Le 20 janvier dernier, le nouveau maire de La Prairie nous ouvrait les portes de son bureau et nous accordait quelques heures de son temps afin de raconter les grandes étapes de sa vie et les points saillants de son cheminement politique. Laprairien d’origine, athlète, bénévole, conseiller municipal et maintenant maire ; voici le parcours d’un homme engagé et impliqué dans son milieu. Accompagnant cet article, avec la permission de l’intéressé, nous avons également inclus sa lignée paternelle.

ENFANCE ET ADOLESCENCE (1959 À 1977)

Fils d’Eugène Serre (vendeur chez Snyder automobile de Lachine et bénévole dans le sport amateur à La PrairieEugène Serre est le fondateur de l’ABAL (association de baseball amateur de La Prairie)) et de Rollande Babeu, Donat Serres a vu le jour à La Prairie en 1959 dans le quartier du Fort Neuf, sur la rue Sainte-Catherine. Il porte le même prénom que son grand-père paternel, le célèbre aubergiste du Vieux La Prairie, propriétaire de l’Hôtel Touriste situé sur la rue Sainte-Marie (immeuble qui hébergeait encore tout récemment le restaurant L’Ardoise Gourmande). Ses deux soeurs (Marie-Josée et Louise) naîtront par la suite, faisant ainsi de lui l’aîné des trois enfants du couple. Anecdote généalogique : Tout comme son lointain cousin Guy Serres, il est le seul de sa lignée à écrire son nom de famille avec un « s » à la fin.

Quelques mois après la naissance du jeune Donat, Eugène Serre déménagera sa famille dans le quartier de La Milice. C’est dans ce quartier que le jeune Donat vivra le reste de son enfance, de son adolescence et de sa vie adulte.

C’est en fréquentant l’école primaire Jean XXIII, à la fin de la décennie 1960, que le jeune Donat fera la rencontre d’Yvon Lemay qui deviendra plus tard le conjoint de Lucie F. Roussel, la future mairesse de La Prairie. Les deux compères ne se perdront pas de vue au secondaire, car ils vont fréquenter le collège Jean-de-la-Mennais durant les premiers pas de l’établissement comme école mixte privée (Donat Serres a obtenu son diplôme du collège JDLM en 1977).

Pendant son adolescence, Donat Serres pratiquera plusieurs sports, mais on se souvient plus particulièrement de lui pour son talent au baseball où il évoluait à la position de receveur. Son meilleur souvenir de cette époque remonte à 1976 lorsque son équipe de niveau bantam s’est rendue en finale du championnat provincial qui avait lieu à Gatineau cette année-là. Durant cette même année, il dénichera son premier emploi d’été avec la municipalité de La Prairie, où il occupera les fonctions de moniteur de terrain de jeu (animateur de camp de jour).

LE JEUNE ADULTE, L’HOMME D’AFFAIRES ET LE PÈRE DE FAMILLE

(1978 À 1999) Après avoir fréquenté le programme de sciences humaines du Cégep de Saint- Jean-sur-Richelieu, le jeune homme décide de tenter sa chance sur le marché du travail. Pendant quelques années, profitant de son physique athlétique, il travaillera dans le domaine de la sécurité.

En 1984, à l’âge de 25 ans, fortement influencé par la carrière de son oncle maternel, Paul Godin (propriétaire du journal l’Éveil), il fait le saut dans le milieu de la vente et deviendra conseiller publicitaire pour le magazine Habitabec (un an) et le journal Canada Français (près de cinq ans). En 1990, à l’aube de la trentaine, il est attiré par le métier d’agent immobilier, mais il décide plutôt de fonder sa propre compagnie, qui se spécialisera dans la vente de publireportages pour les Éditions Ma Maison.

C’est à cette époque qu’il fera la rencontre de sa conjointe, Francine Lauzon, alors responsable de la gestion des salons de coiffure des grands magasins La Baie et Sears de la région de Montréal. Deux enfants seront issus de cette union : Chloé et Nicolas, qui sont maintenant âgés de 22 et de 19 ans respectivement.

LA CARRIÈRE POLITIQUE (1999 À NOS JOURS)

Lors des élections municipales de La Prairie en 1999, la conjointe d’Yvon Lemay, Lucie F. Roussel, présente sa candidature comme conseillère municipale au sein de l’équipe de Jean-Eudes Gagnon dans le district électoral de La Milice. Comme il connaissait bien son conjoint, Yvon Lemay, et, étant lui-même « un gars de la place », il accepte de faire la tournée du district avec elle afin de la présenter à ses électeurs. La démarche portera ses fruits, car la candidate remportera les élections dans ce district.

Au début des années 2000, Donat Serres s’impliquera dans le conseil d’établissement de l’école Jean XXIII (son ancienne école primaire), maintenant fréquentée par ses enfants. Il y retrouvera Yvon Lemay, qui avait pris la même décision que lui, soit celle de vouloir s’impliquer dans le fonctionnement de l’école fréquentée par ses deux enfants, Constance et Antonin.

