Les bulletins de la SHLM

La Prairie au temps des épidémies (suite 1)

La Prairie au temps des épidémies (suite 1)

Plus tard, en octobre, le maire Brisson attire l’attention du public sur les précautions à prendre pour prévenir l’épidémie de la picote et recommande fortement la vaccination. En certains endroits, on fit appel au clergé pour convaincre les plus réticents.


Bien qu’en novembre on constate que les ravages causés par la maladie diminuent, il est convenu que le secrétaire de la municipalité soit chargé de faire chanter une messe de première classe en l’honneur de Saint-Roch pour que la municipalité soit protégée contre la picote et de partager le coût de cette messe entre les conseillers et le secrétaire de la municipalité.


Enfin, en décembre, sur recommandation expresse du Bureau central de santé, un bureau local de santé est formé. Il se compose des membres du comité de santé et du maire qui, en sa qualité de médecin, en est le président officiel.


Le bilan des décès à La Prairie est sensiblement le même pour les années 1885 et 1886 durant lesquelles il y a eu 15 % de plus de morts en comparaison de 1884. Les statistiques permettent de croire que, sous toutes  réserves, l’épidémie amorcée en 1885, avec un pic en mars, se serait prolongée au moins durant la première moitié  de 1886. Pourtant la mortalité fut plus élevée, en chiffres absolus, en 1887 que dans les trois années précédentes. Sans doute par prudence, toutes les sépultures dues à la variole ont été regroupées à gauche de la façade de l’église (voir l’illustration ci-haut).  

 

Au jour le jour, février 2021