Généalogie de Édouard Légaré (suite)

Généalogie de Édouard Légaré (suite)

Édouard Légaré

Né à Paris, France, où son père, le capitaine Honoré-Édouard Légaré, époux de Juliette Émond, était en poste au Ministère de l'Immigration et de la Citoyenneté comme officier de visa de 1928 à 1931, il fit ses études classiques au Séminaire de Saint-Jean, aujourd'hui le Cégep.

Il fit carrière dans la fonction publique fédérale aux Douanes et Accise, dont les 18 dernières années à la Division des Enquêtes à Montréal. En 1956, il épouse Yolande Ruel de Beauport, qui enseigna 25 ans à Saint-Marc de Candiac.
 

Nicolas Légaré, l’ancêtre

Édouard est un des descendants en ligne directe de Nicolas, fils de Gilles, joaillier et orfèvre, et de Marguerite Fontaine, époux d'Anne Dupré, fille d'Antoine et de Marie-kan ne Guérin dit Brunet.

Nicolas serait né à Amiens, Picardie, vers l 655 et serait arrivé en Nouvelle-France vers l669-70 avec veuve sa mère. Au recensement de 1681, on le rapporte domestique de Pierre de Saurel. Il décéda en 1741 à Château-Richer et son épouse fut inhumée à Québec en 1744.
 

Joseph Légaré, artiste-peintre (1795-1855)

L'honorable Joseph Légaré, descendant en ligne directe de Nicolas et arrière-grand-père d'Édouard, était le fils de Joseph et de Louise Routhier et l'époux de Geneviève Damien.

Joseph Légaré, peintre, fut un propriétaire foncier et ouvrit, en juin 1838, avec l'avocat Thomas Amiot, la première galerie d'art. Il fut, entre autres fonctions, juge de paix et aurait été, en 1855, le dernier conseiller législatif à être nommé. Il a été l'initiateur de la peinture paysagiste canadienne. Étant engagé socialement à un haut niveau. Il s'en suivit qu'il participa, comme patriote, aux manifestations durant les Troubles de l837 et fut emprisonné.

Il eut une vie artistique, politique et sociale très chargée. Entre autres, il encouragea l'instauration des écoles des Frères de l’Instruction Chrétienne. En 1986, l'ONF réalisa un documentaire à son sujet, intitulé «Un Québécois Retrouvé».
 

Narcisse-Damien Légaré, MV, notaire (1828-1904)

Fils de Narcisse-Damien et père d'Édouard, Honoré-Édouard, avant de faire carrière dans la fonction publique fédérale au Ministère de l'Immigration, se distingua comme lieutenant avec le 22e Bataillon, devenu aujourd'hui le Royal 22e Régiment, à la bataille de Courcelette dans la Somme en septembre 1916. Le 22e fut fondé en octobre 1914 par le Colonel Gaudet aux casernes de Saint-Jean, emplacement qui devint le Collège Militaire Royal
 

Les Légaré

Le comte Arnaud de Chassey, généalogiste et expert en orfèvrerie de Paris, m'a appris dans une lettre que les Légaré se seraient distingués comme orfèvres entre les XVIe et XIXe siècles. Deux, dont Gilles, père de Nicolas, l'auraient été auprès de Louis XlV au Louvre. Selon Monsieur de Chassey, les Légaré seraient originaires de Chaumont-en-Bassigny, en Champagne.

Note: Il est à noter que, dans les descendants de Nicolas, certaines familles préfèrent écrire «Legaré», plutôt que «Légaré».