ici.

 

Au jour le jour, février 2021