Lors des élections municipales de 2003, Donat Serres poursuivra son bénévolat politique en s’impliquant à nouveau dans la campagne de la conseillère Roussel qui sera réélue au sein de l’équipe du maire Guy Dupré.

En 2005, le gouvernement de la province de Québec instaure des élections municipales uniformisées (toutes les municipalités du Québec tiendront dorénavant leurs élections en même temps tous les quatre ans). Le maire Guy Dupré annonce alors son retrait de la vie politique et Lucie F. Roussel présentera sa candidature au poste de mairesse et mettra sur pied sa propre équipe politique. C’est ainsi qu’elle demandera à Donat Serres de joindre son équipe et de se présenter comme candidat dans le district de La Milice à sa place. Toute l’équipe de Lucie F. Roussel sera élue lors de ces élections et sera reportée au pouvoir lors des élections municipales de 2009.

Aux élections municipales de La Prairie en 2013, plusieurs candidats indépendants présenteront leurs candidatures contre les membres de l’équipe Roussel, sauf pour les postes de maire et de conseiller dans le district de La Milice où les candidats Roussel et Serres seront réélus par acclamation. Le soir du vote, c’est l’équipe Roussel qui l’emportera dans tous les districts de La Prairie, sauf dans celui de La Citière.

À la suite du décès accidentel de la mairesse Roussel en juillet 2014, le conseiller Serres prend une courte période de réflexion et décide de poser sa candidature au poste vacant de maire. Il démissionnera de son poste de conseiller le 19 septembre et sera élu maire de La Prairie par acclamation le 17 octobre.

Notre nouveau maire se dit très heureux de pouvoir poursuivre l’oeuvre de son amie et collègue pour les trois prochaines années. Laprairien d’origine et impliqué dans le milieu municipal bien avant sa carrière politique, il est très fier de la place occupée actuellement par La Prairie au sein de la MRC de Roussillon. À moyen et à long terme, il a l’intention de redonner un accès au fleuve aux citoyens, de développer les loisirs, de répondre aux demandes des organismes communautaires et d’harmoniser le développement économique du chemin de Saint-Jean et du boulevard Taschereau.

Concernant le site patrimonial déclaré, il aimerait que les vieilles familles ayant quitté le Vieux La Prairie puissent s’y retrouver grâce à un événement rassembleur. Il se rappelle l’énorme succès des Fêtes de la Saint-Jean-Baptiste au début des années 1970 lorsque M. Yves Duclos, fondateur de la SHLM et alors propriétaire du restaurant au Vieux Fort, organisait une dégustation de bouillon maillé (soupe au doré ou à l’esturgeon). Notre maire souhaite que son voeu se réalise lors des festivités prévues pour le 350e anniversaire de fondation de La Prairie en 2017.

 

Lignée parternelle de Donat Serres

 

Date et lieu du mariage

Parents de l’épouse

Donat Serres

 

 

Eugène Serre

et Rollande Babeu

16 juin 1958

Paroisse La Nativité-dela-

Sainte-Vierge, La Prairie

Conrad-Hercule Babeu

et Marie-Clotilde Bouthillette

Donat Serre

et Mabel Perrier

10 septembre 1924

Cathédrale Marie-Reine-du-

Monde-et-Saint-Jacques,

Montréal

Samuel Perrier

et Eugénie Molleur

Ludger Serre

et Fridoline Poissant

23 février 1886

Saint-Édouard

(Comté de Napierville)

Laurent Poissant

et Cécile Lestage

Alexis Serre

et Lucie Trudeau

3 novembre 1857

Saint-Philippe

Jean-Baptiste Trudeau

et Marie Gagné

François Serre

et Henriette Patenaude

7 janvier 1834

Saint-Édouard

(Comté de Napierville)

Toussaint Patenaude

et Marguerite Patenaude

Denis Serre

et Charlotte Crevier

23 juillet 1798

Paroisse Saint-Laurent

(Montréal)

Luc Crevier

et Charlotte Beaulieu dit Montpellier

Jean-Baptiste Serre

et Marie-Madeleine Ferté

dit Sylvestre

16 janvier 1769

Paroisse Saint-Laurent

(Montréal)

François Ferté dit Sylvestre

et Marie-Catherine Tessier

Denis Serre dit Saint-Jean

et Marie-Véronique Morisseau

dit Boismorel

21 février 1735

Repentigny

Pierre Morisseau dit Boismorel

et Marie-Catherine Caillonneau

André Serre dit Saint-Jean

et Marie-Anne Boilard

3 mai 1706

Québec

Jean-Baptiste Boilard

et Jeanne Maranda

Jean Serre

et Marie Lamadeleine

Circa 1680

France

?