Curieux de connaître la vie quotidienne de mes ancêtres Tremblay, je me suis mis à la généalogie à l’été 2007. Je me suis retrouvé face à un véritable travail d’enquête et j’étais loin d’imaginer la complexité de ces recherches. Voici, en quelques lignes, le fruit de trois années de travail.

Débutons par une mise en contexte. Mon arrière arrière-arrière-grand-père René 1 Tremblay a quitté Baie-Saint- Paul vers 1820 pour s’établir dans la région de Saint-Jacques-le-Mineur. Son fils, René 2, va quitter la Montérégie à deux reprises pour les États-Unis (Peru et Cohoes, NY). Mon arrière-grand-père, Napoléon (fils de René 2), est le seul Tremblay de sa lignée à revenir au Québec au début des années 1880 pour s’y marier et pour travailler comme ouvrier dans une fonderie installée sur la rive du canal Lachine. Peu avant son deuxième mariage en 1889, Napoléon est devenu cultivateur de tabac à Saint- Jacques-de-l’Achigan (près de Joliette) lorsque l’oncle de ses deux épouses (il a épousé consécutivement deux cousines) lui donna sa terre en échange d’une rente viagère. Mon grand-père Euclide Tremblay est né sur cette terre à tabac en 1901.

J’ignorais absolument tout de l’histoire de ma famille avant l’établissement de Napoléon comme producteur de tabac. Afin de découvrir toute cette histoire plus que passionnante, j’ai dû apprendre à maîtriser certaines ressources essentielles que je vous dévoile à l’aide d’exemples concrets tirés du récit de famille que je viens de vous résumer.
 

Les recensements et les arbres généalogiques du site www.ancestry.ca

Lors de son mariage avec Ozine Hébert le 30 octobre 1881 dans la paroisse de Sainte-Cunégonde à Montréal, Napoléon Tremblay indique que ses parents habitent Cohoes, NY. En consultant le site d’Ancestry, j’ai pu avoir accès à tous les recensements américains (1850, 1860, 1870 et 1880) et canadiens (1851, 1861, 1871 et 1881), ce qui m’a aidé à retracer les déménagements de part et d’autre de la frontière de René 2 et de sa famille. Le mariage de René 2 et de Sophronie Gadoua a été célébré à Saint-Jacquesle- Mineur le 23 septembre 1845. J’ai pu retrouver ce couple à Peru, NY (près de Plattsburgh), dans le recensement américain de 1850. Par la suite, René 2 et sa famille reviennent à Saint-Jacques-le-Mineur (recensés là en 1861 et en 1871). En 1880, la famille de René 2 refait surface dans un recensement américain. Elle habite à l’époque la rue Garner à Cohoes et Napoléon, âgé alors de 24 ans, est ouvrier dans une fonderie de tuyaux (« pipe factory »). La famille de René 2 est alors définitivement établie à Cohoes et seul Napoléon reviendra au Québec.

En consultant la section des arbres généalogiques publiés par les membres d’Ancestry, j’ai pu entrer en contact avec un cousin de la famille Gadoua. Son ancêtre, Eusèbe Gadoua, était le frère de Sophronie et les deux familles habitaient sur la rue Garner à Cohoes. Grâce à ce cousin, je me suis rendu là-bas à l’été 2009 et j’ai pu prendre plusieurs photos dans la paroisse Saint-Joseph où habitaient les familles Tremblay et Gadoua. De nos jours, le tiers des habitants de cette ville ont des ancêtres canadiens-français.