Qu’ont en commun Jean-Baptiste Bertrand, Joseph Payant, Jean-Baptiste Guérain (sic) et Louis Martin, à part d’être résidents de La Prairie, en 1821, avoir une bonne santé et aimer voir du pays?

Non, ils n’ont pas répondu à une publicité de l’armée canadienne parce que nous sommes à l’époque des deux Canadas, le Bas et le Haut et que l’armée canadienne n’existe pas encore, du moins souveraine!

Ils sont Voyageurs. En effet, le 7 mars 1821, ils se rendent à Montréal pour conclure, avec William Wallace Matthews, un contrat notarié de « voyageurs et hyvernants » d’une durée de trois ans. BANQ Centre des Archives de Montréal, greffe du notaire Griffin, bobine #3617.La veille, Joseph Houle et Pierre Binette font la même chose et le lendemain, c’est au tour de Louis Dupuis. Enfin le 10 du même mois, François Bourdeau et Joseph Guénette joignent le groupe.

Rappelons que le voyageur est un homme embauché sous contrat par une compagnie de traite pour transporter de la marchandise en canot entre les postes de traite et les entrepôts. www4.tfo.org/television/emissions/ rendezvous voyageur

L’hyvernant passe de plus tout l’hiver dans la forêt, dans un petit poste de traite, avec les amérindiens locaux. www.thecanadianencyclopedia.com

Dans le cas de ces neuf Laprairiens, le contrat spécifie un engagement d’une durée de trois ans, pour un montant annuel de 500 livres de « vingt copres », soit 1500 livres ancien cours, au total. Cette somme payable « en argent des États-Unis » équivaut à 250 piastres. ibidem réf. #1

Plusieurs monnaies circulent au Bas-Canada à cette époque. On y trouve, entre autres, des devises anglaises, françaises et espagnoles. JOLY, Jean, La monnaie de François Plante, Au jour le jour, vol XIX, no 9, SHLM.

Les neuf contrats ont ceci de particulier, à savoir que William Wallace Matthews y agit comme agent ou commis, pour le compte de l’American Fur Company et que le lieu de travail de nos voyageurs se situe quelque part « dans les limites ou les dépendances des États-Unis et les Pays Sauvages, dans le Haut Canada ». http://webtext.library.yale.edu/beinflat/ western.voyageur.htmCette compagnie, une rivale de la Compagnie de la Baie d’Husdon, appartient à John Jacob Astor, un homme d’affaire de New-York. http://digital.library.mcgill.ca/nwc/french/ history/ 03b.htm

Les engagés devront « se nourrir en bled d’Inde ou autre aliment obtenue (sic) dans les Pays Sauvages », en plus, bien sûr, de prendre soin de tout le matériel qui leur est confié et de s’abstenir de faire, comme certains déjà, la traite des fourrures pour leur propre compte.

De plus, ils agiront toujours dans le meilleur intérêt de la Compagnie et promettent aussi d’obéir à leur « bourgeois ». On appelle ainsi un agent de la Compagnie ou un associé qui assume la responsabilité d’un convoi de canots de voyageurs. http://digital.library.mcgill.ca/nwc/french/ reference/gloss.htm

L’engagé reçoit 6 piastres lors de la signature du contrat, ou quand il y appose son « X », et 4 piastres, à son départ; le tout en acompte sur ses gages, évidemment. Joseph Houle, qui contracte plus tôt que les autres, le 6 mars, en touche 8, à la signature et 2, au départ.

N’oublions pas l’équipement fourni : « une couverte de trois points, une couverte de deux points et demi, deux chemises de coton, une paire de souliers de bœuf, et un collier. »

C’est une offre que nos Laprairiens ne peuvent refuser, en prenant soin de trouver quelqu’un pour les endosser ou se porter garant, comme l’exige le contrat.

Ainsi, Joseph Houle père signe pour son fils et Pierre Binette père pour le sien. De son côté, l’aubergiste de Laprairie, Amable Barbeau, endosse les sept autres engagés; le fait-il à titre de philanthrope, ou promoteur, ou agent recruteur? Impossible de préciser.

Le retour prévu, et par le fait même la fin du contrat, apparaît ainsi dans la marge : « dans le cours du mois d’août 1824 ».

Bon voyage!
 

Contrat
Contrat type de W. W. Matthews

* * *

1 BANQ Centre des Archives de Montréal, greffe du notaire Griffin, bobine #3617.
2 www4.tfo.org/television/emissions/rendezvous voyageur
3 www.thecanadianencyclopedia.com
4 ibidem réf. #1.
5 JOLY, Jean, La monnaie de François Plante, Au jour le jour, vol XIX, no 9, SHLM.
6 http://webtext.library.yale.edu/beinflat/western.voyageur.htm
7 http://digital.library.mcgill.ca/nwc/french/history/ 03b.htm
8 http://digital.library.mcgill.ca/nwc/french/reference/gloss.htm