La population de La Prairie fournissait des domestiques salariés aux missions de l’Outaouais et des «congés de traite» permettaient également aux fermiers de revenir à la maison avec une intéressante somme d’argent.
 

La Seigneurie de La Prairie a connu au 18e siècle une croissance démographique qui se situait à 200% de la croissance canadienne. Il devait y avoir plusieurs bonnes raisons d’y vivre !
 

Mentionnons en terminant certains autres événements naturels que la population de La Prairie a vécus :

Sources :

Provencher, Jean, Chronologie du Québec, 1534-1995, Les Éditions du Boréal, 1991, 361 pages.

Hamelin, Jean, Économie et société en Nouvelle-France, Presses de l’université de Laval, 137 pages.